Marie-Madeleine mise au rang des apôtres

Publié le 12 Juin 2016

Cath.ch nous montre que par décision du pape François, la sainte Marie-Madeleine, le 22 juillet, ne sera plus une simple «mémoire obligatoire», mais deviendra une «fête liturgique», a fait savoir la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements le 10 juin 2016.

Cette décision invite à approfondir «la dignité de la femme, la nouvelle évangélisation et la grandeur du mystère de la miséricorde divine», explique Mgr Arthur Roche, secrétaire du dicastère. Le dicastère chargé de la liturgie a publié un nouveau décret, daté du 3 juin dernier élevant la célébration de sainte Marie-Madeleine au rang de fête dans le calendrier romain général. Lors de la célébration d’une «fête liturgique», degré intermédiaire entre la mémoire et la solennité, les lectures de la messe et de l’office sont propres à ce jour.

Dans le contexte du Jubilé de la miséricorde, explique Mgr Roche dans un article à paraître dans L’Osservatore Romano du 11 juin, cette initiative souligne l’importance de cette femme de l’Évangile «qui a montré un grand amour au Christ et fut tant aimée par lui».

Selon la tradition occidentale, note encore Mgr Arthur Roche, sainte Marie-Madeleine est identifiée à Marie de Magdala, la sœur de Lazare et Marthe qui versa le parfum sur les pieds du Christ dans la maison de Simon le pharisien. Elle fit «partie du groupe des disciples de Jésus, le suivit jusqu’au pied de la croix». Marie-Madeleine, dont la figure a fait couler beaucoup d’encre dans la littérature, est parfois présentée comme une femme de mauvaise vie et par certains comme la maîtresse ou la concubine du Christ. Elle fut, selon les évangiles, la première témoin de la résurrection de Jésus et la première à la rapporter aux apôtres. Avec eux, elle évangélisa les nations, jusqu’en Gaule.

Pour toutes ces raisons, assure le prélat britannique, «il est juste que la célébration liturgique de cette femme ait le même rang de fête que les apôtres dans le calendrier romain général». La liturgie fera donc désormais ressortir «la mission spéciale» de Marie-Madeleine, «exemple de vraie et authentique évangélisatrice, modèle pour toute femme dans l’Église». Selon la tradition, son tombeau se trouve à Saint-Maximin, près de la Sainte-Baume en Provence, dans le sud de la France.

Comme le montre NCRonline.org cette idée fait un immense plaisir aux pour les groupes réformateur qui ont adopté Marie de Magdala comme patronne, comme Future Church basée à Cleveland, qui a fait depuis 1997 la promotion de la fête comme un moyen «d'éduquer au sujet des femmes leaders et à modéliser l'équilibre entre les sexes dans la proclamation de l’Écriture». Selon Future Church, chaque année entre 200 et 300 célébrations de la Journée de Magdala sont organisées dans le monde entier.

Dernier détail intéressant, le pape François l’a spécifiquement mentionné dans une prière qu'il composa pour l'Année de la Miséricorde, selon le Catholic News Service. "Votre regard aimant a libéré Zachée et Matthew de son asservisement par l'argent; la femme adultère et Marie Madeleine pour chercher le bonheur dans les choses créées; faitt Peter pleurer après sa trahison, et a assuré le paradis au voleur repentant".

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 15/06/2016 16:49

paroissien progressiste

Comme j'aime bien votre réflexion, je vous mes ici un discours d'un athée, j'aimerai savoir ce que vous en pensez :

Je ne dis pas que les croyants sont « stupides », je dis qu’ils ne tiennent pas assez compte du fonctionnement du psychisme humain.
Nous ne percevons la réalité du monde qu’à travers le filtre de notre pensée et de nos émotions. Et cet instrument est extrêmement imparfait : nous constatons tous les jours, autour de nous et en nous-mêmes, à quel point nos pensées et nos sens sont influencés, et notre perception du monde biaisée, malléable, peu fiable.
La croyance religieuse ne basant sa Vérité que sur une conviction trouvée « à l’intérieur de soi », elle est directement soumise à ces effets de distorsion et d’auto-aveuglement, et selon moi elle n’en est même que le pur produit.
A l’intérieur de nous-même nous ne rencontrons que nous-mêmes, nos peurs, nos fantasmes et nos espoirs remodelés et projetés sur la « nature ultime du monde » tel que nous souhaitons qu’il soit.

