Obama à Hiroshima : l'Église appelle à tirer les leçons du passé

Publié le 27 Mai 2016

Obama à Hiroshima : l'Église appelle à tirer les leçons du passé

Comme le montre Radio Vatican et LeMonde.fr le président américain en visite à Hiroshima, au Japon, a appelé ce vendredi 27 mai 2016 à un monde sans armes nucléaires. Lors d’un hommage empreint d’émotion dans une ville qui a connu la première attaque nucléaire de l’Histoire, il a affirmé que cette bombe avait «démontré que l’humanité avait les moyens de se détruire elle-même». Il a aussi renouvelé son engagement à œuvrer à un monde débarrassé de l’arme nucléaire et a surtout condamné toutes les guerres et «les souffrances indicibles» qu’elles infligent.

Une visite qui «peut contribuer à développer le désir de beaucoup au Japon de bannir à jamais les armes nucléaires» a estimé Mgr Kikuchi Isao, évêque catholique de Niigata, rapporte l’agence Église d’Asie. Le déplacement de Barack Obama est donc «une surprise agréable» pour l’épiscopat japonais, même s'il rappelle qu’il faut un réel examen de conscience quant aux responsabilités du passé pour aboutir à une paix véritable.

Un message de l’épiscopat japonais dans la lignée, comme le souligne Église d’Asie, de l’appel du pape Jean-Paul II lors de sa visite à Hiroshima le 25 février 1981. Il avait alors appelé les Japonais à savoir revenir sur le passé pour préparer l’avenir de manière responsable.

Les évêques ont réaffirmé depuis à plusieurs reprises leur attachement à la paix, alors que des tensions géopolitiques sont toujours présentes dans la région et que le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe a une nouvelle politique de défense. De nouvelles lois sont entrées en vigueur en pays, autorisant les troupes nippones à combattre à l’étranger pour défendre leurs alliés, si ceux-ci sont attaqués. Une possibilité jusque-là formellement interdite depuis la défaite du pays en 1945.

Dans un document du 7 avril dernier, l’épiscopat japonais avait exprimé sa préoccupation après l’entrée en vigueur de ces nouvelles lois : «Nous nous trouvons à un carrefour des temps. De l’expérience tirée de la Seconde Guerre mondiale, nous connaissons les énormes souffrances infligées aux civils par les destructions de masse causées par les armements modernes. Faisons en sorte de ne pas répéter ces erreurs, mais, plutôt, comme des citoyens de notre temps et comme chrétiens, réfléchissons sérieusement à ce à quoi nous sommes appelés.»

Barack Obama a donc lui appelé aussi «réfléchir à cette force terrible libérée dans un passé pas si lointain». Le président américain, en visite historique, a rendu hommage aux victimes d’Hiroshima, serrant la main et prenant dans ses bras des survivants. Il s’est rendu devant le mémorial aux victimes de la bombe larguée par les États-Unis ce vendredi 27 mai.

Dans son allocution, le président américain a navigué habilement dans les méandres de la sémantique entre émotion, mémoire, éthique et politique. «Pourquoi suis-je ici ?, a déclaré M. Obama. Pour réfléchir pourquoi des femmes et des enfants, des Américains, des Coréens et des Japonais ont péri. (…) Nous devons faire face à l’histoire, a-t- il poursuivi. Il y a soixante et onze ans, la mort est tombée du ciel et le monde a changé. (…) Hiroshima nous a appris la vérité sur la science qui peut devenir un outil de massacre. » Le martyre de ces deux villes « doit éveiller notre conscience morale».

L’Église japonaise est sur la même ligne que Barack Obama sur les leçons à tirer de l’utilisation d’armes nucléaires même si l’insistance de Tokyo et de Washington à exclure des excuses de M. Obama a irrité des victimes qui se sont senties oubliées en raison de la volonté des deux pays de ne pas rouvrir le débat sur les responsabilités.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

M.W 27/05/2016 18:30

Paroissien Progressiste

Dîtes moi que pensez-vous du mouvement féministe radical les FEMENS ?

Et avant que vous ne répondiez, sachez ceci, elles ont avoué dans un un de leur livre que pour elle seul l'athéisme devrait exister et qu'elles ont été déçue quand les Pussy Riot se sont revendiquées croyantes et estiment que quelqu'un de bien est forcément un athée. Mais bon vu que l'intolérance ne vous gênes pas quand elle vient des athées...

Cordialement

paroissiens-progressistes 27/05/2016 18:56

M.W,

Je n'ai rien contre elles, mais je ne suis pas naïf à leur sujet. Leur lutte contre les religions n'est pas bonne puisqu'elle veulent les détruire alors que les femmes dans les religions veulent plus de place et même s'intégrer pleinement dans la hiérarchie. Le féminisme veulent l'égalité entre hommes et femmes, et donc l'égalité pleine même dans la religion. La détruire ne sert à rien puisqu'elle ne peut être réformée ainsi. L'athéisme en politique n'est pas plus féministe, il suffit de voir l'URSS et la Chine.

Merci !