Une actualité politique qui ne profite pas au gouvernement et où le PS doit en revenir aux primaires

Publié le 18 Juin 2016

Une actualité politique qui ne profite pas au gouvernement et où le PS doit en revenir aux primaires

LeParisien.fr et RT.com nous montrent que trois jours après les manifestations contre la Loi Travail, les opposants à la Loi El-Khomri se sont fait entendre le vendredi 17 juin durant la soirée. Armés de passoires, de cuillères et de casseroles, ils étaient un peu partout en France, devant les mairies à avoir répondu à l'appel des Casseroles Debout. Une opération 2.0 lancée sur les réseaux sociaux par l'activiste féministe Caroline de Haas, initiatrice quatre mois plus tôt de la fameuse pétition "Loi travail : non, merci !". L'idée : improviser un "concert de casseroles" de trois minutes, simultanément à 20 heures devant une mairie.

L'organisatrice a annoncé 350 rassemblements un peu partout dans l'Hexagone. De Caen à Nantes, en passant par Avignon et à Paris dans plusieurs arrondissements. Ces rassemblements en petits groupes étaient festifs et enthousiastes comme on pouvait le voir à Nantes, Lyon, Marseille, Grenoble et Clermont-Ferrand, à Bagnolet, ou à Vitry. Selon les organisateurs de l'événement, ces rassemblements courts et festifs doivent permettre aux citoyennes et citoyens d'exprimer leur refus de la Loi Travail.

Mais Libération.fr nous signale aussi que le leader de la CGT Philippe Martinez et la ministre du Travail se sont rencontrés ce matin, une première depuis le mois de mars. Alors que la fronde de la CGT bat son plein contre la loi Travail, les protagonistes n’ont pas trouvé de point d’entente. «Nous avons des désaccords ; ils ne sont pas nouveaux, il n’y a pas de scoop par rapport à ça», a ainsi admis Myriam El Khomri. De fait, «il n’y a aucune raison que ni la votation citoyenne, ni les journées de mobilisation qui sont prévues, ne soient retirées», a annoncé le leader syndical. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 23 juin prochain.

Enfin, HuffingtonPost.fr précise que le Conseil national du Parti socialiste a décidé à l'unanimité ce samedi 18 juin d'organiser une primaire pour désigner son candidat à la présidentielle en 2017. Le "Parti socialiste décide d'organiser une primaire ouverte aux acteurs de la Belle Alliance populaire (PS, PRG, écologistes pro-gouvernemental) et (à) tous ceux qui soutiendraient la démarche", les 22 et 29 janvier, prévoit le texte soumis au parlement du parti. Le Premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a prévenu qu'il y aurait certainement moins de votants pour cette primaire de 2017 que pour celle de 2011.

D'un côté, il enterre une primaire très ouverte mais compliquée dont ni Jean-Luc Mélenchon ni EELV ne voulaient. De l'autre, il offre un compromis acceptable à tous les membres du PS, frondeurs inclus, qui redoutaient que le scrutin censé désigner le champion du parti en 2017 ne soit définitivement enterré alors même que la procédure est inscrite noir sur blanc dans les statuts du parti. Plus délicat encore, Jean-Christophe Cambadélis a obtenu l'assentiment du président de la République François Hollande qui confirme par là même son intention de se représenter en 2017. Pour un ténor du PS, la primaire permettra surtout au président de la République de "purger son bilan" et de se "relégitimer".

Le mouvement Casseroles Debout montre que les moyens de contestations changent et s’inspire d’une démarche argentine de 2012 pour s’opposer pacifiquement la Loi Travail, tandis que les négociations avec la CGT n’ont pas atteint les buts qu’attendait le gouvernement trop obstiné pour s’offrir une porte de sortie, et le PS s’est enfin décidé de faire une primaire qui n’est malheureusement pas ouverte à toute la gauche, mais avec des candidats possibles comme Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Gérard Filoche ou Marie-Noëlle Lienemann.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 19/06/2016 08:53

Armés de passoires, de cuillères et de casseroles, ils étaient un peu partout en France, devant les mairies à avoir répondu à l'appel des Casseroles Debout.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vile copie des manifestations anti-Allende des ménagères de Santiago du Chili.

paroissiens-progressistes 19/06/2016 09:19

gaëtan,

Non, ça ne copie pas ces manifestations contre Allende mais celles qui ont eu lieu en Argentine en 2012 contre Christina Kirchner qui s'inspirait de celles de 2008, c'était des manifestations populaires. La manifestation des ménagères dont vous parlez concernait les ménagères des beaux quartiers et leurs employées (qui n'avaient pas le choix puisqu'elles pouvaient perdre leur travail). Encore une fois, vous utilisez les mauvais exemples.

Merci !