La CGT à Hollande : "Il faut savoir arrêter une grève... quand on a obtenu satisfaction"

Publié le 7 Juin 2016

Francetvinfo.fr nous montre que dans une interview à "La Voix du Nord", François Hollande a cité Maurice Thorez pour appeler à la fin du mouvement social contre la loi Travail. Sauf que le chef de l'État a omis une partie de la formule du communiste.

La CGT estime, mardi 7 juin, qu'il faut "savoir arrêter une grève... quand on a obtenu satisfaction", après que le président de la République a emprunté au communiste Maurice Thorez la première partie de la citation appelant à cesser les mouvements sociaux. "La CGT est d'accord avec François Hollande, à une nuance près : 'Il faut savoir arrêter une grève... quand on a obtenu satisfaction'", écrit le premier syndicat de France dans un communiqué, en fustigeant "la stratégie de radicalisation et de refus du dialogue du gouvernement et du patronat".

"Il y a un moment où, selon une formule célèbre, il faut savoir arrêter une grève", a déclaré le chef de l'État dans une interview à La Voix du Nord mardi. Mais François Hollande a laissé de côté la fin de la citation. En juin 1936, Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, avait en effet lancé, après la signature des accords de Matignon : "Il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue." Les grévistes avaient notamment obtenu la semaine de 40 heures et 15 jours de congés payés.

Mais pour la CGT aujourd'hui, "après plus de trois mois de lutte, la mobilisation continue contre la loi Travail" et le syndicat invite les salariés à l'amplifier "sous toutes ses formes" pour obtenir le retrait du projet de loi de Myriam El Khomri. "Pour permettre à la France d'organiser un bel Euro, la CGT réitère l'appel adressé par l'intersyndicale par courrier au président de la République, le 20 mai : il y a urgence à ce que les organisations soient entendues et reçues sur leurs revendications et exigences !"

Le premier syndicat français liste les grèves dans "de nombreux secteurs" : raffineries, cheminots, énergie, traitement des ordures... La mobilisation "s'ancre et s'élargit dans le privé avec des modalités d'actions diverses", poursuit la confédération, évoquant des grèves reconductibles dans l'agroalimentaire (Nestlé, Haribo), métaux (Peugeot) ou le commerce (Intermarché, Leclerc).

Comme le montre Libération.fr en dépit d'une nuit de négociations marathon qui a débouché sur un projet d'accord d'entreprise redéfinissant l'organisation du temps de travail à la SNCF, les syndicats SUD-Rail et FO viennent d'annoncer la reconduction de la grève par toutes les assemblées générales de cheminots.

Une fin de non recevoir aux appels à cesser le mouvement lancés au plus haut niveau de l'Etat à trois jours du coup d'envoi de l'Euro. Les deux syndicats refusent pour le moment de ratifier l'accord validé par la CFDT et l'UNSA. Selon SUD-Rail ce texte «ne reprend pas les revendications des cheminots en grève» et ne comporte que «quelques mesurettes». On attend maintenant de connaître la position de la CGT Cheminots. Pour le premier syndicat de la SNCF, l'accord d'entreprise est «au niveau» de la règlementation actuelle sur le temps de travail. Mais la CGT n'a pas donné de mot d'ordre à ses troupes, renvoyant aux assemblées générales à qui «il appartient» de «déterminer les suites» du mouvement...

Pour l'heure, la grève qui dure depuis plus d'une semaine et affecte diversement TGV, RER et Intercités, continue malgré un taux de participation évalué à moins de 10 % par la direction de la SNCF mais bien plus fort chez les conducteurs de train. Selon le président de la SNCF, Guillaume Pépy le mouvement aurait déjà coûté plus de 300 millions d'euros à l'entreprise.

Franceinfo.fr nous montre aussi que pendant l’Euro les opposants à la loi El Khomri ne désarment pas et s emontrent imaginatifs, ils vont brandir des "cartons rouges anti-loi Travail". On ne pourra pas les manquer avec leurs drôles de cartons rouges et eux ils ne manqueront aucun match tout en manifestant contre la loi Travail. Ce sont les initiateurs de la pétition qui ont eu cette idée. A partir de vendredi, dès l’ouverture de l’Euro 2016, ils vont distribuer 30 000 affichettes aux supporters de foot pour qu’ils exportent les manifs sur les fans zones, dans les stades et dans les bars.

Une affiche rouge avec un ballon et l’inscription "carton rouge à la loi Travail", une autre bleue, toujours avec un ballon et où il est écrit : "Je soutiens les Bleus pas la Loi Travail". Les organisateurs de l’opération ont pensé à tout, le hashtag #CartonRougeLoiTravail et des visuels de ces affichettes permettront aussi de diffuser le message sur les réseaux sociaux.

Pour les 80 ans du Front Populaire, le gouvernement devrait peut être donner de nouveaux acquis plutôt que d’enlever les derniers qui restant avec la loi travail. La grève ne cessera que quand le mouvement social sera satisfait.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article