Le Secours catholique interpelle les candidats à la présidentielle

Publié le 17 Novembre 2016

«On veut interpeller les candidats à la présidentielle pour remettre la question de la solidarité au cœur des priorités. La pauvreté ne recule pas depuis dix ans et on voit que ce n'est pas une question prioritaire dans les débats», alerte aujourd'hui le Secours catholique comme le montre Libération.fr ce jeudi 17 novembre 2016. «On entend trop facilement que les migrants ont davantage de droits ou de revenus que la population française, or on constate le contraire», remarque Bernard Thibaud, secrétaire général de l'association.

 

Le Secours catholique remet aujourd'hui une lettre aux candidats à la primaire de la droite, juste avant leur dernier débat avant le premier tour, pour leur demander «de mettre la lutte contre la pauvreté et contre le chômage de longue durée au cœur de (leur) projet de société.» «Nous attendons du futur président qu'il fasse l'unité nationale et combatte la pauvreté et la stigmatisation des plus pauvres», est-il écrit.

 

On peut douter que la lutte contre le chômage et la pauvreté soit le premier soucis de cette primaire à droite qui nous livre le petit libéral illustré. RTL.fr montre que tous les candidats proposent de repousser l’âge de départ à la retraite à 64 ou 65 ans, de sabrer dans la fonction publique : au moins 250 000 suppressions de postes pour Alain Juppé, 1 million sur 10 ans pour Bruno Le Maire ou encore regrouper et plafonner les prestations sociales. Les six candidats misent sans surprise sur une plus grande flexibilité du marché du travail. Exit donc les 35 heures, facilitation des licenciements, plafonnement indemnités et assouplissement des contrats de travail. Des mesures dans l’ensemble très favorables aux entreprises. Des mesures créant en gros de l’emploi précaire et plus de chômage.

 

Pour éviter cela Benoît Hamon a sans doute trouvé la solution. Libération.fr nous montre qu’interrogé sur la défiance des Français envers les partis et représentants politiques, Benoît Hamon s’est dit convaincu que «ce n’est pas parce qu’ils n’aiment pas la politique qu’ils n’aiment pas la démocratie». Pour redonner confiance aux électeurs, le candidat à la primaire socialiste a donc avancé deux propositions ce jeudi : une reconnaissance du vote blanc et la mise en place d’un «véritable 49-3 citoyen». Ainsi, le peuple sera vraiment pris en compte et ne se verra plus imposer des réformes au profit de la finance.

 

Heureusement, l’État va bien aider les chômeurs et les pauvres puisque Bercy va contrôler la situation fiscale de 560 contribuables français, sur la base des révélations des «Panama papers», a appris Le Monde, mercredi 16 novembre. L’information est jusqu’ici restée confidentielle, alors que plusieurs pays étrangers ont fait connaître leurs intentions, tels le Danemark (600 contrôles envisagés) et l’Islande (108 enquêtes lancées).

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article