Le prêtre qui a défendu le cardinal Pell en Australie, suspendu après avoir été accusé d'abus en Irlande

Publié le 11 Octobre 2016

Cameron Doody nous apprend dans son article pour periodistadigital.com le 11 octobre 2016 que le père John Walshe qui a défendu en décembre 2015, le cardinal George Pell devant la Commission royale australienne sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels, notamment sur le cas David Risdale en 1993, où l'avocat de la Commission a mis fin au témoignage du père Walshe l’accusant d'avoir des "aspects manufacturés dans sa déclaration pour sauver son bon ami", vient d’être disqualifié pour la célébration des sacrements en Irlande, un pays dans lequel il a fui après avoir fait sauter son cas, suite à son accusation pour abus sexuels.

Fairfax Media a rapporté que l'évêque de Cork et Ross, John Buckley, a rejeté la demande du père Walshe pour travailler dans son diocèse. La raison est que quelques jours après son témoignage, est venu en lumière que Walshe a molesté un séminariste de 18 ans en 1982. John Roach a décidé de parler publiquement des attaques dont il a souffert afin d’éviter que Walshe soit présenté à la Commission royale, comme "un exemple de la vertu." Roach a reçu une compensation de 75 000 $ pour sa souffrance, mais parce qu'il était un adulte, Walshe n'a pas été défroqué.

Pour éviter les problèmes, il alla en Irlande où les prêtres n’auront "aucune plainte, plainte ou accusation" contre lui dans le but de son exercice, conformément aux lignes directrices établies par le Conseil national pour la protection des enfants. Après son refus de rester en Irlande, Walshe vient de rentrer en Australie, où il a l'intention de revenir à son rôle en tant que pasteur de Mentone-Parkdale. Selon Fairfax Media, certains des parents des écoles paroissiales ont demandé aux autorités qu’elles empêchent le travail de Walshe avec leurs enfants.

Cela commence à faire beaucoup pour le cardinal Pell, puisque ses témoins de moralité mentent, et se retrouvent aussi avec des affaires sur le dos. La démission et la nomination de nouveaux clercs permettraient un nettoyage durable des ruine qu’à laissé le cardinal Pell a ses successeurs.

Ce matin à la résidence Sainte Marthe, le pape François a mis en garde contre «une religion de maquillage» réaffirmant que la voie du Seigneur est la voie de l’humilité et de l’abaissement, puisque seule ce deux qualités chassent l’égoïsme, la cupidité, l'arrogance, la vanité, la mondanité. Une option que certains clercs comme le cardinal Pell auraient du mettre en avant en Australie.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article