Attaque au camion à Berlin : la chasse à l'homme continue

Publié le 21 Décembre 2016

Dans son direct francetvinfo.fr nous fait savoir ce mercredi 21 décembre 2016 que la chasse à l'homme se poursuit en Allemagne pour retrouver l'auteur de l'attaque au camion-bélier sur un marché de Noël à Berlin, revendiquée par le groupe État islamique. Outre les 12 morts, 48 personnes ont été blessées, dont 24 restaient hospitalisées mardi soir. Sur ce total, quatorze sont toujours entre la vie et la mort, a dit dans la soirée le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, selon lequel d'autres décès "ne sont pas à exclure". Le demandeur d'asile pakistanais, un temps soupçonné d'être le conducteur du poids lourd, a été remis en liberté. Du coup, le véritable auteur de l'attentat est en toujours fuite. "Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature", a reconnu le chef de la police berlinoise, Klaus Kandt.

 

Mais cela n’a pas empêché l’extrême droite européenne d’accuser la politique migratoire d’Angela Merkel, sans la moindre mesure. Comme nous le montre L’OBS le mardi 20 décembre 2016 dans son article «Attaque de Berlin : Angela Merkel, cible des extrêmes droites européennes», qu’alors que la police a libéré le réfugié pakistanais de 23 ans, qu'elle avait suspecté d'être le chauffeur du camion qui a foncé sur la foule lundi 19 décembre au soir dans un marché de Noël de Berlin, l'extrême droite allemande et ses cousines européennes n'ont pas attendu. Elles ont déjà trouvé leur coupable. Il s'agit de la chancelière Angela Merkel, avec sa politique d'accueil.

 

La vérité n’est pas le souci de l’extrême droite, son seul but est d’arriver au pouvoir et elle n’est pas à un mensonge près pour y arriver. La peur et créer la peur n’apportent rien de bon. Il faut continuer à vivre, et résister en sortant à nouveau en montrant que nous n’avons pas peur. Nous ne devons pas juger selon une vision binaire ce qui se passe mais élever le niveau et ouvrir son esprit à d’autres solutions que celles sécuritaires qui ne règlent pas la situation à long terme. Ce serait une victoire pour Daech si nous fermions nos sociétés, nous lui offriront une belle récompense. La victoire de l’extrême droite en Europe sera aussi le plus beau cadeau qu’on pourrait lui faire.

 

L’Allemagne peut aussi nous montrer la solution pour garder la démocratie tout en ayant une sécurité raisonnable. la-Croix.com dans son article «Sécurité : la police plus discrète en Allemagne qu’en France» de ce mercredi qu’après l’attentat qui a fait douze morts sur un marché de Noël à Berlin lundi 19 décembre, la police a décidé de déployer des barrières métalliques et une présence renforcée de policiers armés. Des mesures déjà visibles sur la place de Gendarmenmarkt, avec fouille des sacs à l’entrée et patrouilles dans chaque allée.

 

Héritage de l’histoire, les forces de sécurité allemandes ne patrouillent pas de façon aussi visible qu’en France, mais travaillent avec la confiance de la population. Le port de l’uniforme ou les contrôles aléatoires d’identité ou de sacs qui se révèlent souvent inefficaces. En Allemagne, on a formé une police de protection, basée sur la référence systématique au droit. Elle est très bien acceptée par la population qui lui fait confiance, notamment parce qu’elle est décentralisée et proche des citoyens.

 

Les militaires ne sont d’ailleurs pas déployés à l’intérieur des frontières. L’idée de soldats patrouillant dans les villes rappellerait de fâcheux souvenirs aux Allemands et l’armée n’intervient qu’en protection, par exemple lors de catastrophes naturelles. Les services de renseignements allemands sont beaucoup plus ouverts, démocratiques, ils participent aux débats publics, ils n’ont pas la culture du secret comme en France, même s’ils ont, comme tout service opérationnel, leur face cachée. Enfin la société civile allemande est plus puissante et mieux organisée qu’en France. Elle lutterait contre un renforcement de la sécurité s’il devait induire une restriction des libertés.

 

Le chef de la police judiciaire allemande Holger Münch, a donné une excellente réponse à ceux qui croient qu'une sécurité totale puisse arrêter des attentats sur le Direct de lci.fr. "Il y aura toujours un risque", a-t-il prévenu. "Si nous sécurisons tout, contrôlons toutes les entrées des espaces publics, cela ne correspondra plus à la culture d'ouverture qui est la nôtre", a aussi jugé le maire de Berlin, Michael Müller.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article