Selon le pape pour mettre fin à la faim nous devons faire face au changement climatique tandis que les Jésuites ont un nouveau supérieur général

Publié le 14 Octobre 2016

Vatican Insider ce vendredi 14 octobre 2016 nous montre que le pape François a écrit que les accords de Paris sur le climat «ne resteront pas de belles paroles» mais qu’ils deviennent des décisions courageuses capables de solidarité, non seulement une vertu, mais aussi un modèle de travail économique, et de fraternité plus qu’une aspiration, mais un critère de gouvernance nationale et internationale, dans son message pour la Journée mondiale de l'alimentation, qui tombe le dimanche 16 octobre, qui est encore aujourd'hui célébrée à la FAO avec diverses initiatives.

 

Le pape rapporte Radio Vatican, lance un nouvel appel à la lutte contre la faim et met l'accent sur la situation d'urgence provoquée dans de nombreuses régions de la planète en raison du changement climatique notamment le fait que les «migrants climatiques sont de plus en plus nombreux» qui viendrait en particulier de la logique de consommation et de production «à tout prix».

 

Le pape demande enfin des niveaux de production qui permettent «d'assurer la nourriture pour tous» et une «distribution équitable». La production de nourriture ne peut pas être «juste une affaire économique». Le pape conclue de la meilleure manière son message en appelant tout le monde, des décideurs aux producteurs et aux travailleurs agricoles de coopérer pour un «changement de cap» qui conduira à un développement qui ne soit pas «choisi par quelques-uns» ou  pour que «les biens de la création» ne soient pas que «le patrimoine des puissants.»

 

NCRonline.org et jesuites.com nous apprennent aujourd’hui que le père jésuite Arturo Sosa Abascal, âgé de 67 ans, un membre de la province vénézuélienne des Jésuites, a été élu premier supérieure général non européenne de la Compagnie de Jésus suite au vote des 212 délégués à l'assemblée générale des Jésuites. Il succède au père Adolfo Nicolas, 80 ans, qui avait demandé sa démission en raison de son âge.

 

Le père Sosa est né à Caracas, le 12 novembre 1948. Il a rejoint les Jésuites en 1966 et a été ordonné prêtre en 1977. Entre 1996 et 2004, Arturo Sosa fut le supérieur provincial des jésuites du Venezuela. Auparavant, il avait été le coordonnateur de l’apostolat social dans ce pays et le directeur du Centro Gumilla, un centre de recherche et d’action sociale des jésuites au Venezuela. Durant cette période, il a fait la plus grande partie de sa recherche et de son enseignement dans le domaine des sciences politiques, dans plusieurs institutions. En 2004, il a été invité par le Centre des études latino-américaines de Georgetown University, aux États-Unis, et a été professeur de la Pensée politique vénézuélienne à l’Université catholique de Táchira.

 

Avant l'élection, il était choisi en 2008 par le père Général Adolfo Nicolás comme Conseiller général, puis en 2014, il s’est joint à la curie de la Compagnie de Jésus, à Rome, comme délégué pour la curie et pour les maisons et les œuvres interprovinciales de la Compagnie de Jésus à Rome. Il a un doctorat en sciences politiques de l'Université centrale du Venezuela. Il est l’auteur de plusieurs publications, principalement sur l’histoire et la politique du Venezuela. Il parle espagnol, italien, anglais et comprend le français, selon un communiqué de presse des jésuites.

 

Mais les délégués ont encore bien du pain sur la planche. Ils devront s’attaquer aux questions sur la mission, le gouvernement et l’état actuel de la Compagnie de Jésus. Les sujet pourraient aller des changements démographiques chez les Jésuites dans les différentes parties du monde, jusqu’à la réponse de ceux-ci aux préoccupations environnementales, à la pauvreté et à la violence dans un monde en rapide changement. Espérons que les résultats déboucheront sur un ensemble prometteur.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise, #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article