La manifestation du 5 juillet contre la loi travail pour faire revenir à la raison Manuel Valls

Publié le 5 Juillet 2016

La manifestation du 5 juillet contre la loi travail pour faire revenir à la raison Manuel Valls

Francetvinfo.fr, LeMonde.fr, LePoint.fr, Libération.fr et BFMTV.com nous montrent que ce mardi 5 juillet 2016 nous étions dans la douzième et dernière manifestation contre le projet de loi Travail, avant les vacances d'été, selon le patron de Force ouvrière. Le ciel a connu quelques perturbations et retards. Seule la CGT de la DGAC (aviation civile) appelait à la grève et le mouvement des contrôleurs aériens a entraîné des retards affectant essentiellement les compagnies low cost. Du fait des durées très réduites de rotations de leurs avions, ces compagnies ont été contraintes d'annuler des vols.

Malheureusement Manuel Valls dégaine à nouveau l'article 49.3 devant l'Assemblée nationale. Il n'y aura donc pas de débat sur la loi Travail, qui sera adoptée sauf si une motion de censure est votée. Le groupe Les Républicains a fait savoir qu’il ne déposera pas de motion de censure contre le gouvernement en cas d'utilisation du 49.3. Beaucoup appellent donc à "une motion de censure de gauche".

Cela n’empêche pas la mobilisation contre la loi travail de ne pas manquer d’imagination comme le montre une banderole "Stop loi Travail" qui a été accrochée par des militants CGT au premier étage de la tour Eiffel afin de protester contre le texte, qui repasse à l'Assemblée, cet après-midi, ou l’Action coup de poing sur l'A7 en cette journée de mobilisation contre la loi Travail. À Avignon (Vaucluse, des militants ont levé des barrières pour une opération "péage gratuit", rapporte France Bleu. Ce matin, une assemblée générale d'opposants à la loi travail se tenait à la Bourse du Travail de Paris. Il a été décidé de partir en manifestation sauvage entre la place Denfert-Rochereau et la place d'Italie, en réaction à la «mise en cage du droit de manifester». Le cortège a été bloqué par la police.

La mobilisation est en baisse ce qui est normal, préparation des vacances d’été et Euro 2016 obligent. Les défilés contre la loi Travail continuent malgré tout : Rennes, entre 1000 (préfecture) à 1500 (syndicats), Toulouse entre 1700 à 10 000 personnes, Grenoble entre 800 à 2000 personnes, Marseille entre 1900 à 15 000 et Bordeaux entre 950 à 4000 personnes. Entre 6 500 et 7 500 manifestants ont défilé à Paris, selon la préfecture de police, alors que le texte revenait en débat à l'Assemblée nationale. La CGT, elle, a dénombré 45 000 personnes. Il y avait des observateurs d'Amnesty International pour vérifier le bon déroulement de la manifestation. Environ 30 000 personnes ont manifesté partout en France, selon le ministère de l'Intérieur. C’est encore beaucoup pour un mouvement qui soit disant s’essouffle.

Certains manifestants ont toutefois prévu d'aller exprimer leur mécontentement devant l'Assemblée nationale. Une forte présence policière les y attendait. L'accès à l'Assemblée est soit bloqué, soit soumis à fouille complète. Des CRS ont même nassés des manifestants devant l'Assemblée nationale.

Pendant ce temps, on fait oublier à la population qu’on va lui imposer la loi travail qui va généraliser le travail précaire et le chômage, avec le Bac (pour les lycéens qui seront les futurs travailleurs à subir cette loi travail), le football et le terrorisme. C’est plus important que de perdre ses droits. Adieu, journalisme, bonjour discours dominant. Le gouvernement lui perd pied puisque l’Université d'été du PS est annulée, les ministres sont hués, des meetings sont perturbés, ce qui montre que la campagne pour la primaire en vue de l'élection présidentielle de 2017 s'annonce compliquée pour l'exécutif, alors que la contestation contre la loi Travail reste vive.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article