Le terrorisme se joue de nos divisions

Publié le 18 Juillet 2016

Hier sur Pierodistadigital.com le moine Dominicain brésilien Frei Betto a fait savoir que pour lui qu’au niveau du terrorisme on devrait blâmer les usines d’armements des puissances occidentales qui ont eu un rôle dans la formation des groupes islamistes radicaux en Afghanistan et en Irak, notamment les États-Unis qui ont créé l’État islamique.

Frei Betto pousse plus loin en disant à propos de la sécurité aux Jeux Olympiques de Rio : «Comment ils peuvent empêcher une attaque terroriste s'ils ne peuvent pas empêcher la violence dans les rues à cause du trafic de drogue à Rio et les gangs criminels qui continuent à fonctionner librement alors qu’on remplit les favelas de policiers quand ils devraient les remplir d’écoles, de théâtres, de musique. L'État ne crée pas les conditions pour les enfants dans la pauvreté à échapper à leur situation quand ils ne sont pas cooptés par les narcos.» Une réflexion que devrait mettre en avant le gouvernement en France.

Pour Frei Betto le risque est que personnes sont prêtes à renoncer à leur liberté pour plus de sécurité. Laissant ainsi un contrôle de plus en plus grand au capital financier, dans un monde de plus en plus consumériste, un monde hédoniste où on s’intéresse seulement aux droits des capitalistes.

Toujours sur periodistadigital.com ce lundi 18 juillet 2016 le pape François au Vatican pour recevoir une délégation des victimes et des proches des personnes tuées dans l'attentat à Nice, dans la nuit du jeudi 14 juillet, qui a laissé 84 morts et qui est maintenant appelé un «massacre».

Le pape a publié son invitation à la présidente de l'association Amitié France Italie, Paolo Celi, qui a confirmé à l'agence Ansa avoir parlé avec le pape François le samedi soir. «Je suis invité à apporter son message de solidarité, de proximité, de confort et de prière à toutes les personnes tuées et leurs familles», dit Celi, après avoir confirmé le Voyage au Vatican avec les proches des victimes et les équipes qui ont travaillé à leur sauvetage.

Enfin comme le montre francetvinfo.fr des hommages ont été rendus aux victimes et une minute de silence a été observée dans toute la France. Pour François Hollande, l'hommage a eu lieu place Beauvau, en compagnie du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. À Nice, Manuel Valls a observé la minute de silence en compagnie des élus locaux. Il a été hué avant et après cet hommage. Des sifflets qu'il a jugés "indignes". Dommage ces sifflets ne sont pas digne d’un dans une cérémonie de recueillement.

On ne peut pas éviter tous les attentats terroristes, le risque zéro n’existe pas. Le combat contre le terrorisme mérite mieux que nos divisions et nécessite un consensus des politiques et de la population. Le président de la République, François Hollande n’a pas tort d’invoquer une "obligation de dignité et de vérité" dans la "parole publique".

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article