Le monde est en guerre, mais pas de religion

Publié le 27 Juillet 2016

Le monde est en guerre, mais pas de religion

L’EXPRESS.fr, francetvinfo.fr, LePoint.fr, L’OBS et LeMonde.fr nous montrent dans leurs articles que François Hollande a rencontré ce mercredi 27 juillet 2016 dans la matinée à l'Élysée les représentants des cultes, avant de réunir un cinquième Conseil de Défense. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a suggéré "une certaine réforme dans les institutions" de l'islam. "Il y a un contresens des valeurs. Nous avons espéré que dans l'avenir, ce serait l'heure pour les musulmans de prendre conscience de ce qui ne va pas dans cette vision mondiale de l'islam et que les musulmans de France soient à l'initiative... à l'initiative d'une formation de nos religieux beaucoup plus attentive, et que de ce fait, un sentiment aussi d'une certaine réforme dans nos institutions soit à l'ordre du jour" a affirmé Dalil Boubakeur, sur le perron de l'Elysée à l'issue d'une rencontre entre François Hollande et la conférence des représentants des cultes. Aux côtés des autres représentants des cultes, il a aussi réclamé une sécurité renforcée dans les lieux de culte de l'Hexagone.

Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen, dont le diocèse est celui de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, où a eu lieu l'attaque, mardi, a indiqué sur France Info que l'église catholique demande à "vivre en paix", mais ne réclame pas "de protection spéciale". Il va ainsi à l'encontre des conclusions de la réunion des représentants des cultes, ce mercredi matin, à l'Elysée. Dalil Boubakeur, leur porte-parole, avait demandé "une plus grande attention" des services de police dans les lieux de cultes.

Le chef de l'État assistera à 18h15 à la messe célébrée en hommage au prêtre assassiné et les blessés de l'attentat, à Notre-Dame-de-Paris. Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, présidera cette messe. De nombreuses autres personnalités politiques sont également attendues. Outre François Hollande, de nombreuses personnalités politiques sont attendues à Notre-Dame. Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Jean-Marc Ayrault et Najat Vallaud-Belkacem seront notamment présents. Les anciens chefs de l'État Valéry Giscard d'Estaing et Nicolas Sarkozy seront également là, tout comme le président du MoDem, François Bayrou, et le vice-président du Front national, Florian Philippot.

Dans une cathédrale Notre-Dame bondée, les fidèles, retardataires, continuaient d'affluer. L'archevêque de Paris a réitéré son appel à la paix : "L'espérance à un projet : le projet de rassembler l'humanité en un seul peuple" (...) "c'est cette espérance qui nous permet de ne pas succomber à la haine quand nous sommes dans la tourmente." la messe en hommage au père Hamel, assassiné mardi, s'est terminée sous les applaudissements des fidèles, lorsque l'archevêque de Paris et François Hollande ont remonté l'allée pour sortir de la cathédrale.

"56 événements" prévus cet été sont a sécuriser par les forces de sécurité publique, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Après l'appel du gouvernement aux réservistes, "2500 Français ont manifesté leur intérêt", a-t-il aussi affirmé. La mobilisation de cet été regroupe "plus de 70 forces mobiles sur le territoire" indique-t-il, en évoquant "23 500 policiers, gendarmes, militaires, réservistes mobilisés". "Nous ne pouvons pas sortir de l'État de droit pour protéger l'État de droit", a aussi affirmé ce mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve au sortir du Conseil des ministres alors que l'opposition réclame des mesures d'exception pour lutter contre le terrorisme.

Le grand imam de la mosquée Al-Azhar au Caire, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite, a qualifié de "barbare" le meurtre du curé dans son église en France, revendiqué par le groupe djihadiste État islamique. Les deux hommes qui ont attaqué mardi l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray et égorgé le prêtre octogénaire qui y officiait "étaient dépourvus de toute humanité et des valeurs de l'islam", a déclaré le cheikh Ahmed el-Tayeb dans un communiqué d'Al-Azhar, l'institution qui comprend la mosquée et l'université du même nom, l'un des principaux centres d'enseignement de l'islam dans le monde. L'imam a aussi "renouvelé son appel à un effort commun pour combattre le cancer du terrorisme qui menace le monde entier".

Tandis que pour le pape François, "le monde est en guerre... parce qu'il a perdu la paix", a-t-il déclaré ce mercredi à bord de l'avion qui l'amenait en Pologne. Mais, "quand je parle de guerre, je parle d'une guerre d'intérêts, d'argent, de ressources, pas de religions. Toutes les religions veulent la paix, ce sont les autres qui veulent la guerre", a poursuivi le pape, qui entame une visite de cinq jours en Pologne à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse. Le pape a aussi évoqué le père Hamel : "un saint prêtre. C'est une personne tuée. Mais combien de Chrétiens d'innocents d'enfants..." "Je remercie ceux qui m'ont appelé hier spécialement le Président Hollande qui a voulu me téléphoner comme un frère".

Heureusement même s’ils sont "sidérés", les croyants ont exprimé leur compassion et leur volonté d'éviter le piège de la division entre les communautés religieuses, au lendemain de l'attentat dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article