"Dieu n'a pas envoyé son fils pour détruire les méchants"

Publié le 7 Septembre 2016

Vatican Insider nous montre que lors de l'audience générale du mercredi 7 septembre 2016 ce matin, le pape François met en garde contre le risque d'utiliser le Seigneur pour une foi "fait maison", afin de justifier la violence.

"Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour punir les pécheurs, ni pour détruire les méchants." C’est ainsi que le pape au cours de l'audience générale voit l'épisode évangélique partant de Jean-Baptiste, qui était en attente d'un "juge" Messie, soulignant que la justice se pose au centre de sa prédication alors qu’"en Jésus elle se manifeste principalement comme une miséricorde", et met en garde contre les fausses "images de Dieu" qui peuvent encore l' emporter : une foi "faite maison", utilisant Dieu "pour justifier leurs propres intérêts ou même la haine et la violence", comme un "refuge psychologique" comme un simple "bon enseignant d’enseignements éthiques" ou en omettant l’"élan missionnaire capable de transformer le monde et l' histoire" qui vient de la foi chrétienne.

Comme le montre Jean-Marie Kohler sur le site culture-et-foi.com dans Révolution évangélique, Jésus veut que le service et l’humilité l’emportent sur la puissance et la gloire, que tous les hommes sont égaux en dignité devant Dieu et entre eux, que les ouvriers de la onzième heure soient payés comme ceux de la première, que les publicains et les prostituées devancent les bien-pensants et les bien-priants dans le Royaume des cieux, que les plus petits soient les plus grands dans ce Royaume dont la porte d’entrée est étroite pour les riches, où la pierre rejetée sera utilisée comme pierre d’angle, interdit de juger autrui et demande d’aimer ses ennemis, ne veut pas de la subordination de la religion à la vie humaine, sans parler de l'absence de toute allusion aux pratiques religieuses dans l’énoncé des critères du Jugement dernier.

Jésus ne détruit pas les méchants, il veut s’en prendre aux dominants et exalter les humbles dans le sillage des prophètes d’Israël, ce qu’il désire est un changement mais pas par les armes, c’est surtout un changement social et spirituel où tout partira de la population elle-même.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 08/09/2016 09:01

Jésus ne détruit pas les méchants, il veut s’en prendre aux dominants et exalter les humbles dans le sillage des prophètes d’Israël, ce qu’il désire est un changement mais pas par les armes, c’est surtout un changement social et spirituel où tout partira de la population elle-même.
-
Je dirai que les Évangiles font dans ce domaine pâle figure par rapport aux prophètes d'Israël. On ne retrouve pas dans le texte les virulences d'un Amos d'un Osée de Jeremie . C'est peut être aussi du à l’utilisation du grec qui assouplit la pensée rugueuse exprimée en hébreu.

paroissiens-progressistes 08/09/2016 12:56

gaëtan,

Ce n'est pas faux, le grec permet de rendre la lecture plus positive sans réellement cacher la radicalité de Jésus.

Merci !