Les Veilleurs, un mouvement né en marge de la Manif pour tous en 2013, voulaient "faire converger les luttes" avec Nuit debout. Raté...

Publié le 8 Juin 2016

Un vrai fiasco. Les Veilleurs, un mouvement né en marge de la Manif pour tous en 2013, a tenté, ce soir de "faire converger les luttes" avec Nuit debout comme le montre L’OBS ce mercredi 8 juin 2016.

Deux représentants du mouvement sont donc allés à la rencontre des militants de Nuit debout, rapporte notre journaliste sur place. Leur objectif ? Participer aux débats avec leur dizaine de camarades restés un peu à l'écart de la place, voire même pouvoir prendre la parole au micro.

Le refus a été catégorique de la part des militants de Nuit debout qui ont raccompagné plutôt calmement, mais fermement, les Veilleurs vers l'extérieur de la place. Quelques insultes ont fusé. Les deux représentants des Veilleurs ont retrouvé le reste de leur (très petit) groupe dans une rue près de la place.

L’échec de cette initiative était tout à fait logique puisqu’il n’y a pas de convergence possible de Nuit Debout avec les Veilleurs. Après tout Nuit debout met en avant la défense des libertés individuelles et leur promotion, la lutte contre toutes formes de discrimination telles que le sexisme, le racisme et l'homophobie. Le fait que les Veilleurs se sont opposés au mariage pour tous ne pouvait pas mettre en avant la convergence des luttes.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 14/06/2016 20:27

Paroissien Progressiste

Aleteia la trolle ? qui est cette personne en fait ? une habituée de Golias ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 14/06/2016 23:00

M.W,

Je n'en sais rien.

Merci !

Françoise 14/06/2016 16:05

Tiens, après l'Envers du Décor, Aleteia le troll vient te faire visite, Taï.
Eh be...ça promet!

paroissiens-progressistes 15/06/2016 21:20

Françoise,

C'est intéressant.

Merci !

Aleteia Milasierdie 10/06/2016 22:44

Bonsoir paroissien-progressiste, merci pour votre billet. (Votre billet omet néanmoins les agressions dont les veilleurs ont fait l'objet dans la suite de la soirée). Essayons de rester objectifs et surtout de ne pas être défaitiste quant aux tentatives d'amitié et de convergence malgré les différences. Les militants de nuit debout et les veilleurs ont plus de choses en commun qu'on peut le penser de prime abord, et les veilleurs avaient justement préparer une veillée sur le thème du travail avec de très belles réflexions (de la part de syndicalistes, de travailleurs, d'écrivains, de philosophes, d'historiens qui, comme Nuit debout, remettaient en question le système économique actuel, la concentration des richesses dans les mains de quelques hommes, etc.). Il n'était pas question d'aborder les points de divergence dont vous parlez. Je vous invite chaleureusement à partager un jour une de leur veillée. Heureusement, quand Jésus rencontrait quelqu'un, il ne lui demandait pas quelles étaient ces convictions politiques. Il commençait par poser un regard aimant. C'est sans doute ce même regard qu'il nous faut tous retrouver les uns à l'égard des autres (qu'on soit veilleur, militant de nuit debout ou observateur). Cordialement

paroissiens-progressistes 16/06/2016 14:52

Aleteia Milasierdie,

Je ne suis pas convaincu, la plupart de ses soutiens connus ont été dans l'UMP (libéral contre toute politique de gauche) et Marion Maréchal Lepen (FN, xénophobe et homophobe) a été invitée à une de leur veillée. Pour convaincre Nuit Debout, il faut mieux choisir ceux qui viennent à ses veillées. D'ailleurs Axel Rokvam, le fondateur des Veilleurs a affirmé cependant qu'il y a une différence de fond et de forme entre les deux mouvements. Ne prenez pas mal, ce jeu de mot faisait juste le rapport avec le site Aleteia. Peut-être le moment à été mal choisi, et sans doute le mouvement aurait du mieux travailler son approche.

Passez une bonne journée et heureux de votre visite !