A l’inverse, la démarche scientifique vise justement à s’abstraire du biais apporté par chacun d’entre nous pour identifier, à « l’intersection » en quelque sorte de toutes nos expériences individuelles, ce qui peut constituer la réalité tangible d’un monde extérieur. L’expérience matérielle, mesurée, reproductible, me semble la seule façon de prétendre atteindre autre chose que nos propres obsessions individuelles.

paroissiens-progressistes 15/06/2016 21:19

M.W,

Comme le dit William James dans The Variety of Religious Experience, les croyances religieuses ne doivent pas être opposées à la science. Les réduire à des illusions ou à des superstitions ne permet pas de comprendre quel rôle leur est dévolu par les croyants. Les croyances religieuses ne se situent pas dans le registre du vrai ou du faux : elles sont d'abord utiles, accompagnant les croyants et les aidant à surmonter les épreuves de la vie. Pour lui, il ne faisait pas de doute qu'une de ses fonctions majeures est d'apporter paix et sérénité face aux épreuves de la vie. Il se dégage que la religion favorise le bien-être.

D'autres études montre que les pratiques de prières et rituels religieux ont des bénéfices sur la santé des pratiquants. La religion aide donc les gens à mieux affronter le stress et les troubles organiques.

Merci !

Françoise 14/06/2016 21:12

Le totalitarisme clérical M.W. est une dictature qui établit tout religieux comme supérieur au reste de l'humanité et lui octroie une dimension sacrée, intouchable. Qui permet donc aussi à l'ensemble du clergé d'opérer une discrimination et une oppression des croyants, qui sont définis comme inférieurs au dit clergé. Voilà le totalitarisme clérical. Si vous trouvez cette situation normale, saine, libre à vous. Mais ça n'a strictement rien à voir avec le message évangélique de Jésus. C'est même l'antithèse.
Et utiliser Marie-Madeleine comme une carotte ou un bonbon pour faire passer la vipère intégriste et fasciste de la FSSPX, héritière des collabos comme Charles Duquaire, protecteur et fervent soutien de Paul Touvier, c'est parfaitement méprisable, odieux.

M.W 14/06/2016 20:38

Paroissien Progressiste

Mais qu'est ce donc que le totalitarisme aux yeux de notre bonne amie sinon un système qui ne correspond pas à ses propres pensées ? Et que peut-on savoir de l'attitude de Marie-Madeleine ou de Jésus ? peut-être qu'ils vont cautionner les intégristes catholiques de la FSSPX et qu'ils accepteraient la politique du Saint-Père ou peut-être pas. Après tout, un de mes professeurs d'histoire ancienne croit en l'hypothèse selon laquelle Jésus était un juif très orthodoxe et très conservateur....

Cordialement

paroissiens-progressistes 15/06/2016 13:39

M.W,

Ses critiques faites aux sadducéens et aux pharisiens montre qu'il critique la vision littéraliste de loi de ces derniers. Ils critiquait ceux qui chargeait d'un fardeau les autres alors qu'eux ne faisait pas de même. La FSSPX ressemble beaucoup a ce que critiquait Jésus.

Il était plutôt proche des hassids, qui mettaient en avant le détachement des biens et la pauvreté, où l'étude de la loi n'est pas l'essentiel, mais les actes. ce mouvement mettait en avant la piété, la charité, et la capacité de guérir les malades et faire des miracles. Pour eux, le mérite personnel suscitait le pardon extraordinaire de Dieu pour les péchés. Ils ont ouvertement violés "règles de l'étiquette" rabbiniques en matière de pureté rituelle, et les décrets spécifiques des Pharisiens.

