Le pape nous invite à la «sobriété» et à «ne pas se laisser dominer par les réalités temporelles

Publié le 27 Novembre 2016

José Manuel Vidal nous montre ce dimanche 27 novembre dans periodistadigital.com que durant le premier Angélus après la clôture du Jubilé de la miséricorde, le pape François durant sa catéchèse a abordé la troisième venue du Christ et la saison de l'Avent, comme «un moment d'espoir.» Et pour vivre pleinement celui-ci, il invite à la «sobriété» et souhaite que «ne nous laissions pas dominés par les réalités temporelles». Pendant les salutations, le pape a rappelé que le Nicaragua et le Costa Rica ont été frappés par l'ouragan Otto, et que les gens du Nord de l'Italie, ont été victime d’une inondation.

 

José Antonio Pagola dans son blog Buenas Noticias résume le mieux l’Avent dans son article du samedi 22 octobre car comme il le signale : «Nous devons nous réveiller et ouvrir nos yeux. Vivre vigilant à regarder au-delà de nos intérêts et des préoccupations étroites. L'espoir du chrétien n’est pas une attitude aveugle, il ne faut pas oublier ceux qui souffrent. La spiritualité chrétienne est non seulement un regard vers l'intérieur, parce que le cœur est attentif à ceux qui vivent abandonnés à leur sort.

 

Dans les communautés chrétiennes, nous devons prendre soin de plus en plus de notre façon de vivre pour que l'espoir ne conduise pas à l'indifférence et à la négligence envers les pauvres. Nous ne pouvons pas nous isoler dans la religion pour ne pas entendre les cris de ceux qui meurent de faim tous les jours. Il ne nous est pas permis de nourrir notre illusion d'innocence pour défendre notre tranquillité.»

 

Il conclue en nous montrant que «Probablement le peu de sensibilité à l'immense souffrance dans le monde est l'un des symptômes les plus graves du vieillissement du christianisme d'aujourd'hui. Lorsque François appelle à «une Eglise pauvre pour les pauvres», ne crie-t-il pas le message le plus important et le plus interpellant pour les chrétiens de tous les pays les plus importants et un message interpolant pour les chrétiens de tous les pays qu’est celui du bien-être.»

 

Donc, nous ne pouvons pas en cette période de l’Avent fermer les yeux à la grande majorité des personnes qui souffrent dans notre monde et nous devons donc nous tourner vers elles.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article