Le deuxième Congrès mondial de la Bible et du Mysticisme parle de la Miséricorde

Publié le 11 Septembre 2016

Le deuxième Congrès mondial de la Bible et du Mysticisme parle de la Miséricorde

periodistadigital.com nous montre dans on article du samedi 10 septembre 2016 que le deuxième Congrès mondial de la Bible et du Mysticisme qui était dans sa quatrième conférence de la journée le vendredi 9 septembre 2016, a eu le droit à des conférenciers exceptionnels. Anselm Grün, Jon Sobrino et Inés Fernández Serrano qui ont enrichi le thème de la miséricorde avec leurs propres contributions.

Anselm Grün est moine bénédictin allemand, docteur en théologie. Il réside dans le monastère de Münsterschwarzach (Allemagne). Il est reconnu dans le monde entier pour ses écrits sur la spiritualité, il est l'auteur de plus de 300 livres sur le sujet. Plus de 14 millions d'exemplaires de ses livres ont été vendus et traduits en trente langues. Le Dr. Grün, sous le thème de la «miséricorde de la santé» a offert sa contribution originale en intégrant la psychologie, la spiritualité et la guérison d'une manière dynamique, à travers le développement de la miséricorde dans l'Évangile comme un moyen de guérison. Il a développé les points suivants : Jésus, la fondation début et la fin de toute guérison spirituelle, le bon Samaritain comme un exemple de guérison miséricorde et le modèle de Dieu le Père, l'importance de la guérison personnelle pour accompagner la guérison d'une autre, l'importance de la miséricorde même pour une commisération avec les autres et il terminé sa conférence avec prière mystagogique (la mystagogie est une catéchèse pour adultes ou pour enfants, qui a lieu après le sacrement).

La deuxième conférence a été donnée par le prêtre jésuite Jon Sobrino. Le prêtre a été formé en Espagne, en Allemagne et aux États-Unis, où il a étudié l’ingénierie. Il est entré dans la Compagnie de Jésus en 1956. Il est professeur de théologie et directeur du Centre Monseigneur Romero de l'Université d'Amérique centrale à San Salvador. Il est un membre de l'Editorial Board du Concilium. Il a développé dan la conférence «Le principe de la Miséricorde. Baisser la croix pour les peuples crucifiés». Dans ce document, il a traité des aspects de la miséricorde du Père, en particulier l'image de Dieu le Père et un Père qui est Dieu, en faisant allusion à la parabole du fils prodigue et il a fait allusion à la joie du Père. Le père Sobrino a souligné le moment de la miséricorde en se référant au livre de l'Exode quand le Père se révèle à Moïse comme miséricordieux et qu’il cherche à libérer son peuple. Il a mis à jour cet exemple de deux façons différentes, en se demandant comment nous pourrions enlever la croix à ceux qui souffrent et de proposer une parabole comparant l'abaissement de la croix du crucifié en employant un chariot, qui est, mis à jour avec l'image d'une Église miséricordieuse.

Le Dr. Inés Fernández Serrano, psychothérapeute, a introduit le thème de «La valeur thérapeutique du Pardon». Il a parlé de quoi, comment et pourquoi le pardon; des concepts fondamentaux pour considérer le pardon en thérapie et comment avec l'aide de la miséricorde de Dieu la guérison thérapeutique est atteinte. Il a expliqué le pardon comme un processus de guérison mentale et psychologique et que l'effet du pardon sur la santé, en fournissant des données précieuses et des processus spécifiques en se rapportant à des auteurs de renom.

La table ronde "La miséricorde dans l’action sociale de l'Église" s’est réalisé avec des contributions de Sebastian Mora Rosado, Secrétaire Général de Caritas, de Javier Menendez Ros, directeur de l'Ayuda a la Iglesia necesitada et Carla Gil, président de Manos Unidas. Les contributions des participants ont considérablement enrichies les facettes de la miséricorde vues en avant des expériences dans la présidence des organismes de bienfaisance. La journée s’est conclue avec les communications : «action humanitaire». Le Dr. Esteban Ayuso, a proposé la Miséricorde de Dieu dans «Don Quichotte» et, enfin, le Dr Javier Marín Marín, le «Lien entre l’action éducative et de la miséricorde».

Cette vision de la Miséricorde qui guérit et aide est salutaire, elle montre que les actes sont un le plus beau des arguments de l’action de Dieu le Père auprès de ses enfants et épouse pleinement cette initiative de l’Église en Argentine dont nous parle periodistadigital.com le samedi 10 septembre qui appelle à plus de solidarité avec les pauvres à travers une collecte faite ce week-end dans un contexte de «pauvreté croissante».

