Doit-on suivre le gérant habile ?

Publié le 18 Septembre 2016

Radio Vatican nous montre que le pape François s'est arrêté ce dimanche 18 septembre 2016 sur l'Évangile du jour, tiré de Luc : «Nul ne peut servir deux maîtres» : Avec la parabole du gérant malhonnête, Jésus nous invite à choisir entre deux voies : la sienne, celle de la rectitude et du partage, ou celle du monde, marquée par l’avidité et la corruption. Jésus loue l’habileté du gérant malhonnête. Il ne le présente cependant «pas comme un modèle à suivre, mais comme un exemple de ruse». À ce style de vie proprement mondain, fait de corruption, d’illusion, d’abus, somme toute facile à suivre, nous devons répondre avec ce que le pape appelle «l’astuce chrétienne», laquelle requiert un «style de vie sérieux mais joyeux», honnêteté et rectitude, «respect des autres et de leur dignité».

Ce sont à ces deux voies diamétralement opposées que le Christ nous invite à réfléchir, et c’est un choix ferme qui nous est demandé : entre «honnêteté et malhonnêteté, entre altruisme et égoïsme, entre le Bien et le mal». «On ne peut osciller entre l’une et l’autre», assure le pape, car ces voies impliquent des «logiques différentes et contraires». La conclusion du passage évangélique de ce dimanche est d’ailleurs catégorique : «nul ne peut servir deux maitres, ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre» (Luc 16, 13).

Jésus nous pose donc devant «un choix clair, entre Lui et l’esprit du monde», entre la «logique de la corruption et de l’avidité, et celle de la rectitude et du partage». L’usage de la corruption s’apparente à celle des drogues, affirme le pape. «On pense pouvoir en user, et s’arrêter quand on veut». Or la corruption produit une certaine dépendance, «génère pauvreté, exploitation, souffrance». «Combien de victimes de cette corruption dans le monde, aujourd’hui !», a-t-il déploré. En choisissant au contraire la voie de l’Évangile, celle de l’intégrité, nous devenons «artisans de paix et ouvrons des horizons d’espérance pour l’humanité». «Dans la gratuité et le don de nous-mêmes, a-t-il conclu, nous servons le maître juste : Dieu».

Le pape François nous dit ici que l’argent issu du système économique est porteur d’injustice et corrupteur, c’est pour cela que l’argent ne doit pas devenir une nouvelle idole, mais qu’il doit être investi dans le partage et délivrer le nécessiteux. En étant intègre, et en n’attendant rien en retour, alors nous serons porteurs de l’Évangile.

Comme le montre Odon Vallet dans Chroniques du village planétaire (Desclée de Brouwer, 2013), on peut voir la parabole dans un autre sens puisque le gérant habile (Luc 16,9-13) se fait des amis avec l’argent trompeur. Il évite le compromis et efface la moitié de leur dette à celui qui doit cent jarres d’huile à son maître et à celui qui doit cent sacs de blé. Il renégocie la dette qu’il adapte à chaque cas et sait transiger. Mais on peut aussi y voir l’année jubilaire, qui toutes les sept semaines d’années annule les dettes. Dans notre monde actuel, ce gérant évite les faillites potentielles, les banqueroutes probables et les paniques à redouter, ce qui ne peut arriver que dans des institutions rigides comme nous pouvoir le voir durant les crises économiques.

Ainsi cette parabole qui a un sens spirituel peut être aussi vue dans un sens économique, et peut être une critique des institutions économiques qui n’ont pas de gérants habiles à leur tête.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0
Commenter cet article

M.W 20/09/2016 08:06

Oui j'ai vraiment l'impression que Françoise ne me parle plus, j'ai du l'épuiser

Cordialement à tous et à toutes

paroissiens-progressistes 20/09/2016 13:40

M.W,

Je n'en sais rien, pour cela il faudra lui demander.

Merci !

M.W 19/09/2016 20:41

Tient c'est amusant j'ai l'impression que Françoise a décidé de ne plus me répondre, c'est peut-être mieux ainsi

Cordialement à tous et à toutes

Françoise 18/09/2016 23:10

Coucou Taï

L'argent issu du système religieux est tout aussi corrompu que l'argent issu de l'économie.
Les deux sources se donnent mutuellement la main pour abuser les populations.
C'est bien ça le drame. Alors le gérant habile, c'est un peu la bête à sept têtes du conte des cataplasmes. A force de vouloir faire des parallèles, F1 ne mesure pas que son système clérical est tout aussi pourri que le monde qu'il critique.
D'autant qu'il collabore largement avec l'OD, justement très portée sur l'argent et l'économique et le financier...donc de qui se moque-t-il le pontife? Ben encore de nous tous...pour changer!

paroissiens-progressistes 19/09/2016 18:06

Françoise,

Comme le disait Vespasien à son fils Titus : "L'argent n'a pas d'odeur". Pour le Vatican c'est le cas, mais il s'en sert très mal puisqu'il ne finance pas les ONG avec, ni n'aide les Eglises locales dans leurs actions pour les pauvres. Cet argent corrompu est souvent détourné pour des choses moins louable. L'OD est le maître d'oeuvre, et les pauvres sont les dindons de la farce. Ici, on attend le gérant habile.

Merci !