L’exemple des dominicains pour une Église plus ouverte

Publié le 29 Août 2016

Comme l’a montré le chapitre général de Bologne en 2016 dont a parlé la-Croix.fr, les prieurs doivent se pencher sur les défis rencontrés par l’ordre des Dominicains, pour «conjuguer renouvellement et fidélité à sa mission». Depuis son origine, l’ordre a pour vocation la prédication sous toutes ses formes, par la parole et par l’exemple. Dans ce but, il promeut le dialogue, comme on peut le lire sur le site, «entre foi et raison humaine, entre foi et beauté, entre foi et cultures, et entre foi et autres grandes traditions religieuses».

Le site des Dominicains, op.org nous explique l’organisation démocratique de l’Ordre de Prêcheurs qui dans chaque couvent, tous les religieux profès participent à l'élection du prieur. Sa fonction est temporaire (3 ans). Elle ne peut être renouvelée qu'une seule fois immédiatement après un premier terme. À leur tour, tous les quatre ans, les prieurs d'une région (appelée Province) élisent un prieur provincial. Son mandat, également, ne peut être renouvelé immédiatement qu'une seule fois. En outre, il n'est pas élu par les prieurs seuls mais par une assemblée formée aussi de délégués que chaque couvent choisit pour cette occasion. Enfin, ce Chapitre électif, élit lui-même des définiteurs, responsables, avec le nouveau Provincial, d'établir le programme de son mandat et éventuellement de fixer des règles particulières nécessitées par la bonne marche de la Province.

Ensuite les Chapitres Généraux représentatifs de l'Ordre tout entier, ont seuls le pouvoir et la mission d'adapter la législation internationale de l'Ordre. Tous les neuf ans, le Chapitre Général élit un Maître de l'Ordre. Deux Chapitres intermédiaires, de trois en trois ans, répondent aux nécessités permanentes de modifier éventuellement les constitutions dominicaines. Ces Chapitres sont formés tantôt par les provinciaux, tantôt par des définiteurs élus pour cette fonction. L'Ordre apparaît ainsi comme un système parlementaire à plusieurs degrés, qui répond au souci permanent d'offrir à ses membres des garanties démocratiques de fonctionnement.

Les Dominicains racontent volontiers qu’il y a une cinquantaine d'années, le pape Pie XII, jugeant ce système trop démocratique et libéral, aurait souhaité le modifier d'autorité. Il se serait heurté à l'objection. Cela s’explique par le fait que la tradition démocratique et libérale des frères prêcheurs est inséparable d'une tradition de vie fraternelle, de rigueur et d'échanges dans la recherche intellectuelle, de vie intérieure et de souffle évangélique. La liberté dominicaine a ses exigences dont elle est le fruit et la récompense.

Cela nous montre à travers l’élection des prieurs avec un mandat temporaire et les chapitres généraux que l’Église pourrait aussi avoir une évolution suivant parfaitement la collégialité instaurée par Vatican II. Le clergé et les laïcs pourraient participer ou être consultés pour choisir les évêques, on pourrait aussi organiser des conciles pastoraux voire des groupes de réflexions, où les laïcs pourraient s’exprimer largement et qui pourraient servir d’organes consultatifs pour la Conférence des évêques, des commissions centrales pour s’occuper des sujets sensibles, voire même des synodes diocésains où tous les participants (membres du clergé séculier et régulier, laïcs) ont le même droit de parole et de vote, voire même pourront délibérer et décider des affaires de l'Église avec l'évêque. Cela serait plus pratique que de tout décider à Rome.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Pensées de paroissiens-progressistes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 29/08/2016 20:13

Taï, un Conseil où chacun viendra s'exprimer ? bonne idée au début puis ces Conseils deviendront des dictatures de la pensée unique où chacun devra penser comme on le lui ordonne, avoir les mêmes idées que les autres car s'il exprime une idée contraire à l'opinion générale on va lui faire subir une telle pression intellectuelle qu'il va devoir se taire.

Cordialement

paroissiens-progressistes 31/08/2016 13:20

M.W,

Non, c'était des débats ouverts, où on faisait des propositions et ce qui était surprenant c'est qu'on arrivait toujours à un accord sans léser les autres. C'est sans doute plus difficile à faire aujourd'hui.

Merci !

M.W 30/08/2016 20:18

Taï et les conservateurs ont-ils étaient bien reçus ou ont-ils étaient contraints de se taire ? Excusez-moi mais des cercles qui respectent la liberté d'expression de tous et bien je suis très sceptique, désolé

Cordialement

Cordialement

paroissiens-progressistes 30/08/2016 18:03

M.W,

Le plus mystérieux c'est que ces conseils ont bien marché même auprès des conservateurs, il y a bien eu une minorité ultraconservatrice mais elle n'y allait pas et dénonçait par derrière.

Merci !

M.W 30/08/2016 10:27

Taï, oui mais il y a avait vraiment des opinions différentes lors de ces conseils ou tout le monde était d'accord et le débat tournait au moyen de mettre en oeuvre l'idée à laquelle tout le monde adhère et que celui qui n'est pas d'accord ne peut s'exprimer à cause de la pression intellectuelle ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 29/08/2016 21:01

M.W,

C'est tout le contraire, ces conseils ont été faits aux Pays-Bas dans les années 1970 et tout le monde pouvait y débattre, de grandes idées ont été mises en avant, malheureusement c'est à Rome qu'on a eu peur de la libération de la parole des laïcs.

Merci !