Les Traditionalistes en charge du bien-être de la société ont imaginé qu'ils menaçaient de saper et de renverser l'ordre des valeurs et des priorités. Ils ont souvent offensé la dignité des rabbins qu'ils dévaluaient.

Merci !

M.W 15/06/2016 11:35

Paroissien Progressiste

En même temps, reconnaissez que notre bonne amie a tendance à qualifier de totalitaire tout système qui ne correspond pas trait pour trait, point par point à ce qu'elle pense donc je me défie.

Ah notre amie et ses raccourcis faciles "Tu ne pense pas comme moi, t'es fasho" voilà son credo. Je pense qu'elle n'a pas vu le commentaire que j'ai fais un jour pour dire que je n'ai plus la foi chrétienne, elle a disparut, elle a été annihiler, elle a été détruite par la bêtise du monde et oui je n'ai plus la foi chrétienne, je ne suis plus catholique que de culture, de foi, je suis déiste. Donc je ne cautionne pas forcément cette sacralisation du clergé mais je ne suis pas contre non plus, je laisse les partisans et les opposants faire ce qu'ils veulent, personnellement, et bien, je ne peux pas dire que ça ne m'intéresse pas car j'aime étudier ces courants de penser différents mais cela me laisse comment dire indifférent au sens où je ne me sens pas concerné. Après est-ce un système normal et sain ? et bien comme le disais Amien Marcellin, l'historien romain "ce n'est pas à mon modeste jugement d'en décider",je laisse les gens faire ce qu'ils veulent et penser ce qu'ils veulent. Quant à Jésus, et bien, les Evangiles étant composés de matéphores, je pense qu'il est possible de les instrumentaliser dans la plupart des sens possibles et imaginables, après tout, les intégristes emploient l'Evangile pour défendre leur vision intégriste de la religion et du monde. Après tout quand Jésus dit « Qui n'est pas avec moi est contre moi », cette phrase est ambiguë, cela veut dire « qui n'est pas vertueux est contre Dieu » mais cela peut aussi vouloir dire « qui n'est pas d'accord avec moi est condamnable » et on peut, si on est intégriste, instrumentaliser cette phrase pour dire que les non-chrétiens iront en Enfer. D'ailleurs, les athées militants eux-mêmes emploient les Evangiles pour critiquer l'image sainte de Jésus-Christ et pour montrer que ce-dernier était un être cruel et fourbe, je vous invite, à titre d'exemple à consulter cette page :

www.willeime.com/noire-jesus.htm

Et je maintiens ce que je dis : pouvons-nous avoir la certitude que le Christ et Marie-Madeleine seraient contre la FSSPX et le pape François ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 14/06/2016 23:10

M.W,

Non, Françoise parle de l'absolutisme pontifical, où les fonctionnaires de Dieu (cardinaux, évêques et prêtres) sont mis dans un piédestal. L'hypothèse que Jésus était un juif conservateur et orthodoxe est minoritaire. Jésus a eu un message qui a amené vers lui les défavorisés et les marginaux, difficile de le faire avec un message peu ouvert sur les autres.

Merci !

Françoise 14/06/2016 15:13

Deux pas en avant, trois pas en arrière...c'est la stratégie de ce pape-là, pourrait-on chanter.

Tout ça pour maintenir un système totalitaire. Même Marie-Madeleine aurait honte d'être utilisée ainsi pour tenter de faire passer sans trop de protestations l'intégrisme de la FSSPX par prélature opusienne interposée.
Y a des moments où j'aimerais vraiment que Jésus revienne fiche un bon coup de pied au derrière de ces marchands du temple...

paroissiens-progressistes 15/06/2016 21:26

Françoise,

Attendons de voir ce qui va se passer, et si Jésus revient on essayera à nouveau de le tuer, il faut d'abord améliorer le monde pour lui apporter un chemin plus calme. Ne donnons pas notre colère, mais pressons un peu plus le mouvement.

Merci !