Le pape invite l’Institut Jean-Paul II à renouveler son regard sur le mariage et la famille

Publié le 28 Octobre 2016

la-Croix.com nous montre que recevant les membres de l’Institut Jean-Paul II pour la famille, jeudi 27 octobre, le pape François les a encouragés à travailler davantage sur la question de la différence sexuelle, «frontière très délicate de l’humain» pour «réhabiliter» le mariage dans la société en prenant en compte toute la complexité de l’existence et les situations très concrètes des familles déstabilisées selon lui par «une culture qui exalte l’individualisme narcissique», certaines idéologies qui «agressent directement le projet familial», des «nouvelles technologies rendent possibles parfois des pratiques entrant en conflit avec la vraie dignité de la vie humaine». Et ce, alors que l’Institut s’est jusque-là peu intéressé aux thématiques du genre dont certaines interprétations remettent soit disant en cause la différence sexuelle.

 

Dans ce contexte, il a encouragé vivement les membres de l’Institut Jean-Paul II à bien comprendre les évolutions en cours, à bien prendre en compte «la complexité des conditions actuelles», pour mieux reproposer «cette extraordinaire “invention” de la création divine», à savoir que «la famille est l’icône de l’alliance entre Dieu et la famille humaine». «La culture moderne est bloquée dans une tendance à effacer la différence sexuelle», a-t-il déploré, s’étonnant de cette tendance alors qu’il est pourtant «impossible de nier» son apport à «la redécouverte de la dignité» de cette même différence sexuelle.

 

«La charité de l’Église nous pousse à développer – sur le plan doctrinal et pastoral – notre capacité à lire et à interpréter, pour notre époque, la vérité et la beauté du dessein de Dieu», a-t-il affirmé. Le pape François a aussi reconnu que l’Église avait présenté «un idéal théologique du mariage trop abstrait, construit quasiment artificiellement», «loin des situations concrètes des familles». Il a insisté pour que l’Église se fasse plus proche et plus compréhensive afin d’encourager les familles à prendre conscience «du don de grâce» qu’elles portent et à «devenir orgueilleuses de pouvoir le mettre à disposition de tous les pauvres et les abandonnés qui désespèrent de pouvoir le trouver ou retrouver».

 

Le pape François se trompe encore sur les études de genre dont le but n’est pas de gommer les différences sexuelles biologique, mais à monter que les caractéristiques associées aux hommes et aux femmes contribuent à reproduire des stéréotypes et sont le prétexte à maintenir une hiérarchie entre les sexes, au détriment des femmes. Les familles ne sont pas menacées mais doivent être vues de façon plus complexes, car elles peuvent être aussi homoparentales, monoparentales et recomposées. Il faudra bien que l’Église leur trouve une place non secondaire mais à part entière en son sein. Il est également bon qu’un pape reconnaisse enfin que l’idéal théologique du mariage a été construit artificiellement et que l’Église doive comprendre les évolutions en cours. C’est un début, mais il ne faut pas aller trop loin dans son interprétation.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 01/11/2016 16:05

Coucou Taï

Je crois que F1 est très imprégné par une vision assez réactionnaire de la famille, liée à sa culture argentine et sud américaine. Et c'est pas avec Greg Burke de l'OD qu'il va arranger ses idéologies sur la famille, les questions de genre, etc.

Il y a du mieux quand il dit que l'Eglise a construit un modèle familial artificiel. Mais s'il n'y a pas déconstruction de l'artifice, ça reste juste un constat vide de sens.
Personnellement, j'aimerais que le pape explique pourquoi justement au nom de cette famille artificielle et fantasmatique, l'Eglise a fait commerce de millions d'enfants volés à des adolescentes, à des jeunes femmes définies moralement et socialement comme étant indésirables. Que ce soit dans les couvents prisons, les maternités gérées par différentes églises, que ce soit via des fondations comme la Fondation d'Heucqueville, comment l'Eglise a-t-elle pu détruire la vie de femmes, d'enfants et d'hommes sous prétexte de sauver la morale et la famille artificielle qu'elle avait construite?
Personnellement j'aimerais des réponses...elles m'intéressent bigrement.

paroissiens-progressistes 01/11/2016 18:21

Françoise,

Ce sont de très bonnes questions, qui méritent mieux que la négation. Les poser directement au pape serait intéressant, mais est-ce que nous pourrions passer ? Là est une autre question.

Merci !