Le pape François appelle l'Europe à l'unité

Publié le 2 Juillet 2016

Radio Vatican nous montre que l’Europe a besoin d’unité, aujourd’hui plus que jamais : c’est en substance le message du pape François aux participants de la quatrième rencontre «Ensemble pour l’Europe», qui se tient jusqu’au 2 juillet à Munich en Bavière, autour du thème : «Rencontre – Réconciliation – Avenir».

«Ensemble pour l’Europe» est une convergence de mouvements et communautés, issus de différentes confessions chrétiennes, dont l’objectif est la mise en commun des différents charismes au service du Bien commun, de la paix, de la solidarité avec les plus pauvres, ou encore de la sauvegarde de la création. Mais c’est la construction européenne et ses défis qui constituent le cœur de cette démarche œcuménique, et sur lesquels s’attarde le pape François dans ce vidéo-message.

Un message qui part d’un constat : celui d’un continent divisé par des murs visibles, et d’autres, invisibles; «des murs qui s’élèvent dans le cœur des personnes», «des murs faits de peur d’agressivité, de manque de compréhension envers les personnes d’origines et de religions différentes», «des murs d’égoïsme politique et économique, sans respect pour la vie et la dignité de chaque personne», observe le Pape.

La situation particulière de l’Europe, et les problématiques actuelles qui la traversent doivent impulser une nouvelle dynamique : «nous avons besoin d’un changement !» lance le pape François, pour qui l’Europe est avant tout appelée à «réfléchir et à se demander si son immense patrimoine, imprégné de christianisme, appartient à un musée ou s’il est capable d’inspirer la culture et de donner ses trésors à toute l’humanité».

«L’histoire de l’Europe est l’histoire d’une rencontre continue entre Ciel et terre», explique le Souverain Pontife : «le Ciel indique l’ouverture au Transcendant, à Dieu, qui a toujours marqué l’homme européen ; la terre représente sa capacité pratique et concrète d’affronter situations et problèmes».

Et le pape François de saluer «Ensemble pour l’Europe» comme «force de cohésion» dont l’objectif «est de traduire les valeurs base du christianisme en réponse concrètes aux défis d’un continent en crise». «Si L’Europe toute entière veut être une famille de peuples, ajoute-t-il encore, qu’elle remette la personne au centre, qu’elle soit un continent ouvert et accueillant, qu’elle continue à réaliser des formes de coopération non seulement économique mais aussi sociale et culturelle.»

Le pape conclut en exhortant «Ensemble pour l’Europe» à maintenir la «fraicheur» de ses charismes, à «élargir» leur «Ensemble», à «faire en sorte que (vos) maisons, (vos) communautés et (vos) villes soient des laboratoires de communion, d’amitié et de fraternité capables d’intégrer».

Une autre Europe ? Sur ce sujet tout le monde est d’accord, mais sur comment elle va être, là est la question. Elle mérite une meilleure réponse que celle que nous délivre les dirigeants européens actuellement.

Et Radio Vatican nous montre aussi que le pape François a adressé un télégramme de condoléances aux familles des victimes de l’attentat survenu dans un café de Dacca, au Bangladesh, dans la nuit de vendredi à samedi : une sanglante attaque revendiquée par l'État islamique, qui a fait une vingtaine de morts, tous étrangers, dont plusieurs Italiens et Japonais.

"Profondément attristé par la violence insensée perpétrée contre des victimes innocentes à Dacca, peut-on lire dans ce télégramme signé par le cardinal Secrétaire d'État Pietro Parolin, Sa Sainteté le pape François exprime ses sincères condoléances et condamne de tels actes barbares, qui sont une offense contre Dieu et l’humanité. Il recommande l’âme des défunts à la miséricorde de Dieu et assure les familles en deuil, ainsi que les blessés, de ses prières".

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article