Des théologiens catholiques critiquent Amoris laetitia

Publié le 13 Juillet 2016

Sébastien Maillard dans son article du mardi 12 juillet 2016 pour la-Croix.com nous montre que dans une lettre au collège des cardinaux, 45 universitaires et prêtres catholiques demandent de faire corriger les «propositions erronées» de l’exhortation du pape François sur la famille. D’autres cardinaux interprètent le texte avec grande prudence.

L’avant-Synode sur la famille avait vu une levée de bouclier de responsables d’Église prévenant du risque de changements doctrinaux sur l’indissolubilité du mariage. L’après-Synode aussi. Le site conservateur américain, National Catholic Register, s’est fait l’écho, lundi 11 juillet, d’une lettre signée par 45 prélats et professeurs catholiques qui recensent 19 passages où Amoris laetitia, l’exhortation post-synodale du pape François, serait, selon eux, «en conflit avec les doctrines catholiques». Au point de demander que le pape «répudie les erreurs» relevées.

Au risque d’amoindrir la crédibilité de leur document de 13 pages, les signataires gardent l’anonymat. Ils indiquent provenir «de diverses universités pontificales, séminaires, collèges, instituts de théologie, ordres religieux et diocèses à travers le monde», sans autre précision. En guise de lobbying, ils comptent transmettre copie de leur texte, traduit en plusieurs langues, à chacun des 218 cardinaux.

Leur lettre est adressée officiellement au doyen du collège cardinalice, le cardinal Angelo Sodano, afin que son instance entreprenne une démarche auprès du pape François pour qu’il dissipe toute «confusion» née, selon eux, de son exhortation. «Nous n’accusons pas le pape d’hérésie», défend le porte-parole du groupe anonyme, Joseph Shaw, chercheur à Oxford, spécialiste de saint Thomas d’Aquin : «Mais de nombreuses propositions d’Amoris laetitia peuvent être interprétées comme hérétiques».

La démarche apparaît comme une offensive contre l’interprétation de l’exhortation donnée à la revue jésuite italienne, La Civiltà cattolica, par le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne. Ce théologien dominicain, qui a joué un rôle clé pour la conclusion du dernier synode, s’est vu confier par le pape la présentation de son texte.

Le courage ne tue pas ces 45 théologiens qui auraient peur de représailles sur eux ou leur ordre religieux. Comme le montre NCROnline.org les personnes qui perdent leur emploi dans les établissements catholiques ces temps-ci ne sont pas ceux qui ont mémorisé la "théologie du corps" du pape Jean-Paul II comme ces 45 théologiens. Ne pas donner leur nom est de la simple lâcheté. Au moins les théologiens progressistes ont le courage de porter leurs convictions et de refuser de les renier jusqu’à leurs interdiction d’enseigner ou leur excommunication.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 13/07/2016 20:28

Paroissien-Progressiste

Dîtes que pensez-vous de l'opinion de Paul Ariès sur le pape François ?

Cordialement