«Le blues des catholiques de gauche : "On a laissé la boutique aux réacs"»

Publié le 15 Décembre 2016

Raphaël et Alexandre Casimiro. (Eric Flogny pour "l'Obs")

Raphaël et Alexandre Casimiro. (Eric Flogny pour "l'Obs")

J’ai pu voir aujourd’hui l’article d’Arnaud Gonzague intitulé  «Le blues des catholiques de gauche : "On a laissé la boutique aux réacs"» qui est publié en édition abonnés sur le site de L’OBS (j’espère qu’il sera gratuit plus tard ou vous le trouverez dans le magazine), ce jeudi 15 décembre 2016 qui montre que les catholiques de gauche ont du mal à se faire entendre. Nous avons participé à cet article.

 

Tout d’abord on voit le témoignage de Sylvie, qui vote à gauche, d’une petite paroisse petite paroisse d’Eure-et-Loir qui a vu arriver des prêtres très démonstratifs dans leur piété, et allant à une conférence débat organisé par ceux-ci elle où ils promettaient l’enfer aux non-catholique, ce qui l’a amené dans une autre paroisse où les cieux sont plus clément. Puis, on voit le témoignage de Patrick, 49 ans, gay et de gauche choqué par l’hostilité des paroissiens de son église de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) et a beaucoup souffert des manifestations anti-gay de la Manif pour tous.

 

Ensuite Vincent Soulage, ancien conseillé municipal socialiste à Nanterre (Hauts-de-Seine) et animateur du site Chretiensdegauche.com, explique que les catholiques ne se sont pas droitisés. Mais on n’entend pas les catholiques de gauche, et Christian Terras, directeur de "Golias", livre une belle explication : on a laissé la place aux réacs, dans les instances de l’Église et dans l’animation paroissiale. Vincent Soulage donne aussi une autre explication : on ne se centre plus sur les questions sociales, mais sur les questions morales qui favorise la partie conservatrice de l’Église.

 

Ensuite vient la partie où nous sommes interrogés : «"Ce n’est pas facile de défendre au sein de l’Église le mariage et la parentalité homosexuels, confirme Alexandre Casimiro, 38 ans, mais il faut le faire." Avec son frère jumeau Raphaël, sympathisant socialiste comme lui, ils prennent souvent la parole dans leur paroisse cossue de Hem (Nord) pour faire résonner la voix de la modernité. "On est obligés de rappeler que non, les enfants élevés par des parents homosexuels ne deviennent pas des délinquants. C’est ce qu’on disait jadis des enfants de divorcés !"

 

Les deux profs d’histoire-géo, qui sont également responsables de la quête à l’église de Hem, ont même créé un blog pour exprimer leurs vues. Raphaël sourit : "De braves gens de la paroisse sont allés nous dénoncer au curé pour ce forfait. Lui, a trouvé ça bien qu’on fasse vivre le débat. Ce que nous disons est pourtant simple : aujourd’hui, Jésus défendrait les homosexuels !"»

 

Enfin, comme le montre Vincent Soulage, il n’est pas facile d’être catholique de gauche, et même de l’affirmer. Ceux qui travaillent dans des ONG chrétiennes et chez les scouts ont peurs d’être la cible de la catosphère réac. La position des évêques de France en 2012 sur le mariage gay ne les aide pas non plus. Marc Stenger, évêque de Troyes, aux positions progressistes, explique que les catholiques progressistes agissent mais sans proclamer leurs valeurs. Pour faire face à cela comme le conclue Arnaud Gonzague, il va falloir que les catholiques de gauche fassent du bruit pour ne plus laisser les médias aux catholiques «identitaires».

 

Arnaud Gonzague n’a pas tort, c’est le moment pour les catholiques de gauche notamment pendant cette période électorale et pourquoi pas dès la Primaire citoyenne voulue par le Parti Socialiste pour enfin amener le débat sur ce qui est plus important en ce moment de crise économique, le social et la mise en place d’un système économique solidaire de son prochain, plutôt que de parler des sujets moraux (le mariage pour tous est civil et ne concerne pas l’Église) qui eux servent de diversions pour masquer la perte des droits des travailleurs et des chômeurs.

 

Merci ! 

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

Robespierre II 12/01/2017 22:23

Merci les frérots pour votre vision fraîche, érudite, courageuse et authentique du christianisme. Vous êtes en 1ère ligne contre les réacs qui opèrent un hold-up sur l'Église et l'ont décrédibilisée depuis bien longtemps auprès des masses populaires. Réconcilier ouverture populaire et Sens chrétien (ou même judéo-islamo-chrétien), c'est un courageux défi à relever, et salutaire.

