Jubilé des prêtres : le pape François leur demande de se reconnaître "impurs"

Publié le 2 Juin 2016

BFMTV.com nous montre que le pape François a inauguré ce jeudi 2 juin 2016 le Jubilé des prêtres, dans le cadre de "l'Année Sainte de la miséricorde", en les appelant à se reconnaître sincèrement "sales, impurs, mesquins, vaniteux" et en même temps "appelés et élus" par Dieu.

Ce jeudi, 6000 prêtres et séminaristes - représentant un total de quelque 415 000 et 118 000 dans le monde - se sont réunis dans trois basiliques de Rome, où le pape a choisi de prêcher sur l'importance de manifester la consolation et la bienveillance de Dieu. Il les a d’ailleurs appelé à reconnaître leurs pêchés pour demander miséricorde, au cours des trois prêches qu’il a prononcés. Très longs et travaillés, ils marquent l'importance qu'il accorde au rôle des prêtres, alors qu'il s'est montré critique sur certaines attitudes hypocrites, rigides, corrompues et mondaines dans le clergé.

La bonne transmission du message chrétien passe selon le pape François par la reconnaissance douloureuse du propre péché, qui permet au prêtre d'avoir une attitude miséricordieuse, a-t-il insisté lors de sa première méditation à Saint-Jean de Latran : "Qu'est-ce que nous ressentons quand les gens nous baisent la main et que nous contemplons notre misère la plus intime", a-t-il lancé comme s'il pensait aux dignitaires laïcs et religieux qui lui baisent chaque jour la main au Vatican. "Nous devons, a-t-il ajouté, nous situer dans l'espace où coexistent notre misère la plus honteuse et notre dignité la plus haute. Sales, impurs, mesquins, vaniteux, égoïstes, et, en même temps (....) appelés et élus, aimés et entourés de soins. Seule la miséricorde rend supportable cette position. Sans cela, ou bien nous nous croyons justes comme les pharisiens, ou bien nous nous éloignons comme ceux qui se sentent indignes. Dans les deux cas notre cœur s'endurcit".

Le pape François veut des prêtres qui se reconnaissent pêcheurs pour ne pas s’éloigner des marginaux et des méprisés. Il leur dit donc de ne pas être des juges méprisants mais des hommes accompagnant la douleur des autres. Le prêtre ne doit donc plus être mis sur un piédestal mais être pleinement avec les hommes et leurs souffrances.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Sacerdoce

Repost 0
Commenter cet article