Le diaconat féminin est un juste retour des choses

Publié le 15 Août 2016

Mgr Gilbert Aubry, l’évêque de la Réunion, fait savoir sur un ton de colère qui ne cadre pas avec sa profession lors d'une interview sur Réunion 1ère avec Annabelle Boyer , que les «femmes n’accéderont pas au diaconat, vous êtes têtue, je vous dit non !» L’homme d’Église particulièrement macho envers l’intervieweuse n’a pas montré une belle image de la hiérarchie catholique. Il se permet même de ne pas répondre à la fin quand la journaliste lui demande quel sera le rôle de la femme dans l’Église, si on l’associe plus aux décisions. D’ailleurs a-t-il envie qu’elles soit associées aux décisions ?

Son image du diaconat féminin est très proche de sa conception de la femme, puisqu’elle prépare les sacrements, rend visite aux malades. En gros, un rôle mineur. On pensait au départ que le rôle des femmes se limitait à un rôle caritatif dans l’Église ou au service des femmes. Mais les catacombes démontrent que le rôle des diaconesses était sans doute plus important. Déjà à l’époque les femmes étaient plus nombreuses que les hommes. Elles pouvaient diriger la prière, participaient à la liturgie et au repas eucharistique.

Et bien sûr le diacre, l’homme est différent. C’est lui qui décrirait la mission des apôtres. Bizarre, il y a pourtant une femme qui a reçu le titre d’«apôtre des apôtres», et c’est Marie de Magdala, ce n’est pas un homme qui l’a reçu. Mais comment être étonné quand le passage de la résurrection de Jésus montrant qu’elle est la première à le voir revenu d’entre les morts montrant ainsi sa prééminence sur les hommes est à chaque fois oublié dans la liturgie.

Mgr Gilbert Aubry a-t-il oublié que les femmes catéchisent, animent les aumôneries, assurent le bulletin paroissial, l'accueil et souvent l'entretien des locaux. Elles font survivre la presse catholique dont elles sont de grandes lectrices. Elles font aussi de plus en plus les lectures à la messe et les filles font aussi le service des autels. Cet évêque démontre une grande ingratitude envers les femmes qui ont démontré à plusieurs reprises leur foi et sans qui sans l’Église n’aurait pas survécu jusque là.

En ce jour d’Assomption, Marie la mère de Jésus mérite mieux que des hommes qui ne voient pas la valeur des femmes, et contrairement à ce qu’à dit Jean-Paul II, la femme n’est pas seulement égale à l’homme en dignité, mais aussi en fonction. Le diaconat féminin ne serait qu’un juste retour des choses, une démonstration qu’on a bien pris en compte le rôle des femmes dans l'Église.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost 0
Commenter cet article

Darc 16/08/2016 16:11

Mais les catacombes démontrent que le rôle des diaconesses était sans doute plus important.

Dites donc, ça, c'est ce qu'on appelle de l'affirmation d'approximation !


Qu'on se rassure, notre modèle féminin étant la vierge Marie; nous savons qu'il n'y aura pas de femme à l'autel puisque notre maman Immaculée n'a pas été conviée à la sainte cène !

paroissiens-progressistes 16/08/2016 16:59

Darc,

Mais rien ne dit qu'il n'y avait pas de femmes, vous oubliez que c'est un repas pascal. Pour la préparation et les prières, les femmes étaient aussi présentes. C'est aussi bizarre de voir Marie dans les Actes présente lors de ces fameuses fractions du pain, qui se seraient faites sans elle.

Regardez les catacombes romaines, elles montrent que les femmes avaient un rôle plus important, les images parlent d'elle-mêmes.

Je vous laisse avec votre vision limitée des femmes.

Merci !