Les espoirs conservateurs enterrés sur une «réforme de la réforme» de la liturgie

Publié le 14 Novembre 2016

Cameron Doody nous montre dans son article pour periodistadigital.com du dimanche 13 novembre 2016 que le rêve d'une «réforme de la réforme» de la liturgie est terminé. Voilà ce qui ressort du retrait imprévu du cardinal Robert Sarah d'une conférence internationale en Allemagne sur le motu proprio Summorum Pontificium.

 

Dans un communiqué publié sur le site Internet de la Conférence Liturgique Internationale de Cologne, le père Guido Rodheudt, organisateur de l événement, a déclaré que Mgr Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin «a malheureusement dû annuler sa» participation à la 18e édition de la réunion, prévue pour Mars 2017. Dans ce communiqué de presse, le prêtre a laissé entendre que l'absence du cardinal Sarah vient des critiques qu'il a reçu depuis qu'il a demandé en juillet aux prêtres de célébrer la messe dos aux fidèles. Une telle une «suggestion» ne pouvait que lui retirer la confiance du pape François, et le fait que le cardinal Sarah a dit en octobre dans un livre que la  liturgie vernaculaire de Vatican II est «profane et superficielle».

 

Dans une interview publiée lundi dans le site catholique autrichien kath.net, le père Rodheudt puisé dans les motifs du retrait inattendu du cardinal Sarah de l’événement, du fait que le cardinal avait confirmé sa présence à trois reprises depuis novembre l'année dernière. «Le Cardinal Sarah nous a informés qu’il avait un certain nombre d'engagements comme préfet de la Congrégation pour le Culte Divin le forcent à se retirer durant cette année», a déclaré le père Rodheudt. Quant à la possibilité que l'un de ces «engagements» annulé peut avoir été une instruction directe du pape pour qu’il n’assiste pas au congrès, le père Rodheudt a déclaré que «nous n’en savons rien», mais il a admis que le message cohérent transmis par le pape François est que la «réforme de la réforme n’est pas nécessaire».

 

Le cardinal Sarah est maintenant isolé dans la Congrégation pour le Culte Divin après le récent licenciement de la frange la plus conservatrice de ses membres. À cette occasion, la pape François a nommé 27 nouveaux membres de la Congrégation et remplacé, à son tour, les cardinaux les plus favorables à la cause de la messe en latin, comme Raymond Burke, George Pell ou Angelo Scola. Il a nommé à la Congrégation, des hommes engagés à l’ouverture théologique et la liturgique des prélats aux réalités du monde moderne, tels que Piero Marini (maître de cérémonie sous Jean-Paul II), Domenico Sorrentino (Archevêque d'Assise) ou John Dew (Cardinal archevêque de Wellington, Nouvelle-Zélande).

 

Avec tous ces mouvements, le pape montre des signes clairs que la vision de la messe du cardinal Sarah n’est pas la sienne puisqu’elle s’oppose à sa pastorale de la miséricorde. Après tout pour le pape, la liturgie doit aussi livrer des messages comme le montre la-Croix.com ce lundi 14 novembre, puisque du 10 au 13 novembre à Rome, le pèlerinage de 4000 personnes précaires rassemblées par l’association Fratello à l’invitation du pape, lui a permis de rappeler que «les pauvres sont le trésor de l’Église». Tandis que le vendredi 11 et le dimanche 13 novembre, le pape François leur a demandé pardon pour les chrétiens qui se détournent d’eux et les a exhortés à «rêver que le monde puisse changer».

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Liturgie

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 15/11/2016 08:43

Si c'est sur instruction du Pape que le cardinal Sarah a annulé sa venue , on peut dire " Encore une bêtise de ce pape " L'approche du Cardinal est une approche de Foi , celle du Pape est pastorale mais on ne fera pas revenir les brebis avec les hochets issus de Vatican II,

paroissiens-progressistes 15/11/2016 12:57

gaëtan,

Son approche est contradictoire avec la ligne choisie par le pape François, il est normal que ce dernier lui donne un peu de modestie. Il se permettait de faire des choses sans mettre au courant le pape, les cardinaux et les évêques. Alors qu'en matière de liturgie, ils doivent aussi être consulté. Mgr Sarah a un sérieux problème avec la collégialité qu'il ne semble pas comprendre. Les brebis perdues ne reviendront pas avec une Eglise qui ne sait voir qu'en arrière.

Merci !