Une autre personne du Conseil pontifical pour la protection des mineurs quitte le groupe

Publié le 19 Septembre 2016

Joshua J. McElwee nous montre dans son article du lundi 19 septembre 2016 pour NCRonline.org nous montre qu’un membre de la commission créé par le pape François sur s’occuper des abus sexuels du clergé sur les mineurs a révélé que l'un de collègues du groupe a démissionné de son poste. La démission, qui na pas été rendu public auparavant, met déjà en avant deux départs sur les dix-sept personnes nommées originellement à la commission.

Marie Collins, une laïque irlandais et membre du Conseil pontifical pour la protection des mineurs, a fait cette révélation à NCR dans une interview en réponse à une question sur le statut de son collègue Peter Saunders, que la commission a mis en congé en Février. "Il y a eu une démission de la Commission", a répondu Mme Collins. "Mais Peter n'a pas démissionné ou été licencié : il est toujours en congé." Mme Collins, une survivante des abus sexuels des prêtres, a alors parlé à NCR suite à la réunion de la commission à Rome la semaine dernière.

Emer McCarthy, la coordinatrice de la commission les projets et les médias, a déclaré ce lundi qu'un membre du groupe a démissionné au mois de mai pour "raisons personnelles". McCarthy a identifié le membre démissionnaire comme Claudio Papale, un Italien qui enseigne le droit canon à l'Université pontificale Urbaniana. "La Commission ne voit aucune nécessité d’arriver à d'autres commentaires pour le respect de sa vie privée", dit-elle.

Maria Collins s’inquiète sur le fait que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi n’a toujours pas mis en place un tribunal pour juger les évêques négligents, alors que la commission l’avait recommandé au pape François, et elle exprimé sa crainte que la commission n'a pas eue donné le pouvoir de superviser la mise en œuvre des efforts contre les abus sexuels des prêtres. Elle souhaite qu’elle et d’autres membres de la commission participent cette année au cours annuel de formation qui a eue lieu au Vatican pour les nouveaux évêques nommés dans le monde entier.

Marie Collins conclue de la meilleure façon cette interview en disant qu'elle avait l'intention de prendre la parole sur l'effet des abus et de "l'importance de traiter l'auteur non seulement comme un pécheur, mais aussi comme un criminel et quelqu'un qui est un danger pour les enfants." Elle voulait aussi dire aux nouveaux évêques que le clergé sexuellement abusif ne nuit pas seulement nuisent pas à ses victimes, mais à toute l'Église dans le monde entier.

Difficile ce combat contre ces prêtres pédophiles où la curie romaine met des lenteurs et ne désire pas que les laïcs de la Conseil pontifical pour la protection des mineurs puissent avoir gain de cause. Il est grand temps que l’Église prenne au sérieux qui a considérablement entaché son image.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 25/09/2016 09:34

C'est pour ça que je te disais que l'entreprise est surtout un moyen de faire croire que l'institution vaticane agit alors qu'elle ne fait que de la communication d'intention sur le sujet.
Il faudra la pression internationale conjuguée à celle des associations de victimes pour que les choses changent. De l'intérieur du Vatican, rien ne bougera, faut pas rêver. Les conservateurs pèsent un poids supérieur aux réformateurs. Et en plus, avec l'OD qui chapeaute l'institution financièrement, c'est fichu d'avance.

paroissiens-progressistes 26/09/2016 16:50

Françoise,

Cette commission ne peut pas réussir, elle a contre elle l'opposition de la CDF et de la Congrégation des évêques. Le pape peut faire ce qu'il veut, la curie est trop conservatrice. Un grand ménage ne peut être que salutaire tout en rendant les communautés nouvelles et les nouveaux mouvements ecclésiaux inexistants.

Merci !

Françoise 21/09/2016 10:24

Marie joue sur les mots. Peter a été débarqué, mis à pied parce qu'il dénonçait le cardinal Pell.
Maintenant, je la rejoins sur le vide abyssal de la commission qui ne permet ni de juger évêques et prêtres pédophiles ni de protéger les enfants et familles de prêtres pédophiles.
C'est une coquille vide. D'où la colère de Peter Saunders.

paroissiens-progressistes 22/09/2016 18:37

Françoise,

Le pire c'est que dans les journaux Espagne, on sait déjà que la CDF ne veut pas donner gain de cause à la Commission qui sans pouvoir étendus ne servira à rien.

Merci !