Consistoire du 19 novembre : Le pape créera 17 nouveaux cardinaux

Publié le 9 Octobre 2016

cath.ch nous montre ce dimanche 9 octobre 2016 que lors du consistoire du 19 novembre 2016, le pape François créera 13 nouveaux cardinaux. Il a également décidé de créer cardinaux deux archevêques et un évêque émérites qui se sont distingués dans leur service pastoral ainsi qu’un prêtre qui a rendu un clair témoignage chrétien.

Le pontife a annoncé ces créations de cardinaux à l’issue de l’Angélus le 9 octobre sur la place Saint-Pierre. Voici la liste des nouveaux cardinaux électeurs : Mgr Mario Zenari, nonce apostolique de Syrie (Italie), Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui (République centrafricaine), Mgr Carlos Osoro Sierra, archevêque de Madrid (Espagne), Mgr Sérgio da Rocha, archevêque de Brasilia (Brésil), Mgr Blase J. Cupich, archevêque de Chicago (États-Unis), Mgr Patrick D’Rozario, archevêque de Dacca (Bangladesh), Mgr Baltazar Enrique Porras Cardozo, archevêque de Mérida (Venezuela), Mgr Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles (Belgique), Mgr Maurice Piat, archevêque de Port-Louis (Ile Maurice), Mgr Kevin Joseph Farrell, préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie (Etats-Unis), Mgr Carlos Aguiar Retes, archevêque de Tlalnepantla (Mexique), Mgr John Ribat, archevêque de Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée), et Mgr Joseph William Tobin, archevêque d’Indianapolis (Etats-Unis).

Le pape a également décidé de créer 4 autres cardinaux qui ne sont, pour leur part, pas électeurs. Il s’agit de : Mgr Anthony Soter Fernandez, archevêque émérite de Kuala Lumpur (Malaisie); Mgr Renato Corti, archevêque émérite de Novara (Italie) ; Mgr Sebastian Koto Khoarai, évêque émérite de Mohale’s Hoek (Lesotho) ; et le père Ernest Simoni, prêtre de l’Archidiocèse de Shkodër-Pult (Albanie). À l’issue de ce consistoire, le collège cardinalice comptera 228 membres, dont 121 cardinaux électeurs. Parmi les cardinaux électeurs : 54 proviennent d’Europe, 17 d’Amérique du Nord, 4 d’Amérique centrale, 13 d’Amérique latine, 15 d’Afrique, 14 d’Asie et 4 d’Océanie.

Le 2 octobre dernier, dans l’avion qui le ramenait à Rome (Italie), de son 16e voyage apostolique en Géorgie et en Azerbaïdjan, le pape François avait répondu aux questions des journalistes concernant un éventuel consistoire organisé «à la fin de l’année (…) ou au début de l’année prochaine». «Les critères seront les mêmes que les précédents, avait-il alors expliqué, ils doivent venir de partout parce que l’Eglise est de partout. Il faut faire un équilibre. Je veux que l’on perçoive l’universalité de l’Église et non pas seulement le centre européo-centré».

Le 22 février 2014, lors du premier consistoire de son pontificat, le pape François avait créé 19 nouveaux cardinaux, dont 16 électeurs en cas de conclave. Le 14 février 2015, pour son second consistoire, le pontife avait crée 20 nouveaux cardinaux, dont 15 électeurs. Le dimanche 20 novembre, le pape concélébrera, en la solennité du Christ Roi et jour de la fin de l’Année de la miséricorde, la messe avec les nouveaux cardinaux et l’ensemble du collège cardinalice.

Le pape a créé 17 nouveaux cardinaux dont 13 de moins de 80 ans et souhaite par ce biais une internationalisation de l’Église afin que les cardinaux européens ne soient plus majoritaires. Ces choix ne sont pas innocents comme le montre Radio Vatican puisqu’en créant cardinaux Mgr Zenari, nonce apostolique à Damas, et Mgr Nzapalainga, archevêque de Bangui, le pape reconnait le travail inlassable en faveur de la paix accompli par ces deux hommes dans leur pays respectif, et marque son souci de promouvoir l’engagement de l’Église auprès de la société en faveur de la concorde malgré les drames de la guerre.

Le pape François a toujours le souci de placer les périphéries sur la carte de l’Église. En nommant cardinaux des évêques ou archevêques venus du Bangladesh, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de l’île Maurice, du Lesotho ou de Malaisie, il montre clairement l’universalité de l’Église. Tous ces pays n’avaient compté, jusqu’à maintenant, de cardinaux. Le Pape démontre aussi qu’il n’oublie rien de ses voyages apostoliques. Il avait ainsi été profondément marqué par l’histoire des catholiques en Albanie, persécutés par le régime communiste. Le fait de créer cardinal un prêtre albanais, le doyen de cette promotion, est le moyen de rendre hommage au courage de tous ces fidèles qui ont souffert, parfois jusqu’au martyre, au nom de leur foi.

Le choix du pape s’est donc porté sur des hommes représentant les périphéries, l’universalité de l’Église, et jetant aussi la lumière sur deux situations politiques qui le préoccupent beaucoup : la Syrie et la République centrafricaine. La suite des événements nous dira ce choix a été bon.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 11/10/2016 00:15

Je ne sais pas si tu as eu aussi connaissance de cette nomination, Taï...

http://www.marieclaire.fr/,cardinal-giovanni-battista-re-le-viol-est-moins-grave-que-l-avortement,734632.asp

Dans la série réactionnaire, F1 a je crois remporté la palme d'or pour cette nomination.

paroissiens-progressistes 11/10/2016 20:18

Françoise,

Je suis au courant de cette nomination, j'en avais parlé. Comme d’habitude, le pape François nomme des hommes proches de Benoît XVI pour avoir la tranquillité dans ses futures réformes, mais c'est un jeu dupe où il n'y aura pas de vainqueur et une grande perdante l'Eglise avec ce type de nomination.

Merci !