Le délit d'entrave numérique à l'IVG, une atteinte aux libertés ?

Publié le 29 Novembre 2016

Libération.fr nous montre ce mardi 29 novembre 2016 qu’une proposition de loi visant à élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse aux sites internet diffusant des informations «biaisées» sur l'avortement doit être débattue jeudi à l'Assemblée. Scandale, pour le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, qui estime que le texte «constituerait, malgré ce qu'affirment ses dépositaires, un précédent grave de limitation de la liberté d'expression sur Internet», qui «ne peut être à plusieurs vitesses suivant les sujets». Il a directement écrit à François Hollande, lui demandant de faire échec à la création de ce délit d'entrave numérique. «Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie», juge-t-il.

 

La réplique ne s’est pas fait attendre comme le montre lci.fr. Des propos auxquels réagit ce mardi 29 novembre Catherine Coutelle, députée de la Vienne, pour LCI : "S’il a écouté les débats, il peut voir qu’il ne s’agit en rien d’une atteinte à la liberté d’expression. C’est plutôt une lutte contre une entrave, actuellement en cours sur des sites au moyen de propos tout à fait inexacts sur l’avortement. L’entrave d’accès à l’IVG, elle existe ! Elle se faisait physiquement auparavant, et elle est à présent passée sur Internet."

 

Divergence de point de vue du côté du prélat, qui ajoute que ces sites "sont les seuls à prendre en charge la véritable détresse existentielle" de certaines femmes. "Il ne doit pas savoir comment ça se passe dans les hôpitaux", lui rétorque Catherine Coutelle. "Quand une femme se présente pour un avortement, elle peut être déjà décidée ou bien conserver des interrogations. Dans le second cas, un psychologue est à sa disposition, car elle a bien le droit de se poser des questions. Quand la patiente est mineure, la consultation avec un psychologue est obligatoire. Ce que Mgr Pontier appelle ‘la détresse’ des femmes est donc d’ores et déjà pris en charge."

 

Pour conclure, elle ajoute : "Que les religions aient un point de vue sur l’avortement, je le conçois. Mais nous sommes dans un État laïc et la loi se fait dans l’hémicycle. On voit bien que les mouvements très réactionnaires sont très à l’œuvre dans toute l’Europe, mais je serai insensible aux lobbys quels qu’ils soient, religieux ou autres. Sincèrement, c’est un peu lourd, 40 ans après le combat de Simone Veil, d’en être encore là." Le texte sera examiné par les députés ce jeudi 1er décembre.

 

Enfin, actu.orange.fr nous signale que les députés LR s'opposeront à la proposition de loi PS sur le délit d'entrave à l'IVG au nom de "la liberté d'expression", a indiqué mardi leur chef de file, Christian Jacob, tandis que son homologue de l'UDI Philippe Vigier a annoncé un soutien "majoritaire". Ce texte, qui provoque une vive opposition dans les milieux catholiques, a déjà nourri un clash entre députés LR et PS la semaine dernière en commission, au détour de l'évocation par un socialiste de la polémique sur l'IVG entre Alain Juppé et François Fillon.

 

En conférence de presse, un porte-parole des députés socialistes, Hugues Fourage, a rappelé que "nous sommes dans un État laïc et nous refusons que la loi soit dictée par des considérations spirituelles, qui doivent rester du domaine du personnel et de l'intime". De plus, a-t-il déclaré à l'adresse du président de la Conférence des évêques de France, "il existe une séparation des pouvoirs". Or "cette proposition de loi émane de notre groupe, elle relève de la responsabilité du Parlement, pas du président de la République", donc "lui écrire ne correspond à rien".

