Phoebé de Cenchrées, une femme importante dans la communauté chrétienne primitive

Publié le 4 Septembre 2016

Phoebé de Cenchrées, une femme importante dans la communauté chrétienne primitive

Hier, a été fêtée Phoebé qui est la seule diaconesse mentionnée par Paul dans la lettre de saint Paul aux Romains, car parmi les fidèles de Cenchrées, en Grèce actuelle, elle a beaucoup aidé ce dernier.

Cenchrées est le port oriental de Corinthe, où se trouvait Phoebé une négociante qui est saluée en premier par Paul dans Romains 1,16. C’est elle qui portera la lettre au Romains, selon le code épistolaire du temps. Paul la pare aussi de titre de ministre (diaconesse) (Marie-Josèphe Aubert, Des femmes diacres : un nouveau chemin pour l'Église, Editions Beauchesne, 1 janv. 1987 et Élisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes. T.1 - Des origines évangéliques au siècle des sorcières, Tallandier, 2015).

Phoebé est aussi «protectrice des chrétiens» de la ville, c’est-à-dire qu’elle s’occupe du «patronat», l’assistance matérielle et morale accordée à des personnages fortunés et influents dans leur communauté ou à des individus qui formaient leur «clientèle». Elle recevait les frères chrétiens venus d’Asie ou de Syrie. Elle ouvrait aussi sa maison aux réunions de l’Église, c’est à cette époque que se tenaient des assemblées chrétiennes dans des maisons privées (Marie-Josèphe Aubert, Des femmes diacres : un nouveau chemin pour l'Église, Editions Beauchesne, 1 janv. 1987 et Élisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes. T.1 - Des origines évangéliques au siècle des sorcières, Tallandier, 2015).

Le titre de ministre, semble désigner son titre de diaconesse, et montre que le charisme commence à devenir le point d’appui pour la mission, la fonction. En utilisant le terme de diaconesse, ou ministre, Paul désigne ici une collaboratrice et évoque ainsi le service bien concret qu’elle rend à la communauté. Elle fait mieux que de l’accueillir, dans les moments difficiles, elle lui servit de prostate, c'est-à-dire de garant judiciaire, fonction essentielle pour la protection des voyageurs dans le monde romain (Marie-Josèphe Aubert, Des femmes diacres : un nouveau chemin pour l'Église, Editions Beauchesne, 1 janv. 1987 et Élisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes. T.1 - Des origines évangéliques au siècle des sorcières, Tallandier, 2015).

Enfin, Phoebé est la seule femme dont le Nouveau Testament parle comme ayant eu un titre et une fonction dans l’institution ecclésiale. Elle est dans doute morte à Corinthe et elle est fêtée le 3 septembre. Elle est actuellement mise de côté pour des raisons linguistiques car le terme «ministre» ou diakonoi pose problème à la hiérarchie purement masculine, car elle ne veut pas conclure que les femmes ont eu des ministères ordonnés dès le début de l’Église (Michele Bennardo, Lorenzo Bortolin, et Benito Cutellè, Il diacono : Chi è. Cosa fa. Come diventarlo, Effata Editrice IT, 2007, Élisabeth Dufourcq, Histoire des chrétiennes. T.1 - Des origines évangéliques au siècle des sorcières, Tallandier, 2015 et http://www.ihu.unisinos.br/noticias/557137-sera-que-a-igreja-aceitara-mulheres-diaconos-santa-febe-rogai-por-nos).

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique, #Histoire de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

une bretonne 27/11/2016 21:09

je suis d'accords avec paroissiens progressistes car les apocryphes servaient à mettre en avant des enseignements gnostiques

Françoise 11/09/2016 11:21

Les apocryphes concernés ont été traduits par Jean-Yves Leloup. Disponibles en librairie.
Et Marie-Madeleine n'y est pas une allégorie.

paroissiens-progressistes 11/09/2016 17:59

Françoise,

C'est là, où je en suis pas d'accord, car les apocryphes servaient à mettre en avant des enseignements gnostiques à travers des images symboliques et des figures encore plus symbolique pour cela.

Merci !

Françoise 09/09/2016 23:30

Merci pour cet ajout, Taï, sur l'histoire de Phoebe. Le diaconat féminin concernait également Marthe et Marie, sans doute aussi Marie-Madeleine après la mort de Jésus. Dans certains apocryphes, il est précisé qu'elle a reçu une révélation particulière et est élevée au rang d'apôtre femme. Ce qui déplaît fortement à Pierre qui tente de l'évincer, de la destituer. Heureusement, Philippe et quelques autres prennent la défense de Marie-Madeleine. Cela ne suffira pas malheureusement, puisqu'elle partira finir sa vie de façon solitaire.

paroissiens-progressistes 10/09/2016 16:58

M.W,

Saint Irénée parle des évangiles gnostiques, c'est pour cela que certains sont connus, après c'est le travail d'exégètes qui connaissent ces œuvres et permettent de savoir si ces évangiles sont gnostiques ou montanistes.

Merci !

M.W 10/09/2016 11:48

Taï

Justement voilà le problème : comment savoir quels apocryphes viennent des gnostiques et des montanistes ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 10/09/2016 11:11

Françoise,

J'oubliais, mais il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il y ait des apôtres femmes, les 12 disciples sont des hommes et les 4 disciples féminines sont leur équivalents. Dans l'évangile, quand on cite des femmes elles ont un rôle important dans la communauté surtout avec leur proximité avec Jésus.

Merci !

paroissiens-progressistes 10/09/2016 10:59

Françoise,

Attention aux apocryphes, car souvent les personnages de Marie et Marie-Madeleine sont des allégories de la sagesse et de l'Eglise venant de mouvements gnostiques dont les enseignements s'éloignaient considérablement ce ceux des premiers chrétiens.

Je pense plutôt que le groupe des disciples féminins autour de Jésus était soit des prophétesses ou des femmes finançant le mouvement, tout en ayant un rôle important dans la prédication, ce qui continue comme on peut le voir dans les Actes des Apôtres. Les femmes ayant sans doute même poussé les disciples après la mort de Jésus, d’ailleurs ce sont elles qui ont les premières apparitions de Jésus, ce qui montre qu'elles étaient plus croyantes.

Merci !