La gauche au pouvoir pense plus aux élections qu’aux Français

Publié le 23 Août 2016

Un nouvel appel à la mobilisation, le 15 septembre, a été lancé par les syndicats CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, UNL et Fidl pour réclamer le retrait de la loi travail promulguée le 8 août à l'issue de cinq mois de conflit social. La réforme du droit du travail profitera surtout aux grandes entreprises, puisque le prétendu gouvernement socialiste a privilégié les accords d’entreprise et prévoit de privilégier les accords d’entreprises aux accords de branches qui sont défavorables aux salariés. Il existe aussi des dérogations à la durée légale du travail, tandis que le recours au licenciement économique est facilité. Le gouvernement ne peut désormais plus se prétendre socialiste avec cette loi.

Quand Manuel Valls nous dit ce mardi 23 août 2016 que «la gauche doit se réconcilier avec les Français, c’est cela qui m’intéresse. Je veux les convaincre que la France a besoin de la gauche, qu’elle seule peut porter le progrès, l’optimisme, l’espérance.» On se demande s’il réalise que les Français ne sont plus derrière lui et que le Parti socialiste en supportant une politique qui n’est pas de gauche ne peut nullement amener le progrès, l’optimisme, l’espérance.

Comme le montre publicsenat.fr pour bien cacher la misère d’un gouvernement qui a fait perdre toutes les élections locales et nationales au PS, Manuel Valls essaye de faire peur aux électeurs de gauche en notant surtout que «les idées de Nicolas Sarkozy, celles d'une droite dure et populiste, sont en train de l'emporter.» Et il nous vend que face à l'opposition, «celui qui, malgré la montée des populismes, portera un projet profondément républicain, démocratique, qui incarne l'état de droit face à l'arbitraire, la défense des libertés, la lutte contre les discriminations, l’égalité portée par l'école de la République, sera le candidat écouté par les Français». Ne nous dit-il pas de voter François Hollande ? Un peu de sérieux, on ne peut pas parler de cela quand on utilise le 49.3 pour faire passer une loi à laquelle tout le monde s'oppose.

Pendant ce temps, les candidatures à gauche se multiplient et celle de Nicolas Sarkozy très identitaire et proche du patronat ne fait pas vibrer les électeurs. Et si la gauche au pouvoir faisait vraiment de la gauche pour enthousiasmer les électeurs plutôt que de trahir ceux qui ont voté pour elle, que de faire revenir la droite au pouvoir ou pire de faire passer l’extrême droite au second tour. Le PS ne fait plus envie et la gauche avec ses divisions va vers sa déroute, ce qui montre que les idéaux ont été oubliés par des hommes ne recherchant plus que le pouvoir.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article