José María Castillo : «L'Église est passé de l'Évangile de Jésus à la religion des prêtres»

Publié le 19 Juillet 2016

José María Castillo : «L'Église est passé de l'Évangile de Jésus à la religion des prêtres»

José María Castillo dans son article sur periodistadigital.com ce mardi 19 juillet 2016 nous montre qu’il est souvent dit (et il est vrai) que la religion chrétienne a son origine dans Jésus de Nazareth. Comme ils le disent (et il est vrai aussi) que l'Église a fait ses débuts dans la vie et les enseignements de Jésus. Mais il est vrai, comme je viens de le dire, il est que Jésus n a ni fondé (ou créé) une religion, ni fondée (ou créé) une Église.

Comment peut-on trouver une religion venant d'un homme qui a provoqué un conflit meurtrier avec les dirigeants de sa religion, avec le temple, les prêtres, les rituels et les règles que la religion imposait au peuple, de sorte que tout s’est terminé par une condamnation de Jésus comme un criminel subversif ? Et en ce qui concerne l'Église, pas même le Concile Vatican II a osé dire que Jésus était le «fondateur» de l’Église, mais a simplement déclaré qu’elle avait son origine dans la prédication de Jésus sur le Royaume de Dieu (LG 5, 1).

La lecture et l'analyse approfondie des Évangiles montrent clairement que Jésus était un prophète qui a transmis à sa postérité une vie, une manière d'être et d'agir dans ce monde. Une vie qui prend de fait la pratique des trois préoccupations fondamentales que Jésus lui-même a vécu : 1) Santé (histoires de «guérison des malades»), 2) Alimentation (histoires de partage de tables), et 3) Relations humaines (leçons sur «le bonheur, la miséricorde, la justice, le pardon, l'amour ...»).

L'Église a été organisée par la suite suivant la mission de Jésus et elle était présente dans la société de telle sorte que l’élément central et décisif dans sa vie était la lutte contre la souffrance et l' acceptation de toutes sortes de personnes marginalisées, exclues et méprisées, ce fut alors que l'Église se propagea dans tout l'Empire, pour devenir une institution centrale très appréciée à l'époque.

Comme l’a bien expliqué le professeur E.R. Dodds, quand l'Empire a vécu un «temps de détresse» réel (entre la moitié du IIe siècle et le IVe siècle), «l'Église offrait tout le nécessaire pour constituer une sorte de sécurité sociale : soins pour les orphelins et les veuves, traitement des personnes âgées, des handicapés et de personnes sans moyens de subsistance ... ». Dodds ajoute même : «Ils devraient être parmi beaucoup de gens sans-abri, de barbares urbanisés, de paysans qui sont arrivés vers les villes en quête de travail, de soldats libérés, de rentiers ruinés par l'inflation et les esclaves affranchis. Pour toutes ces personnes l'adhésion à la communauté chrétienne devait être le seul moyen de préserver le respect de soi et de donner à la vie un sens. Dans la chaleur de la communauté s’expérimenté la chaleur humaine et il y avait la preuve que quelqu'un s’intéressait à nous, dans ce monde et l'autre».

Au fil du temps, le cœur des préoccupations de l'Église se déplaçait : à la lutte contre les souffrances des pauvres et des exclus, on mit en place et on renforça l'autorité elle-même. Ce qui a entraîné le déplacement de l'Évangile de Jésus à la religion des prêtres. Au centre de l'Église cessa alors d'être dans le service évangélique. Et ce fut, depuis lors, l'église du «pouvoir» qui met - dans la pratique - la soumission des fidèles à la solidarité avec les pauvres, les marginalisés et les exclus.

José María Castillo conclue que la plupart des gens ou des religieux comprennent que mettre en pratique la religion ne peut se faire qu’en suivant l’Évangile de Jésus. Et il se demande si nous nous sommes installés dans notre religion traditionnelle ou si nous allons suivre Jésus ? Une bonne question qui trouve sa réponse en chacun de nous.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0
Commenter cet article

M.W 19/07/2016 22:41

Paroissien-Progressiste

Moi j'ai ma réponse : je me suis installé dans un déisme sans spiritualité et sans prière et je ne vois dans les religions que des objets de curiosités spirituelles, culturelles, théologiques et administratifs

Et vous même, je suis sûre que vous préférez être de ceux qui suivent Jésus mais êtes-vous sûre que c'est le cas ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 20/07/2016 08:46

M.W,

Mais le déisme est considéré aussi comme un objet religieux, suivre Jésus se fait par les actes de miséricorde et il n'a pas appelé des justes mais des pêcheurs, je ne suis pas parfait et ma religion appelle les mal portants pour être soigné. Donc, ne confondons pas institution et croyance. Et je n'ai pas à me plaindre à ce niveau, car je ne suis pas parfait et je peut toujours apprendre de mes échecs, et le christianisme est une religion qui nous permet cela tout en aidant les autres.

Merci !