Une délégation pour l’ordination des femmes reçue au Vatican et la Création d'un nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie

Publié le 4 Juin 2016

L’EXPRESS.fr nous montre dans son article du vendredi 3 juin 2016 que deux responsables d'une organisation militant pour l'ordination des femmes dans l'Eglise catholique ont été reçues ces derniers jours au Vatican en marge du jubilé des prêtres organisé ces derniers jours à Rome, a révélé vendredi une porte-parole de ce mouvement.

Selon Mme Janice Sevre-Duszynska, elle-même et une autre femme prêtre de la Women's Ordination Worldwide (WOW) ont été reçues par un "haut responsable" non identifié de la secrétairerie d'État, organe central de la Curie. Elles lui ont remis une pétition demandant au pape François d'ouvrir un dialogue et de lever les excommunications contre ceux qui militent dans l'Église pour cette cause. L'ordination de femmes-prêtres n'est pas au programme du pape. Mais il a accepté le mois dernier d'instituer une commission qui pourrait rendre des conclusions favorables au diaconat des femmes.

Pour célébrer leur propre "jubilé des femmes prêtres", parallèlement au grand "jubilé des prêtres" qui réunissait 6000 prêtres du monde entier au Vatican du 1er au 3 juin, la WOW s'est réunie discrètement à la "Casa internationale delle donne" dans le quartier du Trastevere. Un groupe de ces femmes ordonnées illégalement s'est réuni vendredi matin devant le Castel San Angelo et a rejoint la place Saint-Pierre, où elles se sont mêlées à la foule qui assistait à une grande messe du jubilé des prêtres.

"Nous sommes jusqu'à deux cents femmes ordonnées dans le monde, certaines même pas recensées. L'immense majorité exerce aujourd'hui aux États-Unis", a indiqué à l'AFP une femme prêtre française, Christina Moreira, ordonnée l'an dernier, qui exerce à La Corogne, en Espagne.

Jorge Bergoglio veut accroître le rôle des femmes dans l'Église mais ne veut pas les "cléricaliser" en leur confiant les mêmes fonctions que les hommes. Si aucun changement n'est à attendre du pape sur l'ordination féminine, les associations de femmes prêtres se félicitent d'un changement de ton dans l'Église, où il n'est plus interdit d'évoquer le sujet comme auparavant.

Même si cette pétition pour l’ordination des femmes prêtres recevra une réponse négative, la délégation de la Women's Ordination Worldwide (WOW) a été reçu au Vatican, ce qui est un bon signal mais il ne faut pas être naïf à ce sujet. npr.org ce samedi 4 juin signale que le père Tony Fannery, dont le soutien pour les femmes prêtres était une des raisons pour laquelle le Vatican l’a suspendu de son ministère public, et il a également pris part à la discussion de cette semaine dans le "jubilé des femmes prêtres".

Il a rejeté la réclamation que les disciples de Jésus étaient seulement des hommes, et que seuls les hommes peuvent administrer les sacrements "en la personne du Christ." "Maintenant c'est un argument ridicule", dit-il. "En fait, cet argument a sa place qui lui revient celle du passé à l'époque de la terre plate et de la persécution de Galilée."

Tandis que Radio Vatican nous annonce que le projet qui était régulièrement abordé ou revenait fréquemment à chaque réunion du C9, le conseil des cardinaux chargés d’aider le Pape à réformer la Curie romaine : la création d’un grand dicastère réunissant les laïcs, la famille et la vie. Ce samedi 4 juin 2016, le pape François a, sur proposition du conseil des cardinaux, approuvé ad experimentum, les statuts qui donneront naissance le 1er septembre prochain à ce nouveau dicastère. Il réunira les actuels conseils pontificaux pour les laïcs et pour la famille qui cesseront de fait, d’exister, les articles 131-134 et 139-141 de la constitution Pastor Bonus étant abrogés. L’Académie pour la Vie, elle, ne sera pas abrogée, mais reliée au nouveau dicastère.