La collecte est prise en charge par la Commission épiscopale pour l'aide aux régions les plus démunies et se fait dans les paroisses, les chapelles et les écoles, cette fois sous la devise la «Miséricorde pour moins d'exclusion». L'évêque d’Esquel, Mgr José Slaby, a appelé à être sensible aux nécessiteux avant cette collecte à un moment où le pays traverse «une situation très compliquée du point de vue économique et social.» En ce sens, Mgr Slaby a fait une critique sévère de certaines politiques et de certains politiciens. «La charité née de la visibilité des exclus et elle est volé par des politiques et des politiciens sans scrupules» a déclaré le prélat.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 14/09/2016 12:04

Je trouve qu'il y a un glissement idéologique qui épouse une vision très psycho spirituelle que tu as aussi bien dans le RC que le Chemin Néocatéchuménal. Qui prend sa source dans le pentecôtisme protestant mais qui déborde largement le catholicisme depuis trente ans. Et qui maintenant déborde sur d'autres mouvances fondamentalistes cathos qui l'utilisent comme un moyen de gagner de l'argent plus rapidement. Je crois que bien des théologiens ne percutent pas forcément ça. Parce que c'est des idées dans l'air du temps...et que tout le monde veut sa part du gâteau parce que ça représente des milliards de dollars, un marché juteux pour capter des croyants et prendre leur argent. C'est pas parce que tu t'occupes d'activités humanitaires que tu peux pas te faire rattraper par ce genre de théorie psycho spirituelle. Je crois que c'est pas incompatible. Le discernement peut très bien se faire sur certaines choses et pas sur d'autres.
Et c'est d'autant plus facile quand on a pas la culture psychanalytique sur les courants du mélange psy et spi. Chez les théologiens, tu n'en as pas beaucoup qui ont une culture réelle psy.
Le RC, les mouvances fondamentalistes qui utilisent le mélange psycho spirituel en faisant croire qu'ils disposent d'une culture psy (alors qu'ils ne font que récupérer ce qui les intéresse et souvent auprès des courants psys les plus contestables, pour aliéner les gens) profitent à fond de l'ignorance, de la méconnaissance et de l'inculture psy de l'institution catholique romaine mais aussi des croyants.
A partir de là, ils ont un boulevard pour leur projet d'emprise et de destruction.
Les théologiens seraient un peu plus cultivés sur ces questions, ils tiendraient un autre discours, beaucoup plus prudent. Et ils n'auraient pas invité le triste sire dont tu parlais.

Françoise 14/09/2016 09:26

L'idéologie développée fait vachement penser au RC, Taï. Ca t'a pas frappé à la lecture?
Y a un lien évident même si ça ne concerne pas le RC directement.
Tu sais, dans nos paroisses, la miséricorde comme le pardon, c'est un peu la tarte à crème.
Ca relève du slogan à la mode. Le pape a parlé de ça, on met ça à toutes les sauces. On en parle dans toutes les homélies. C'est comme un assaisonnement qu'on rajouterait au plat pour mieux le vendre. Concrètement, hormis la confession et le maintien de l'impunité cléricale (croyants soyez miséricordieux avec le clergé pour qu'il continue à bien vous abuser tous domaines confondus), tu vois beaucoup de choses de développées concernant la miséricorde et le pardon en ce qu'ils impliquent de sortir de la loi du silence et de parler de ce qui fâche? Moi pas. Ca fait pas partie des objectifs ni de la culture paroissiale et diocésaine. Par contre, rameuter le RC pour des séances de guérisons psychospirituelles, rameuter du monde aux agapè thérapies du Puy en Velay, ça, tu le vois de plus en plus. Et ça m'inquiète.

paroissiens-progressistes 14/09/2016 10:08

Françoise,

Ici, ce n'est pas le même ordre. D'ailleurs, les théologiens disent juste ce qu'ils pensent de comment doit être pratiqué la miséricorde. Ansel Grün est critiqué pour ses ouvrage de la part des conservateurs car il ne parle jamais des dogmes qu'il juge trop durs. Jon Sobrino lutte pour le droit des défavorisés au Salvador, et il a reçu une notification de la CDF, quant au Dr Ines Serrano, elle est spécialiste en psychothérapie dans une université pontificale de Comillas qui est jésuite (mais elle n'a aucun lieu avec le RC), Sebastián Mora Rosado lui est Secrétaire général de Caritas en Espagne, Carla Gil qui fait partie de Manos Unidas qui veut en finir avec les injustices entre les pays du Nord et du Sud, Esteban Ayuso est un jésuite, et le Dr Javier Marin est un psychologue. Il essayent de voir la meilleure utilité de la miséricorde notamment à travers certains des actes de miséricorde spirituelle et physique.

Un n'aurait pas du être invité, Javier Menendez Ros, directeur de l'Ayuda a la Iglesia necesitada, proche du Chemin néocathéménal et du PPE, qui a une affaire de détournement d'argent sur le dos à travers sa fondation.

Merci !

Françoise 13/09/2016 10:32

Ces orientations me font toujours craindre une avancée masquée des tactiques d'emprise et de conditionnement du Renouveau Charismatique. Une sorte de justification des agapè-thérapies.
Ce qui provoque pourtant des dégâts sur des tas et des tas de croyants.
Dans ces réunions à huis clos, il n'existe pas d'alternative critique ou de simple mise en garde au regard des dégâts majeurs de ce type d'orientation. Ca me scandalise.
Y a un côté apprentis sorciers mêlant psy et spirituel que je trouve particulièrement contestable et dangereux. Et sachant que les lobbys charismatiques s'appuieront en plus sur ce type de réunion pour légitimer leurs pratiques, ça me fait encore plus craindre pour les croyants.

paroissiens-progressistes 13/09/2016 18:24

Françoise,

Ce type de réunion ne concerne pas le RC, puisque ce sont des théologiens souvent peu en phase avec Rome qui donnent leur vision de la miséricorde. Mais dans nos paroisses, je vois une vision limité de ce qu'est la miséricorde qui servira peu à l'Eglise qui se centre seulement sur le pardon mais pas sur les actes de miséricorde qui vont avec.

Merci !