Europe, génocide… les propos du pape à la presse

Publié le 27 Juin 2016

Sébastien Maillard (à bord du vol papal) nous montre dans son article dans la-Croix.com que dans le vol retour d’Arménie, le 26 juin, le pape François s’est justifié sur l’emploi du mot génocide en Arménie. Il a commenté l’actualité du Brexit, mettant en garde le continent contre une «balkanisation» et demandant «une nouvelle forme d’Union», conseillant même «une saine désunion». Répondant aussi aux questions sur l’Église, il a reproché aux médias leur précipitation à propos des femmes diaconesses et rappelé, tout en rendant hommage à Benoît XVI, qu’«il y a un seul pape». Sur l’homophobie, il a estimé que l’Église pouvait demander pardon comme sur de nombreux autres sujets.

Interrogé sur les conséquences du Brexit, le pape François a invité à «penser à une autre forme d’Union», critiquant une «Union massive» qui doit «donner plus d’indépendance, plus de liberté aux pays» – sans citer le principe de subsidiarité tiré de la doctrine sociale de l’Église. Le récipiendaire du prix Charlemagne 2016 a conseillé même «une saine désunion». «Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain», a-t-il toutefois aussi indiqué. Reprenant son propre principe général selon lequel «l’unité est supérieure au conflit», il a ajouté aussitôt : «Mais il existe différentes manières de s’unir.» «Les deux mots-clés pour l’Union doivent être créativité et fécondité», a-t-il résumé. Le pape François a aussi mis en garde contre une «balkanisation» de l’Europe, citant les tentations de sécession de l’Écosse et de la Catalogne : «Avant d’avancer, il faut étudier de près.» Il a distingué ces questions de l’émancipation des pays colonisés de leur tutelle, comme en Amérique latine.

«Je ne connais pas d’autre mot.» Le pape François a justifié d’avoir ajouté le terme de génocide dans son discours au palais présidentiel d’Erevan le 24 juin, rappelant qu’il l’avait déjà employé l’année dernière. «Quand j’ai entendu le ton du président (arménien), Ayant déjà utilisé ce mot au Vatican, c’eût été étrange de ne pas le dire ici», a-t-il expliqué, précisant qu’il n’a pas voulu «être offensif mais objectif» alors qu’Ankara a regretté les propos «très malheureux» du pape. Il a reconnu que le mot «génocide» avait une définition juridique précise et pouvait donc avoir aussi une certaine «technicité».

Interrogé sur une récente proposition du cardinal allemand, Reinhard Marx, que l’Église catholique demande pardon pour sa discrimination envers les personnes homosexuelles, le pape François a répondu être d’accord mais en ajoutant qu’il existe aussi «tant de sujets sur lesquels l’Église, la communauté chrétienne, devraient demander pardon», énumérant les manquements envers les pauvres ou les enfants exploités, entre autres. «Les chrétiens doivent demander pardon pour tant de choses», a-t-il insisté comme pour faire valoir que la discrimination envers les homosexuels était une question parmi d’autres. «Il y a des traditions dans des pays, avec des cultures, qui ont une mentalité différente sur cette question», a-t-il aussi mis en avant, estimant parfois excessive des manifestations politiques. Sur l’homophobie, s’appuyant sur le catéchisme de l’Église, il a répété qu’il ne faut «discriminer personne, l’accompagner pastoralement». «Les personnes qui sont de bonne volonté et qui cherchent Dieu, qui sommes-nous pour les juger ?», a-t-il demandé, reprenant une formule employée lors de sa première conférence de presse, en juillet 2013.

Le pape a confié qu’il avait été irrité que la presse annonce d’emblée que les femmes allaient pouvoir devenir diacres quand lui n’avait fait que donner son accord pour la mise sur pied d’une commission qui étudiera le rôle des femmes diacres dans les premiers siècles de l’Église : «J’ai été surpris des nouvelles dans la presse.» Il a indiqué avoir demandé au préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller, d’établir une liste de noms pour cette commission, qui est maintenant sur son bureau. Il a rappelé par ailleurs l’existence dorénavant d’une commission de femmes théologiennes. «Savoir ce que pensent les femmes importe plus que leur fonction, a-t-il estimé. Les femmes pensent différemment. Il faut les écouter avant chaque décision.»

«Il n’y a qu’un pape.» Alors que le secrétaire privé de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, avait récemment distingué un double exercice du ministère pétrinien, actif d’une part avec le pape François, contemplatif d’autre part avec Benoît XVI, François a corrigé : «Il n’y a pas de deuxième pape.» Rappelant que Joseph Ratzinger fêtera le 28 juin ses 65 ans de sacerdoce, son successeur a rappelé toute son affection et admiration pour celui à qui il rend visite et qu’il appelle : «C’est une grâce d’avoir à la maison le grand-père sage.» Il a raconté que des cardinaux étaient venus se plaindre une fois auprès du pape émérite – ce qui de fait s’est produit durant le premier synode – et que Benoît XVI «les avait chassés, avec son style à lui». Comme en d’autres occasions, il a remercié Benoît XVI d’avoir «ouvert la porte» par sa renonciation historique, instituant ainsi les papes émérites. «Il pourra y en avoir deux ou trois», a-t-il ajouté.

Répondant debout, de manière improvisée, aux questions des journalistes, comme à son habitude à chaque retour de voyage, le pape François a aussi abordé les 500 ans de la réforme de Luther, le concile panorthodoxe qui s’achevait en Crète et son déplacement en Azerbaïdjan en septembre prochain. Comme le montre Radio Vatican aujourd’hui, anticipant sur le voyage que le pape effectuera en Suède à l’automne, sous le signe du dialogue avec les protestants, le pape François a reconnu que «les intentions de Martin Luther ne furent pas erronées : c’était un réformateur», invitant à bien remettre son action et sa pensée dans le contexte de son temps. «Aujourd’hui le dialogue est très bon et ce document sur la justification est un des documents œcuméniques les plus riches et les plus profonds». Si la division a fait du tort à tout le monde, le pape insiste pour que l’on prie ensemble. Il faut aussi «travailler pour les pauvres, pour les persécutés, pour tous les gens qui souffrent et pour les réfugiés».

Le pape François a également répondu à une question sur le concile panorthodoxe qui vient de s'achever, en l’absence, notamment du patriarche de Russie. «Un pas en avant a été accompli», a-t-il estimé. «Le seul fait que ces Églises autocéphales se soient réunies, au nom de l’orthodoxie, pour se regarder en face, pour prier ensemble et parler est positif».

Le pape François lors du vol qui le ramenait d’Erevan à Rome, a dans ses réponses donné un bon signal en disant que l’Église devait demander personnes aux homosexuels et aux pauvres, mais aussi en mettant en avant le dialogue œcuménique qui se baserait sur l’aide à tous ceux qui souffrent. Pour le Brexit, il se met sur la même ligne que beaucoup en ce moment, celui de faire une autre Union européenne qui évitera la division. Simple, sans innover le pape François arrive à se sortir du guêpier qu’est une entrevue avec les journalistes.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités, #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article