L’archevêque de Philadelphie prône la chasteté pour les couples de divorcés

Publié le 8 Juillet 2016

Comme nous le montre journaldequebec.com le jeudi 7 juillet 2016 l’archevêque de Philadelphie, Mgr Charles Chaput, a suscité des réactions négatives en demandant aux couples de divorcés remariés et aux couples homosexuels de renoncer à toute relation sexuelle s’ils veulent recevoir la communion à l’église. Mgr Chaput, qui est considéré comme un ténor de la droite catholique aux États-Unis, a aussi suscité la réprobation en demandant aux prêtres d’encourager la rupture des couples vivant en union libre qui ne veulent pas se marier.

L’une des personnes à réagir de façon négative a été le maire de Philadelphie, Jim Kenney, qui est catholique. À son avis, les directives de Mgr Chaput ne sont carrément pas chrétiennes. «Jésus nous a offert le don de la sainte communion parce qu’il nous aimait sans discernement. Les actions de Mgr Chaput ne sont pas chrétiennes», a écrit le maire Kenney dans un «tweet» mercredi.

Les directives de Mgr Chaput, émises la semaine dernière, constituent l’interprétation, par le prélat, du document sur la famille du pape François, rendu public en avril. Le pape François y demandait aux évêques de se montrer plus accueillants envers les personnes qui ne suivent pas les doctrines de l’Église.

Mgr Chaput n’a sans doute pas compris le mot «accueillir», car le pape veut qu’il y ait une logique d’intégration et non d’exclusion dans l’Église. Ce n’est pas ainsi qu’on offre la miséricorde en disant à des couples de renoncer à vivre pleinement leur amour.

Malgré ce prélat qui ne sait que fermer les portes ouvertes, il y a une bonne nouvelle comme le montre Radio Vatican Gianluigi Nuzzi et Emiliano Fittipaldi, tous deux auteurs d’ouvrages évoquant des scandales financiers au Vatican qui se disaient hier accusés d’avoir simplement fait leur travail déplorant l’atteinte du Vatican au droit d’informer. Ce soir, un non-lieu a été prononcé par la cour les concernant. Le tribunal de la Cité de l’État du Vatican déclare un défaut de juridiction et se juge incompétent pour juger ces deux italiens ne travaillant pas au Vatican.

Et une autre bonne nouvelle puisque le prélat espagnol Mgr Angel Lucio Vallejo Balda et l’Italienne Francesca Chaouqui, experte en communication, tous les deux membres de la COSEA et de l’Opus Dei sont tous les deux condamnés pour avoir fourni des informations confidentielles à la presse. Le premier, seul prélat à la barre et déjà incarcéré, à 18 mois de réclusion. La seconde, seule laïque de la Cosea et maman depuis quelques jours, à 10 mois de réclusion avec sursis, des peines moins lourdes que celles requises par le procureur.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article