Orléans : une veillée inédite pour les victimes de prêtres pédophiles

Publié le 7 Octobre 2016

L’EXPRESS.fr nous montre que l'évêque d'Orléans, Mgr Jacques Blaquart, a invité les fidèles catholiques à participer ce vendredi 7 octobre au soir à une veillée de "réparation" pour les victimes d'abus sexuels dans l'Église. Cette soirée inédite se déroulera dans une église du centre-ville dont l'évêché ne souhaite pas divulguer le nom pour assurer le recueillement pendant la veillée. Celle-ci débutera par un temps de prière et se poursuivra par un temps symbolique de réparation et de demande de pardon.

L'évêché a annoncé que l'évêque dira notamment : "Seigneur, comme responsables de l'Église, nous nous sommes parfois trompés pendant de nombreuses années. Nous n'avons pas toujours fait ce que nous aurions dû faire. Nous te demandons ton aide pour désormais tout faire pour la protection des enfants".

"Nous assistons à une prise de conscience d'une forme de responsabilité du diocèse", a souligné Jean-Pierre Evelin, responsable de la communication de l'évêché. "Les actes pédophiles sont bien évidemment de la responsabilité de leur auteur, mais il y a aussi eu silence et manque de prudence", a-t-il ajouté.

Sensibilisé aux problèmes d'agressions sexuelles dans l'Église, Mgr Blaquart avait été le premier évêque de France à créer, en mars dernier, une cellule d'écoute pour les victimes d'actes pédophiles de la part de prêtres. En plein scandale sur la non dénonciation des abus sexuels dans l'Église à Lyon, il avait également retiré ses derniers ministères à un prêtre du diocèse accusé d'attouchements sexuels.

Un évêque qui se soucie des victimes des prêtres pédophiles est une bonne chose, et espérons qu’il ouvre une voie. Pourtant la prudence demeure, car les affaires ne risquent pas de s’arrêter là.

midilibre.fr nous montre aussi hier qu’à Montpellier depuis avril dernier le diocèse s'engage dans une démarche inédite : monter une cellule d'écoute et d'accompagnement en lien avec des psys de l'hôpital, ces spécialistes du Criavs. Soit un terrain neutre, hors les murs du diocèse et avec les moyens d'une prise en charge clinique. Le dispositif passe d'abord par une écoute téléphonique, se poursuit ensuite par un rendez-vous ou plusieurs avec un binôme de psys. Il peut, si cela est jugé nécessaire, ouvrir sur la prescription d'une thérapie. Et faire l'objet, si les faits sont non prescrits, d'un signalement à la justice. Enfin, ce qui n'est pas la moindre des pertinences de ce dispositif, l'archevêque de Montpellier, Mgr Carré, reçoit lui-même les victimes qui le désirent.

Dommage que pour toutes ces mesures, il a fallu la révélation de cas de prêtres abuseurs de mineurs pour créer de tels organismes. Si seulement l’Église avait écouté les victimes et non les prêtres abuseurs, l’arrêt de tels actes et la prévention auraient permis à l’Église de France de sortir la tête haute.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 11/10/2016 10:22

Tu as vu que l'affaire di Falco et l'affaire Anatrella sont relancées?
J'ai lu ça sur la Parole Libérée hier. Espérons que cette fois-ci, la parole des victimes sera considérée et les deux protagonistes abuseurs punis.

paroissiens-progressistes 11/10/2016 19:21

Françoise,

Tu viens de me l'apprendre, j'espère qu'ils auront justice.

Merci !

Françoise 07/10/2016 23:43

L'Eglise a hélas orchestré le silence depuis près d'un siècle sur la question.
Quand tu penses que dès 1947, le Vatican créé les établissements religieux du Paraclet pour tenter de traiter les prêtres pédophiles, que les traitements sont sans effets et que malgré les injonctions des établissements (ne pas remettre les prêtres pédophiles en circuit mais les livrer à la justice ou les enfermer à vie), le Vatican a continué de les déplacer et de les recaser, affaire après affaire dans des paroisses avec enfants, sans aucune sanction, c'est manifeste que l'Eglise a protégé les violeurs et abuseurs et sacrifié les enfants.
Pour cela, l'institution doit payer au pénal. Pas seulement les prêtres incriminés. C'est une honte d'avoir encouragé ainsi la pédophilie cléricale et d'avoir multiplié le nombre de victimes par protection des pédophiles.

paroissiens-progressistes 09/10/2016 15:45

Françoise,

L'Eglise a payé aux Etat-Unis son silence et sa complicité, j'espère que ce sera la même chose en France.

Merci !