Le pape François rappelle aux jeunes catholiques qu’ils doivent se consacrer aux plus défavorisés

Publié le 30 Juillet 2016

Comme l’a montré france24.com dans son article du vendredi 29 juillet 2016, le pape François avait déjà exhorté les jeunes réunis aux JMJ le jeudi 28 juillet à accueillir les réfugiés et à se rebeller pour changer le monde, se disant "meurtri de rencontrer des jeunes ennuyés et ennuyeux".

Le pape François a décidé une nouvelle fois de bousculer les jeunes catholiques dans leur certitudes comme le montre ouest-france.fr dans on article du samedi 30 juillet 2016. Vendredi soir, après les visites d’Auschwitz-Birkenau et d’un hôpital pour enfants, le pape François a rappelé aux jeunes pèlerins l’importance de leur engagement.

Pour le Chemin de Croix, de nombreux Polonais se sont mêlés aux centaines de milliers de pèlerins, parfois avec des enfants, qui attendaient patiemment l’arrivée du pape en jouant aux cartes. Les écrans géants qui parsèment la plaine diffusent des images des pays arabes touchés par la guerre. La croix, symbole des Journées mondiales de la jeunesse, est portée par des membres de 14 différentes communautés, en référence aux 14 stations du Chemin, avant d’être plantée.

À 19 h 20, le pape a pris la parole. Fidèle aux discours tenus depuis son arrivée, mardi, il a évoqué les réfugiés syriens. «Ce soir, Jésus et nous avec lui, embrasse avec un amour spécial nos frères syriens, qui ont fui la guerre. Nous les saluons et nous les accueillons avec une affection fraternelle et sympathie.»

Le pape François a également invité la jeunesse à se mobiliser : «Aujourd’hui, l’humanité a besoin d’hommes et de femmes, et de manière particulière de jeunes comme vous (...), des jeunes prêts à consacrer leur vie au service gratuit des frères les plus pauvres et les plus faibles».

Il leur a demandé d’être «une réponse concrète aux besoins et à la souffrance de l’humanité» avant de les interpeller : «Chers jeunes, ce vendredi saint-là, beaucoup de disciples sont retournés tristes dans leurs maisons, d’autres ont préféré aller à la maison de campagne pour oublier la croix. Je vous pose la question : comment voulez-vous retourner ce soir dans vos maisons, dans vos lieux d’hébergement ? Comment voulez-vous retourner ce soir pour vous rencontrer avec vous-mêmes ? Il revient à chacun de vous de répondre au défi de cette question.»

Radio Vatican montre aussi que le pape a évoqué cette visite lourde d’émotion, en silence, aux camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz et de Birkenau vendredi matin, où il a vu «tant de douleurs, tant de cruauté». C’était «il y a 70 ans» mais, «la cruauté ne s’est pas finie à Auschwitz». Aujourd’hui, hommes et femmes continuent d’être torturés, emprisonnés, et «vivent comme des animaux». «Nous disons que nous avons vu la cruauté il y a 70 ans, comment les gens sont morts fusillés, pendus, tués par le gaz ... Mais aujourd'hui, dans de nombreux endroits du monde où il y a la guerre, il se passe la même chose!», «c’est une réalité» a déploré le pape.

Cette troisième journée du pape aux JMJ s’est achevée lorsqu’il s’est adressé à la foule depuis la fenêtre de la résidence papale, invoquant une fois encore la compassion des hommes envers les plus démunis.

Le pape François décide de faire bouger les jeunes mais difficile de les voir changer les choses quand on sait que les mouvements conservateurs ont noyauté ces JMJ, eux qui sont plus porté sur une foi identitaire démonstrative peu porteuse plutôt que de venir en aide aux défavorisés.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article