Mgr Durocher est récompensé pour sa défense du diaconat féminin au Synode et le directeur de "Juan Pablo II" d’Alcorcón compare la loi contre la discrimination de sexe et de genre avec le «fanatisme terroriste»

Publié le 28 Septembre 2016

Cameron Doody nous apprend ce mercredi 28 septembre 2016 sur periodistadigital.com que l’archevêque de Gatineau, au Québec, Paul-André Durocher, vient de recevoir un prix décerné par FutureChurch pour avoir défendu que les femmes soient ordonnées comme des diaconesses et incluses dans des positions de plus grandes responsabilités au sein de l'Église catholique durant le synode extraordinaire sur la famille en 2015.

C’est jeudi dernier, lors d'une cérémonie à Cleveland, en Ohio, que le groupe FutureChurch a attribué à Durocher avec le prix «Père Louis J. Trivison », en mémoire du prêtre fondateur de l'organisation qui a été également très attaché à la cause de l'égalité des femmes dans l'Église. Acceptant son prix via Skype, Mgr Durocher dit qu'il croit «construire des ponts» dans ce sens. Se référant à la controverse qui a surgi à propos de l’attribution de ce prix parmi les secteurs conservateurs de l'Église américaine et sur la réputation progressive du groupe FutureChurch, Mgr Durocher dit qu’avant tout, on doit promouvoir le dialogue. «Il est important que l'Église n’arrête pas d’approcher les uns et les autres afin de travailler pour le bien où nous le pouvons», a-t-il dit.

Dans son acceptation pour le prix, Mgr Durocher a également rappelé les circonstances qui l'ont amené à réclamer, au synode, une plus grande visibilité pour les femmes dans l'Église. En substance, il dit qu’il a estimé que l'Église «ne pouvait pas parler avec crédibilité» sur la violence sexiste au sein de la famille jusqu'à ce que la hiérarchie soit restructurée «pour reconnaître et célébrer la dignité inhérente de toutes les femmes». «Je suggère que nous cherchions des moyens», a-t-il dit, «d'écouter les voix des femmes dans nos réflexions sur les Écritures, sur nos structures de gouvernance et, enfin, d'étudier la possibilité d'ordonner des femmes au diaconat permanent.»

Mgr Paul-André Durocher fait preuve d’un extrême bon sens dans sa vision d’une Église qui sache gouverner avec les femmes et leur donner de larges responsabilités. Malheureusement, les courants conservateurs de l’Église viennent briser tout acte d’ouverture comme le montre Jesús Bastante dans periodistadigital.com lorsque le directeur de l'école «Juan Pablo II» de Alcorcón en Espagne, parrainé par la fondation Educatio Servanda (financé par Communion et Libération particulièrement tourné vers les élites), Carlos Martinez, a envoyé une note aux parents du centre, qui attaque la loi contre la discrimination de sexe et de genre approuvée à Madrid, qui la compare avec «fanatisme terroriste».

La lettre de Carlos Martinez, qu’a dénoncé Arcópoli parle de la façon dont «nos plus proches politiciens, ceux qui devraient défendre la famille et de nos racines chrétiennes» sont «occupées dans la défense des lois aussi absurdes telle que la récente loi sur l'égalité des sexes adoptée par l'Assemblée de Madrid». «Qu'est-ce que la barbarie sans la vérité naturelle de l'homme et le droit inaliénable des parents d'éduquer leurs enfants ! Qu'est-ce que le dogmatisme accusé de discrimination qui pense différemment! Quelle absurdité d'essayer d'imposer une idéologie par la force des sanctions ! Le mensonge vient toujours de la peur de la lumière de la vérité et du contraste des idées. La ressemblance avec le fanatisme terroriste est inquiétante», nous dit cette lettre avec une certaine ignominie.

Le directeur adjoint dans sa note à la lettre des évêques de Getafe et Alcalá contre la loi adoptée par la commune de Madrid écrit en contournant l'autorité de son évêque métropolitain, Carlos Osoro, notant qu’«heureusement, nous avons des évêques courageux qui ont clairement leur rôle d’éducateurs pastoraux et de témoins de la vérité». Le directeur du centre commence par rappeler les attentats terroristes en France et comment «nos politiciens semblent se divertir à générer des problèmes inexistants et à compliquer les choses.» Sur les attentats de Nice ou l'assassinat du père Jacques Hamel, Carlos Martinez affirme qu’«il lui semble qu’il arrive un vent de persécution.» Face à cela, dénonce «le complexe qu’ont les chrétiens dans l'Ouest», et inviter à prêcher la foi chrétienne contre «ceux qui suivent de fausses religions ou idéologies.»

On ne peu pas faire plus nauséabond. Mais rien d’étonnant à cela car la fondation Educatio Servanda est une fondation ultraconservatrice, dont de nombreux membres faisaient partie de la Légion du Christ. Leurs centres d’éducation différenciée séparent les filles et les garçons et l’association veut travailler pour construire son propre modèle éducatif, en communion avec les évêques et avec l'aide des prêtres diocésains. Il ne peut rien en sortir de bon de cela pas plus que d’écouter ces fanatiques.

Plus nauséabond encore, HuffingtonPost.fr nous apprend qu’une brochure présentée comme un "manuel de bioéthique" édité par la fondation Lejeune (Opus Dei), farouchement opposée à l'avortement est diffusée dans au moins deux lycées privés dans l'académie de Montpellier et à Paris. En ce 28 septembre, journée mondiale du droit à l'avortement, cette révélation est embarrassante.

En amont de cette journée spéciale, la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol avait en effet annoncé qu'elle voulait élargir le délit d'entrave aux sites internet qui véhiculent des informations "biaisées" sur l'avortement dans le but de dissuader des femmes d'y avoir recours. Après cette annonce, les anti-IVG s'étaient insurgés contre ce qu'ils estiment être un manquement à la liberté d'expression. Interrogée par Le HuffPost, pour la ministre, il ne faut pas tout confondre : "La liberté d'opinion et d'expression n'inclut pas le droit au mensonge, sur des sujets aussi graves que la contraception et l'IVG." Elle a tout à fait raison.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités, #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article