Les e-mails du staff Clinton ne sont pas anticatholiques

Publié le 18 Octobre 2016

Dans son éditorial du lundi 17 octobre 2016 pour stltoday.com, E.J. Dionne revient sur une poignée de courriels publiés par WikiLeaks concernant la campagne d’Hillary Clinton où les catholiques conservateurs ont vu un nid d'anticatholiques. Heureusement pour elle, les e-mails, qui sont âgés de 4 à 5 ans, racontent une histoire beaucoup plus intéressant sur les luttes à l'intérieur de l'Église catholique dans la période précédant l'ascendant du pape François.

 

Dans un 2012 échange entre John Podesta, le président fondateur du Center for American Progress et maintenant président de la campagne de Clinton, et Sandy Newman, présidente d'un groupe appelé Voices for Progress, cette dernière a exprimé la colère de beaucoup de libéraux à l'époque sur le fait que les évêques catholiques conservateurs ont de l’«Obamacare» sur la contraception leur critique centrale du président Obama. Entre autres choses, Newman (qui ne fait pas partie de la campagne Clinton) a appelé à un «printemps catholique, où les catholiques eux-mêmes exigent la fin d'une dictature médiévale et le début d'un peu de démocratie et du respect de l'égalité des sexes dans l'Église catholique». Bien sûr, beaucoup de catholiques conservateurs ont pris acte de cette citation, en particulier sur la ligne de la «dictature médiévale». Podesta n'a fait aucun commentaire à ce sujet. Il a évoqué la place à des organisations catholiques progressistes formées après l'élection de 2004, lorsque les évêques conservateurs semblaient être du côté de George W. Bush.

 

«Nous avons créé une Alliance catholique pour le bien commun pour organiser un moment comme celui-ci», a déclaré Podesta, se référant à lui-même et ses alliés catholiques progressistes. «Mais je pense que nous n’avons n'a pas la direction de le faire maintenant. De même pour les catholiques Unis. Comme la plupart des mouvements de printemps, je pense que celui-ci devra partir d’en bas  pour aller vers le haut.» Ironie du sort, un «mouvement de printemps» ne se pose dans l'Église vers le bas, mais par le haut, avec l'élection du pape François en 2013. Autre ironie : beaucoup de catholiques conservateurs qui sont enclins à dénoncer le camp Clinton ont critiqué le pape François, ils donnent un nouveau sens au terme «plus catholique que le pape», tandis que les catholiques plus libéraux comme Podesta l'ont défendu.

 

L'autre échange, entre John Halpin et Jennifer Palmieri, les deux étaient au CAP et sont catholiques. Palmieri est maintenant la directrice des communications de Clinton, qui a été stimulée par un rapport disant que Rupert Murdoch et un éditeur du Wall Street Journal avaient décidé d'élever leurs jeunes enfants comme les catholiques. Constatant combien des dirigeants conservateurs sont catholiques, Halpin a écrit : «Il est un abâtardissement incroyable de la foi. Ils doivent être attirés par la pensée systématique et sévères envers les relations de genre et ils doivent être totalement ignorant de la démocratie chrétienne.» Palmieri a répondu : «je suppose qu'ils pensent qu'il est la religion politiquement conservatrice la plus socialement acceptable. Leurs amis riches ne comprendraient pas s'ils deviendraient évangéliques.» Podesta était sur l'échange, mais n'a pas répondu.

 

Cela ne sonne pas anticatholique, à moins de croire qu’appeler l'Église comme «conservatrice» est une insulte. C’est un commentaire sur la façon dont les gens perçoivent les riches évangéliques. Comme le montre cruxnow.com, les catholiques progressistes comprennent précisément ce qui est communiqué dans l'échange. Il est semblable à d'autres conversations familières entre le clergé et les catholiques qui soutiennent par les progrès du pape François, et son insistance sur la justice sociale, sur les enseignements moraux et sexuels controversés.

 

Mgr Charles J. Chaput de Philadephie a suggéré des excuses pour ces e-mails, mais ceux-ci ne sont nullement anticatholiques et critiquent seulement les catholiques conservateurs tout en demandant un «printemps de l’Église», ce qui n’est en rien offensant sauf si Mgr Chaput se reconnaît comme un «hiérarque médiéval». Qui sait ?

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article