Tentative d'incendie contre un centre d'hébergement à Paris : "Il ouvrira bien début novembre", selon la mairie

Publié le 17 Octobre 2016

Franceinfo.fr nous montre que la tentative d'incendie du lundi 17 octobre 2016 ne modifie pas la détermination de la municipalité. Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris en charge du logement et de l'hébergement d'urgence, assure que le centre d'hébergement du 16e arrondissement ouvrira bien "début novembre comme prévu". Pour l'élu PCF de Paris "il n'y a aucun doute sur le caractère criminel" du début d'incendie qui a touché, lundi, un futur centre d'hébergement pour SDF dans le 16e arrondissement de Paris. Les secours ont découvert "du liquide inflammable sur place", indique une source policière à l'AFP. L'emplacement est très contesté par une partie des riverains de ce quartier cossu de l'ouest parisien.

 

"Nous irons jusqu'au bout et rien ni personne ne nous fera reculer dans cette affaire. Le 16e arrondissement est dans la République et en République, la solidarité, ça veut dire quelque chose. Tous les quartiers doivent évidemment contribuer à cette solidarité-là", estime Ian Brossat devant la caméra de France Télévisions, sur les lieux du début d'incendie. Le centre d'hébergement d'urgence de 200 places accueillera une centaine de personnes seules et une trentaine de familles. Femmes victimes de violences, sans domicile fixe du 16e arrondissement... Ces personnes n'y resteront que le temps de se remettre debout et de trouver une situation durable.

 

Le climat d'hostilité a été pour l'élu "savamment entretenu par un certain nombre de responsables politiques". Claude Goasguen, député-maire Les Républicains de l'arrondissement, a pris la tête de la contestation dans ce très chic arrondissement contre le centre d'hébergement ces derniers mois, mais il n'en dénonce pas moins l'incendie. Il déclare condamner "fermement ce type d'acte, quelle qu'en soit la nature. Je souhaite que les coupables soient sanctionnés lourdement."

 

En mars, plus de 40 000 riverains avaient signé une pétition pour dénoncer un "nouveau Sangatte", en référence à l'ancien centre pour migrants de Calais. Au mois de mars, une réunion d'information avait même viré à la foire d'empoigne, certains participants en venant presque aux mains.

 

Cachez ces pauvres que je ne saurais voir est l’impression que nous donnent les égoïstes habitants du 16e arrondissement ne souhaitant pas voir cette misère qui leur donnerait un peu de modestie. Au moins comme le montre Libération.fr, la solidarité ne viendra jamais des quartiers cossus mais des ceux qui sont dits pauvres. Fin septembre, Malik Diallo mobilisait son quartier Codec à Sarcelles (Val-d’Oise) afin de préparer des repas pour les réfugiés à Paris. Pour faire perdurer la chaîne de solidarité, les habitants du quartier se filment et diffusent sur Facebook une vidéo qui a atteint 130 000 vues depuis le 29 septembre. Quelques jours plus tard, d’autres quartiers répondaient à l'appel.

 

L’emballement médiatique dépasse le groupe d’amis: l’Express, BFMTV, i-Télé, les Inrocks, The Independent et un passage au Grand Journal. Sollicités de toute part, Malik Diallo, Jude Azor, Diaby Touré sont à présent soutenus par des commerçants et des associations. Avec la page Facebook le Grand Défi et des publications régulières de Malik Diallo, la belle équipe essaie de garder un cap pour ne pas perdre de vue le challenge: un mix entre le Ice Bucket Challenge et la Neknomination sans alcool.

 

La comptabilité des communes qui prennent le relais et la somme d’initiative affole les compteurs. Après les quartiers Codec, Sablons, Lochères, le défi quitte la ville de Sarcelles. Mamadou Yattabaré a, en effet, nominé un habitant d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et un autre de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise). L’argent ne fait pas tout, le cœur fait beaucoup et la solidarité sera toujours plus active que les mots.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article