Ce nouveau dicastère aura à sa tête un préfet et un secrétaire, qui pourrait être un laïc, assistés de trois sous-secrétaires, tous laïcs, et en charge des sections dédiées aux laïcs, à la famille et à la santé. Le texte officiel précise bien que ses membres seront issus du clergé, mais aussi des fidèles laïcs, hommes et femmes, célibataires ou mariés, engagés dans divers champs d’activité et venant des quatre coins du monde, afin de respecter le caractère universel de l’Église.

Son rôle sera de promouvoir et d’organiser des conférences internationales et autres initiatives concernant l’apostolat des laïcs, l’institution du mariage et la réalité de la famille et de la vie dans le milieu ecclésial et dans la société. Ce dicastère encouragera la promotion des vocations et de la mission des laïcs dans l’Église et dans le monde, ainsi que la conscience de la coresponsabilité pour la vie et la mission de l’Église. Il devra ainsi promouvoir la participation des laïcs au catéchisme, à la vie liturgique et sacramentelle, à l’action missionnaire, aux œuvres de miséricorde, de charité et de promotion humaine et sociale. La présence active et responsable dans les organes consultatifs de l’Église doit également être soutenue.

Concernant la famille, le nouveau dicastère protégera la dignité et le bien de la famille basés sur le sacrement du mariage. Il offrira des lignes directrices sur la préparation au mariage, sur les programmes pastoraux qui soutiennent la famille dans la formation des jeunes à la vie de la foi et à la vie ecclésiale et civile, en prêtant une attention toute particulière aux pauvres et aux laissés pour compte.

Le décret précise que ce dicastère aura un lien direct avec l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, «pour promouvoir une direction commune dans les études sur le mariage, la famille et la vie». Il soutiendra et coordonnera des «initiatives en faveur de la procréation responsable» et sur «la protection de la vie humaine de sa conception jusqu’à sa fin naturelle», et «encouragera les organisations et associations qui aident la femme et la famille à accueillir et à prendre soin du don de la vie, spécialement dans les cas de grossesse difficile, et à prévenir le recours à l’avortement», tout en soutenant des initiatives vouées à aider les femmes qui auraient avorté.

Enfin il est précisé que ce dicastère développera une formation «sur la base de la doctrine morale catholique et du Magistère de l’Église» sur les questions de bioéthique et de droit à la vie, notamment concernant pour le Vatican les idéologies qui se développent concernant la vie et le genre. Ce ne sont pas des idéologies mais des études que le Vatican devrait connaître pour éviter d'qvoir une vision rigide sur la société.

Le nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie aurait pu être plus ouvert s’il était réellement fait avec de vrais acteurs de la vie civile et pas sous la coupe de l’Institut pontifical Jean-Paul II sur la famille et le mariage. Dommage, un peu de courage ne ferait pas de mal et permettrait à l’Église de mieux connaître le monde moderne.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 05/06/2016 09:35

Faut pas se faire d'illusions sur le sujet. Le Vatican ne veut pas perdre le contrôle idéologique, politique, religieux. Les vrais acteurs de la vie civile n'intéressent pas les religieux, parce qu'ils sont jugés inférieurs à la caste cléricale, et potentiellement hors des vues cléricales.
Même dans les groupes plus laïcs que religieux, les tenants du pouvoir sont qui à ton avis? Ben les religieux. Comment veux-tu dans un tel contexte que les choses avancent?
Quid des religieuses américaines qui font de l'information à la contraception et du soutien social?

paroissiens-progressistes 07/06/2016 19:04

Françoise,

La LCWR préfère le pape François à Benoît XVI car elles peuvent au moins parler avec lui. La suite des événements sera intéressante. Seront-elles diaconesses ? Ou participeront-elles au débat ? Autre chose ? Elles sont célèbres et leur parole est écoutée, le pape aurait tort de ne pas s'adresser à elles.

Merci !