Aleteia Milasierdie 15/06/2016 23:36

Paroissien Progressiste,
Les veilleurs sont un mouvement qui essaye depuis trois ans d'effectuer un travail de fond, ça fait longtemps déjà qu'ils sont sortie d'une simple opposition à un projet de loi, et qu'ils essayent d'inviter à réfléchir à des questions qui interrogent un champ beaucoup plus large, et plus anthropologique que strictement politique (dont le travail, l'éducation, l'art, etc.).
Il me semble qu'il est toujours plus fécond de partir de ce qui est commun que des différences, et surtout de concevoir que l'autre, qu'il soit veilleur, antifaschiste ou ce que vous voulez, a toujours quelque chose de beau à apporter, dès lors que la rencontre se fait. Encore faut-il la risquer, la rencontre. Et ce n'est pas parce que ça n'est pas un succès la première fois que ça ne peut pas l'être à l'avenir. Heureusement que le Christ ne s'est pas dit, à chaque fois qu'il allait à la rencontre de personnes qui sans doute pouvaient lui être hostile, voire lui avaient déjà été hostile, que c'était foutu.
Quand à la violence des paroles, vous avez raison qu'elle existe, et que quelques mots peuvent blesser parfois davantage qu'un coup. Mais aucune violence ne justifie une autre violence. Je vais vous dire, si nous devions taper tous ceux qui aujourd'hui sont violents par leur parole, je crois que les gens ne feraient que se taper dessus malheureusement...
Quant à moi, je regrette que mes quelques posts ne soient pas bien accueillis par ceux qui vous lisent, je regrette qu'ils ne trouvent que le moyen d'être méprisants par leurs message et les surnoms qu'ils me donnent au lieu de me répondre comme vous avez pris le temps de le faire, je ne suis une habituée de rien du tout, pas même des blogs ou autres, seulement une internaute de passage qui a voulu échangé en paix sur un blog qui prêche l'ouverture... merci à vous

paroissiens-progressistes 11/06/2016 13:17

Aleteia Milasierdie,

La non violence ? Encore faut-il ne pas soutenir des causes qui vont amener la violence. Je me souviens qu'un prêcheur lors d'une veillée du mouvement comparait les couples de même sexe à des accidentés de la route et des handicapés. La violence se trouve dans les mots, et les Veilleurs n'avaient rien dit contre. La non violence d'accord, mais le mouvement savait à l'avance qu'il ne serait pas bien accueilli, il avait déjà essayé avec les zadistes en 2013 avec le même résultat.

Merci !

paroissiens-progressistes 11/06/2016 13:12

Aleteia Milasierdie,

C'est peu convaincant, Nuit Debout n'a rien en commun avec ces opposants au mariage pour tous puisque je n'ai pas vu les Veilleurs soutenir le mouvement contre la loi travail. Ils voulaient juste en profiter pour relancer leur mouvement et connaissaient à l'avance l'accueil qu'ils allaient recevoir.

Merci !