 

"L'IVG est un droit fondamental qui ne peut être remis en cause par des informations biaisées, tronquées ou mensongères", a appuyé M. Fourage, un proche de Manuel Valls. "Des groupes de militants intégristes utilisent aujourd'hui des sites pour désinformer des femmes sur ce qu'autorise la loi et sur ce qu'elle interdit, notamment les délais légaux" pour avorter, a-t-il souligné. "Cela relève du délit d'entrave, qui est déjà réprimé" et "nous ne faisons qu'élargir ce délit au numérique", a précisé le député de Vendée. "Cette mise au point nous semble fondamentale (...) y compris dans le débat politique actuel", a-t-il ajouté.

 

Contrairement à ce que pensent Mgr Georges Pontier et LR, la désinformation n’est pas de la liberté d’expression et plus encore celle des sites de groupes anti-IVG, il est donc normal d’avoir une information plus fiable que de tels sites délivrant le fanatisme religieux le plus bas en faisant peur aux femmes au lieu de les laisser disposer de leur propre corps.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 30/11/2016 10:14

Ce qui est navrant dans le discours de Mgr Pontier, mais qu'on peut retrouver aussi dans le discours de nombreux prélats, y compris F1, c'est qu'il ne connaît rien sur le sujet, mais s'appuie uniquement à répéter comme un perroquet le discours des associations anti-IVG.
Le confronter à la réalité d'une démarche IVG serait lui rendre service pour qu'il puisse comprendre véritablement ce qui se passe à ce moment-là. Je pense qu'il apprendrait énormément de choses, ce qui lui permettrait de comprendre aussi le discours manipulateur et mensonger des anti-IVG. Mais est-ce qu'il se risquerait à une plongée in vivo au Planning, dans un centre IVG pour comprendre ce qui s'y passe et comprendre réellement ce que vivent les femmes? J'ai des doutes.

paroissiens-progressistes 01/12/2016 15:53

Françoise,

J'ai des doutes aussi. Il serait souhaitable que l'Eglise même si elle est contre l'avortement puisse au moins comprendre pourquoi les femmes avortent et même ici j'en doute, car elle voit toujours la femme comme une chose fragile ou une éternelle mineure.

Merci !

gaetan ribault 29/11/2016 20:41

Contrairement à ce que pensent Mgr Georges Pontier et LR, la désinformation n’est pas de la liberté d’expression et plus encore celle des sites de groupes anti-IVG, il est donc normal d’avoir une information plus fiable que de tels sites délivrant le fanatisme religieux le plus bas en faisant peur aux femmes au lieu de les laisser disposer de leur propre corps.
----
Permettez moi de vous contredire : Ma liberté d’expression m’autorise à dire que la Terre est plate et qu'elle repose sur 4 piliers. Or il s'agit d'une désinformation pour ceux qui serait amenés à me croire.
Donc vous allez m'interdire de le dire avec votre Loi scélérate

Cela dit je suis allé voir les sites incriminés et n'y ait trouve aucune désinformation , seulement des informations que le site Gouvernemental passe sous silence

paroissiens-progressistes 01/12/2016 15:45

gaëtan,

Alors l'analogie ici est très mauvaise puisqu'une femme n'a pas de point commun avec la planète la Terre pas plus qu'elle lui ressemble. Vous vous vous réfugiez dans la forme où vous prétendez me mettre et mon temps se porte encore très bien.

Merci !

gaetan ribault 01/12/2016 10:05

Il ne s'agit pas de comparaisons mais d'analogies , une figure de rhétorique fréquemment utilisée en théologie. Évidement plutôt que de me répondre sur le fond , vous vous réfugiez sur la forme.
Pauvre paroissien votre temps est passé

paroissiens-progressistes 29/11/2016 22:22

gaëtan,

Encore une fois vos comparaisons sont des plus douteuses. Ces sites livrent bien de la désinformation, il livrent des "hoaxs" comme on dit chez les Anglo-Saxons. Ce sites parlent de l'IVG pour l'interdire en mentant à dessein sur comment sont pratiqués les IVG dans les hôpitaux. Cela ne m'étonne pas que de tels sites ne semblent pas vous gêner. Mais dire que des mensonges sont des vérités, là c'est plus grave.

Merci !