Le pape François dénonce le cercle vicieux des inégalités

Publié le 11 Novembre 2016

Radio Vatican nous montre dans un entretien au quotidien Italien «La Repubblica», accordé le 7 novembre 2016 et publié vendredi 11, le pape François intervient sur les préoccupations qui pourraient découler de l’action de Donald Trump. Le pape ne porte pas de jugement et insiste sur la nécessité de réduire les inégalités : «Je ne porte pas de jugement sur les personnes ou les hommes politiques dit le pape François, je veux uniquement comprendre quelles sont les souffrances que leur façon d’agir cause aux pauvres et aux exclus».

 

Des propos semblables à ceux prononcés par le Secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin au lendemain de l’élection de Donald Trump : «nous attendons de voir quels seront ses choix», avait-il dit. Des choix à mettre en lien avec un argument clé de la  campagne de Donald Trump : «La question des réfugiés et des immigrés» est celle qui intéresse au plus haut point le pape, et il s’en explique dans les colonnes du quotidien.

 

Le problème fondamental que dénonce le pape est celui des inégalités qui poussent des milliers de personnes à quitter leur terre d’origine, et rencontrent dans leur périple «des populations qui craignent pour leur emploi et leur salaire». Et puis «Il y aussi les pauvres des pays riches qui ont peur de l’accueil des pauvres qui arrivent des pays pauvres».

 

«C’est un cercle vicieux, nous devons abattre les murs de la division, et construire des ponts qui permettent d’atténuer les inégalités et d’accroître les libertés et les droits», explique le Souverain Pontife. En conclusion, le pape François en appelle à une politique qui sache s’éloigner des égoïsmes et de la démagogie, au profit d’une politique  «haute, créative et des grandes visions».

 

Le pape François a donc oublié qu’il avait estimé que Donald Trump porteur du projet de bâtir un mur à la frontière mexicaine «n’est pas chrétien», cela s’explique par le fait que 52 % des catholiques ont choisi ce dernier. Pourtant, tout le monde sait que la préférence du pape allait vers Bernie Sanders, candidat malheureux à l’investiture démocrate, maintenant le pape doit attendre et voir ce que donnera la présidence Trump.

 

Mais le pape sait voir ce qui a pu conduire au vote Trump : la question des réfugiés et des immigrés pour des populations pauvres qui craignent pour leur emploi et leurs salaires qui finalement peur des pauvres d’autres pays, qui au lieu de trouver des solutions raisonnables se laisse aller à choisir des démagogues les poussant à l’égoïsme. Le retour au passé comme une bouée de sauvetage est illusoire, une véritable vision d’avenir est ce qui mettra fin aux inégalités et non le choix des extrêmes.

 

cath.ch nous montre que tous n’ont pas cet optimisme béat à propos de Donald Trump. Présent lors du 5e Congrès National de Caritas Brésil qui a débuté le 9 novembre 2016, Michel Roy, secrétaire général de Caritas Internationalis, a évoqué l’élection de Donald Trump. Et la nécessité pour les églises et les religions de “ré-humaniser et ré-inspirer de monde”.

 

“Ce qui est arrivé aux États-Unis [la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles] et ce qui est arrivé dans d’autres pays est la conséquence directe d’un modèle de développement économique qui marginalise la grande majorité des individus et bénéficie à peu”, a déclaré Michel Roy lors de la journée d’ouverture du 5e Congrès National de Caritas Brésil, au Sanctuaire Notre Dame d’Aparecida, près de Sao Paulo, lors d’un débat sur le thème “Caritas : 60 ans de solidarité”.

 

Pour le secrétaire général de Caritas Internationalis, il est donc nécessaire de “trouver les chemins pour rénover l’esprit missionnaire et affronter les défis d’une époque de changements profonds”. Si Michel Roy estime que Caritas ne peut pas faire cela toute seule, il a néanmoins rappelé que les premiers pas – “les plus importants” – sont l’unité d’action et la synergie avec les autres églises et religions. “Nous avons le rôle primordial de ré-humaniser et ré-inspirer le monde”, a-t-il souligné.

 

L’OBS nous montre que l’unité aux États-Unis n’est pas de mise. L'élection mardi de Donald Trump, 70 ans, a du mal à passer pour une bonne partie de l'Amérique, notamment chez les jeunes. Des milliers de personnes, dont des étudiants, ont à nouveau manifesté jeudi dans plusieurs villes à travers les Etats-Unis. "Je n'ai pas élu la haine à la présidence", pouvait-on lire sur des pancartes brandies à Baltimore, près de Washington. "Pas mon président!", scandaient quelque 300 personnes.

 

Sur la côte ouest, traditionnellement démocrate, plusieurs centaines d'étudiants ont aussi manifesté à San Francisco et Los Angeles ou certains brandissaient des panneaux affirmant "L'amour écrase la haine". Des rassemblements ont aussi été signalés à New York, Chicago (nord), Denver (centre-ouest) ou Dallas (sud). Donald Trump a dénoncé sur Twitter des "manifestants professionnels poussés par les médias". Non, ce sont des personnes qui sont inquiètent de l’élection de Trump à la présidence du fait de ses vues sexistes et xénophobes.

 

Mais la politique n’intéresse pas le pape, lui il préfère les actes. Le pape François a donc demandé le pardon des personnes sans-abri pour tous les chrétiens qui se détournent des pauvres durant le jubilé des sans-abris comme le montre AP, il se tenait silencieusement avec sa tête baissée et il a laissé plusieurs personnes sans abris placer leurs mains sur ses épaules ou toucher sa soutane. Quelques 4000 personnes de 22 pays qui sont soit maintenant sans abris ou qui ont passé des années à vivre dans les rues ont remplies l'auditorium dans l'un des mouvements finaux du pape dans l'Année Sainte de l'église catholique de la Miséricorde.

 

«Je demande pardon», a dit le pape, au nom des chrétiens qui, «face à une personne pauvre ou une situation de pauvreté, voient de l’autre côté.» Après une qu’une partie des sans-abris a raconté leur vie difficile, le pape François a fait l'éloge des pauvres pour un retour rapide à leur dignité.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article