Aleteia Milasierdie 10/06/2016 22:52

Je vous invite à lire la lettre écrite par une personne ayant participé à la veillée ce mercredi, pour que vous puissiez voir combien les veilleurs peuvent aussi vivre comme vous de l'évangile, y compris vis-à-vis de ceux qui leur font du mal:
"Cher petit frère,
Hier soir je suis rentrée tard. Comme tous les mois j’avais rejoint les amis veilleurs pour partager avec eux et les passants, désireux de se joindre à nous ou simplement curieux, les belles pages de littérature, d’histoire, de philosophie et de musique qui fondent notre culture, afin de réfléchir avec eux aux moyens de promouvoir une société plus juste fondée sur le bien commun, de chanter l’espérance qui nous anime et de mettre la culture au service de l’amour.
Hier soir je suis rentrée tard, et toi tu m’attendais. Toi aussi, tu veillais. Tu as eu peur que l’on m’ait fait du mal m’as-tu dit. J’ai entendu les reproches que tu m’as faits. Tu me trouves bien imprudente et tu voudrais m’interdire d’y retourner jusqu’à ce que je sois passée ceinture noire de sport de combat pour pouvoir me défendre. Je t’entends petit frère. Je te suis très reconnaissante de cet amour que tu me portes et qui transfigurait hier le petit savon que tu m’as passé lorsque je suis rentrée, et je te remercie (...non pour le savon, mais pour l’amour que tu me portes).
Mais non, petit frère, toi non plus tu ne m’intimideras pas, pas plus que les antifas. Et tu ne m’empêcheras pas de repartir veiller, d’essayer à nouveau, avec les amis veilleurs, de partager avec d’autres hommes cette expérience authentique que constitue une veillée qui tient ferme l’espérance et chemine, parfois à tâtons, sur le chemin de la vérité.
Tu me dis imprudente, je t’entends petit frère. Tu ne veux pas me veiller des mois sur un lit d’hôpital après un possible passage à tabac, je t’entends.
Mais vois-tu, je ne veux pas soumettre mes actes ni mes pensées à la peur qui me prend parfois le ventre, comme hier lorsque les antifas cagoulés voulaient juste en découdre avec nous. Je ne sais pas me défendre, c’est vrai. Que veux-tu, en cours de récréation de l’école primaire, je pouvais compter sur notre aîné protecteur. Et à la maison, j’ai vite mesuré qu’en terme de muscles je ne ferai pas le poids face aux six frères. Et puis, maintenant que nous avons grandi, je peux te l’avouer, petit frère, Maman m’a depuis longtemps donné une technique infaillible pour résister à vos tentatives d’invasions quand, alors que tranquillement je jouais avec Marie aux poupées, vous souleviez une armée de chevaliers et veniez nous embêter. Il suffisait selon Maman que je ne réponde pas à vos provocations pour que vous finissiez par partir de vous-mêmes. Les premières fois que j’ai voulu mettre en application cette belle parole, je me souviens qu’il m’a fallu beaucoup d’efforts et de force pour ne pas vous répondre. J’ai très vite compris cependant l’efficacité d’un tel procédé et l’effort devenait de plus en plus facile à force de pratique.
Tu as forgé en moi, sans le savoir, avec nos frères, la conviction profonde que la non-violence est une des réponses les plus fortes – des plus faibles aussi je te l’accorde, si tu me prends aux mots – que l’on puisse rendre à la violence. Sois en remercié du fond du cœur !
Alors non je ne sais pas me défendre au sens propre – ou sale, d’ailleurs – mais en ces temps troublés je crois que j’ai moins de mal à être piétinée, violentée, qu’à taper ces personnes qui ne se savent pas aimées, et qui déversent des torrents de haine.
Hier nous sommes nombreux à avoir vu cette haine, entendu cette haine, parfois senti dans notre corps cette haine. Mais la haine n’est pas autre chose qu’un vide béant d’amour que nous devons combler. Et sur ce terrain, petit frère, j’aimerais avoir la force de ne pas déserter.
J’aimerais pouvoir discerner, derrière chaque agresseur, un cœur meurtri, un cœur souffrant, et ne pas le juger, mais simplement l’aimer. J’aimerais qu’à leurs cris, qu’à leurs insultes, mon cœur garde la paix et réponde intérieurement « je vous pardonne ». J’aimerais m’adoucir tellement que chaque coup porté atterrisse comme sur un oreiller et que jamais je ne souffre plus la pensée de vouloir leur rendre la pareille. J’en suis pourtant si loin. Et c’est peut-être la prise de conscience, hier soir au cœur des événements, de cette distance qui me sépare de ces désirs profonds, qui me fait le plus mal aujourd’hui.
Finalement, tu vois, c’est encore une affaire de cœur. Aucun coup de foudre, certes, entre veilleurs et antifas. Mais des éclairs et des cœurs blessés : les uns le sont parce qu’ils ne se savent pas aimés, les autres parce qu’ils ont vu hier qu’ils étaient détestés.
Deux d’entre nous hier sont partis à l’hôpital, d’autres sont rentrés chez eux se soigner, mais tous nous sommes repartis blessés. Alors toi, petit frère, qui aimait montrer fièrement tes cicatrices pour t’affirmer homme, tu sais bien que des blessures peut jaillir un bien plus grand. La cicatrisation peut être plus ou moins longue, mais avec une application quotidienne du baume du pardon, nous devrions pouvoir les aimer pour combler le vide béant d’amour qui les fait tant souffrir.
Voilà, petit frère, ces quelques lignes pour t’avouer que je n’ai en fait aucune envie de me mettre au Krav Maga. En revanche je veux bien t’entrainer à la méthode infaillible dont je t’ai parlé en devenant une colloc’ encore plus difficile à vivre que je ne le suis aujourd’hui, et en t’offrant ainsi d’autant plus d’occasions de t’exercer à la patience et à la non-violence. Chiche ?
Je t’aime (grand) petit frère,
Ta (petite) grande sœur "

M.W 09/06/2016 10:29

Paroissien-Progressiste

Les Veilleurs n'ont donc pas eu le droit de s'exprimer ? Je pensais que Nuit Debout donnait la parole à tout le monde, c'est paradoxal de refuser le débat avec des anti-mariages gays et de dire ensuite que tout le monde peut venir s'exprimer. Ils auraient du engager un débat car déjà d'une part ils auraient pu développer des arguments pour le mariage gay d'autre part ils risquent par leur attitude d'être décrédibilisé en refusant de donner la parole aux veilleurs, ce serait dommage pour Nuit Debout

Cordialement

paroissiens-progressistes 09/06/2016 20:53

M.W,

Ils avaient déjà essayés avec les zadistes, ça n'avait pas marché. La raison est que Nuit Debout n'a pas cru à cette convergence, car on a jamais vu les Veilleurs défendre les droits des travailleurs, mais vouloir enlever de nouveaux droits aux personnes de même sexe. Nuit debout avait surtout peur de perdre tout crédit en acceptant un mouvement qui ne partageait pas ses valeurs.

Merci !