Entre des cardinaux rebelles et un appel contre l’extrême droite : l’Église réagit-elle enfin ?

Publié le 3 Décembre 2016

Kath.net dans on article du vendredi 2 décembre nous montre que le doyen de la Rote romaine a attaqué le cardinal Joachim Meisner et conclut qu'il avait placé la lettre à "l'ombre de l’histoire". Un Support pour le silence du pape est venu du cardinal Napier.

 

Mgr Pio Vito Pinto, le doyen de la cour ecclésiastique de la "Rote romaine", qui a provoqué cette semaine une grande excitation à Rome, continue sur sa trajectoire de collision avec les cardinaux qui posent des questions sur la lettre papale "Amoris laetitia". Dans une interview avec ABC, Mgr Pinto fulmine à propos de l'ex-cardinal de Cologne Joachim Meisner et conclut qu'il avait placé la lettre à «l'ombre de l’histoire». «Le fait qu'il en vienne là, je ne m'y attendais», a déclaré le doyen, qui signale alors que Benoît XVI et le pape François sur la «question du mariage sont dans l'analyse et les conclusions» totalement d' accord. L’ouvrage du pape émérite confirme ses dires.

 

Un support pour le silence du pape François s’est signalé sur Twitter et c’est le cardinal Wilfrid Napier d'Afrique du Sud. Mgr Napier, qui est considéré comme un ardent défenseur de l'enseignement de l'Église sur le mariage et la famille, a rappelé que même Jésus a gardé le silence de temps à autre. Dans une discussion animée sur Twitter Napier, a également demandé si le pape François avec ses déclarations aux évêques argentins n’a pas donné des signes évidents qu'il était pour l’administration de l’eucharistie pour les divorcés remariés, pour Napier il n’y avait pas de réponse. Le cardinal Napier soutien le pape, mais défend mal sa position en étant trop vague.

 

Nous voyons encore que sur Kath.net dans son article du vendredi 2 décembre 2016 que le pape est in incorrigible opposant au pape. Le pape François avait appelé dans une interview avec le père Antonio Spadaro, directeur de la revue jésuite Civiltà Cattolica la forme extraordinaire du rite romain de la messe comme une ‘exception’, puisqu’elle est vu par le pape comme un arrangement ‘généreux’ à ces fidèles, mais pour le cardinal Burke dans une interview avec le site italien La Fede Quotidiana, les deux formes du rite sont de rang égal selon "Summorum Pontificum", maintient le cardinal Burke, puisque pour lui la forme extraordinaire du rite est a forme ordinaire passée. Pour lui, cette forme ne peut être abandonnée car selon lui le rite ancien est "l'exposition de l'Église pour tous les temps". Peut-être que Mgr Burke, ne comprend pas le mot ‘extraordinaire’ ?

 

Enfin Radio Vatican a aussi montré hier que le cardinal Christoph Schönborn de Vienne a mis en garde contre le «virus de la polarisation» deux jours avant l’élection présidentielle en Autriche. Ce virus suit une seule logique : le système ami-ennemi que Schönborn a critiqué vendredi dans un article pour le journal gratuit, ‘Today’. C’est la manière d’augmenter la haine et la violence pour empêcher une réelle compréhension et de pourrir la volonté de rencontre.

 

Ce spectacle tendancieux est actuellement mis en avant dans le monde et a été introduit pour la présidence en Autriche au cours de la campagne pendant près d'un an. Dans ces tranchées profondes se sont créées, des "images de l'ennemi qui ont été construites", pour être respectivement mauvaises. Le pape a récemment décrit cela comme une croissance mondiale des contraires.

 

La montée de l’extrême droite est inquiétante, comme si les nations européennes n’ont pas de mémoire. Le seul moyen est de faire retrouver aux peuples européens le sens de la démocratie et de la politique, mais aussi aux hommes politiques une vision politique parlant aux classes populaires et aux marginaux de la société dans un grand projet de société qui sera autre chose que le racisme et les préjugés mais qui répondra aux attentes des populations européennes.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise, #Actualités

Repost 0
Commenter cet article