Le pape ne veut pas que la foi soit un livre de recette

Publié le 22 Octobre 2016

Comme le montre Vatican Insider, le pape François a reçu en audience les participants à une conférence de la pastorale des vocations le vendredi 21 octobre 2016, et lors de celle-ci, il s’est permis de dire aux évêques de ne pas se retirer dans «la forteresse sécuritaire du presbytère, de la sacristie ou d’un petit groupe "loyal"», et plutôt d’«accompagner les personnes», «sans leur imposer sa propre conscience et prétendre contrôler la grâce de Dieu», sans «étiquette» et «superficialité». Ils doivent aussi être vigilants sur les personnes qui entrent au séminaire afin de devenir des prêtres «matures et équilibrés» et sans «réduire la foi à un livre de recettes ou un ensemble de règles à respecter.»

 

Le pape à travers ces propos désire une Église ouverte avec des évêques et des prêtres qui la représente, d’où ses conseils fermes envers eux. Mais les fidèles ne sont pas à l’abri de ce chemin que le pape essaie de prendre et doivent aussi travailler, comme le montre Vatican Insider ce samedi 22 octobre.

 

Le pape François a donc lors de son audience générale invité les fidèles Polonais en pèlerinage national à ne pas «aboyer» les uns sur les autres, et il souligne qu’interrompre son interlocuteur peut être vécu comme une agression. Pour éviter cela, le pape met en avant ses solution : l’écoute, s’expliquer légèrement et ne pas crier. Le dialogue est essentiel d’après le pape dans la vie de tous les jours pour rendre les rapports bons et vertueux dans sa famille, à l'école, et au travail. En ce jour de la Saint-Jean-Paul II, le pape a repris les paroles célèbres de son prédécesseur polonais qualifiant comme un exemple pour les jeunes, les malades et les jeunes mariés : «N’ayez pas peur « ! (…) Ouvrez, ouvrez grand les portes au Christ !»

 

«Que résonne dans vos esprits et dans vos cœurs l'appel de votre grand concitoyen à réveiller en vous la fantaisie de la miséricorde, afin que vous puissiez témoigner de l'amour de Dieu à tous ceux qui en ont besoin», leur a lancé le pape François comme le montre ouest-France.fr, qui a plusieurs fois dénoncé le refus de Varsovie d'accueillir des réfugiés. Les fidèles Polonais doivent donc travailler pour que la miséricorde existe aussi en Pologne même envers les réfugiés.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article