Le Vatican a levé la sanction contre bibliste Ariel Alvarez et les JMJ marquent une opposition frontale entre le pape François et le clergé polonais

Publié le 23 Juillet 2016

Comme nous le montre periodistadigital.com ce samedi 23 juillet après sept ans où on l’avait condamné à se taire, le Vatican a finalement levé la sanction qui pesait sur ​​le bibliste et docteur en théologie argentin Ariel Alvarez Valdes. Dans une lettre écrite par le pape François, il a été signalé au théologien que Rome ne maintient aucune procédure contre lui.

En 1997, le cardinal Tarcisio Bertone, alors secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, avait ouvert une enquête sur le Dr Alvarez Valdes, à cause de ses enseignements et de ses écrits. Alors que Bertone a expressément reconnu que les livres de l'érudit de la Bible ne contenaient aucune erreur, tout en disant qu’il a provoqué la perplexité et le scandale parmi les fidèles. La question, selon Bertone, était que ses enseignements piquaient, comme il le dit dans ses lettres, sur l'historicité d'Adam et Eve (que Bertone voulait forcer Alvarez Valdes à reconnaître) et que la Vierge Marie n’est pas telle qu’on l’a décrite.

Enfin, après douze année de pression pour pousser le bibliste à abjurer le bibliste et suite à son refus en 2008, le Vatican a décidé de lui interdire «l'enseignement et des cours, l'écriture, l'édition, et de parler à la radio et à la télévision». Cela a conduit Alvarez Valdes à quitter le ministère sacerdotal pour continuer à enseigner.

Maintenant, le pape François, à travers une lettre manuscrite, lui a dit qu’«après avoir étudié son cas tous avaient laissé la question dans les mains de l'évêque local» de Santiago del Estero, où le pape reconnaît que le Vatican ne détient plus de différend avec Alvarez Valdes.

Ariel Alavrez Valdes est enfin tranquille, lui qui voulait le dialogue entre la science et la foi et dont les ouvrages sont utilisés dans les paroisses, les mouvements religieux et des cours bibliques pour la formation des laïcs dans la Bible.

NCRonline.org le jeudi 21 juillet nous montre que pour les JMJ qui auront lieu entre le 26 et 31 juillet une opposition frontale entre le pape François et les évêques polonais. Ces derniers ne partagent pas les priorités du pape concernant l'aide aux pauvres, le sauvetage de la planète du changement climatique, ou de fournir un refuge pour les millions de réfugiés qui fuient désormais les zones de guerre.

L'Église conservatrice polonaise gravitait plus autour de papes comme Jean-Paul II et Benoît XVI dont la chose la plus importante était l'adhésion à la doctrine catholique, alors que le pape François l’engagement envers les pauvres et les défavorisés est plus important, alors que la doctrine reste en arrière-plan.

L'Église polonaise prend un virage serré à droite, avec ses forts liens avec le gouvernement, qui est dominé par le parti d'extrême-droite Droit et Justice. Cette association ternit l'image de l'église, selon les critiques. L'inclinaison définitive vers extrême droite de la hiérarchie catholique romaine n’est pas bonne pour l'avenir de l'institution. Beaucoup de gens vont devenir mécontents, en particulier les plus jeunes, et les gens instruits. Le soutien de l'Église pour l'extrême droite a joué un rôle décisif dans la victoire écrasante du parti Droit et Justice aux élections nationales d’octobre 2015.

Le nationalisme, qui est fondamentalement étranger au christianisme, semble trouver l'approbation parmi les évêques. Ce nationalisme chrétien favorise la violence raciste dans toute la Pologne, y compris un autodafé public d'une effigie d'un Juif orthodoxe en novembre 2015 et la profanation des mosquées. Plus troublant encore le cardinal Stanislaw Dziwisz de Cracovie, secrétaire particulier de Jean-Paul II pendant près de 40 ans, a récemment béni les représentants récemment bénis des groupes de jeunes du mouvement nationaliste All-Polish.

Ces JMJ sont inquiétants en voyant une Église polonaise se ranger dans ses vieux démons pour garder son prestige perdu et se vendre aux pires extrémismes, tandis que le profil des jeunes aux JMJ ne semble pas liés aux préoccupations du pape qui va devoir faire violence à ces croyants trop centrés sur la spiritualité mais pas assez sur le vécu.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article