L'indépendant 20/12/2016 01:01

Certains commentaires prêtent à sourire... En effet, Jésus auraient pu défendre un homosexuel (comme d'une certaine façon la femme adultère). Pour autant, cela n'aurait pas voulu dire qu'il approuvait cette tendance sexuelle. Si ici pour certains Dieu et Jésus ne sont (ou n'étaient), pas de droite, ils ne sont sûrement pas de gauche non plus. Je suis scandalisé par le fait de trouver normal qu'un chrétien puisse être en accord avec l'idéologie communiste. C'est oublier que celle-ci, contrairement au christianisme, méprisait la dignité humaine et les libertés essentielles. Le christianisme, n'a jamais condamné la propriété privée; il a condamné le mauvais usage que l'on peut de celle-ci, nuance... A cet égard, vous devriez vous inspirer des Encycliques "Rerum Novarum" de Leon XIII et "Centesimus Annus" de Jean-Paul II. J'estime qu' un chrétien en politique, devrait s'inspirer de ces écrits LA, et non de ceux de Karl Marx par exemple...

paroissiens-progressistes 20/12/2016 09:25

L'indépendant,

Karl Marx est le fruit d'une époque comme Jésus, les idées politiques sont ce qu'elles sont et un chrétien peut un avoir un avis politique sans pour autant être entièrement favorable à certaines idées. Le communisme est déjà un détournement du marxisme, pourtant des communistes étaient croyants. La croyance et les idées politiques sont deux choses différentes. Donc vous ne pouvez pas juger un chrétien pour ces appartenances politiques. Nos idées politiques ne sont pas celles de Karl Marx et Lénine, il y a eu des Français qui faisaient de la gauche bien avant eux, vous savez Ledru-Rollin, Louis Blanc, Victor Considérant, l'espagnol Pablo Iglesias (qui n'a rien à voir avec celui de Podemos), ou Jean-Jaurès (qui n'avait rien contre la religion).

Merci !

Pat 19/12/2016 00:56

Paroissien progressistes,

Pourriez vous me définir ce qu'est un catholique de gauche et par opposition ce qu'est un catholique de droite ?

paroissiens-progressistes 20/12/2016 16:04

L'indépendant,

Je ne vois pas en quoi la doctrine sociale s'oppose aux idées de la gauche. Populorum progressio de Paul VI, Laborem exercens, Sollicitudo rei socialis , et Centesimus annus de Jean-Paul II, Caritas in Veritate et Laudato Si' ont été salué par la gauche. Le social n'est pas seulement chrétien, il a besoin aussi des politiques et dans ces encycliques ont demande aussi aux hommes politiques de jouer leur rôle dans ce domaine.

Merci !

L'indépendant 20/12/2016 13:32

@ Paroissiens progressistes. Vous écrivez " Le communisme est déjà un détournement du marxisme, pourtant des communistes étaient croyants.". Hum... Le communisme n'était, dans les pays ou il fut appliqué, que la mise en oeuvre de l'idée marxiste (suppression de la propriété, dictaure du prolétariat, lutte contre les libertés religieuses). Vous me citez Louis Blanc, Ledru-Rollin, mais j'estime qu'en tant que chrétien, vous devriez plutôt vous inspirer de l'abbé Grégoire, de l'abbé Lemire, de Jacques Piou car EUX étaient plus proches de la doctrine sociale-chrétienne. Ce que je vous reproche, voyez-vous, c'est d'être favorables à certaines idées de gauche et non pas vraiment à la doctrine sociale-chrétienne. Cordialement.

Pat 19/12/2016 13:47

paroissiens-progressistes,

Heureusement que vous avez bien précisé que ces catégorie sont franco française .Et qu'ils se limitent aux catholiques français. Mais revenons à vos compatriote ? Ou situez vous une communauté comme celle de l'Emmanuelle .Qui je vous rappelle est très actif par la laïcat dans le social et conservateur dans les valeurs (un peu comme l'est le Pape François ou le st JPII) .

paroissiens-progressistes 19/12/2016 10:03

Pat,

Vous venez ici et vous ne le savez pas encore. Les cathos de gauche et les cathos de droites votent soit à gauche soit à droite en fonction de leurs convictions politiques, rien de plus. Mais dans les cathos de droite se trouvent aussi des progressistes que l'on retrouve chez les électeurs LR autour de Juppé, dans l'UDI et le Modem, et on a les catholiques réactionnaires de droite (Fillon, Poisson, Boutin, Wauquiez) que l'ont voit dans la droite dure et dans l'extrême droite (Marion Maréchal Lepen). Ils se centrent avant tout sur des valeurs traditionnelles et un libéralisme économique important, même si d'autres mettent en avant le catholicisme social.

Les cathos de gauche se portent sur les thèmes sociaux, la protection des minorités et une lecture des évangiles plus ouverte. Ils peuvent être socialistes, communistes, syndicalistes, d'associations et bien d'autres. En leur sein se trouve des modérés et des ultras, tout comme à droite

Entre eux, se trouvent ceux du centre, plus modérés et mettant en avant idées sociales et une libéralisation économique limité contrôlée par l'Etat. L'OBS a limité ses articles sur une opposition entre cathos de gauche et cathos de droite.

Merci !

gaetan ribault 16/12/2016 22:48

aujourd’hui, Jésus défendrait les homosexuels !"»
-----------
Ce pauvre Jésus , lui en fait -on dire des choses !! Enfin vous pouvez rêver

paroissiens-progressistes 19/12/2016 17:41

Pat,

Non, j'ai fait de l'histoire, et elle me montre qu'elle a existé avec l'hétérosexualité depuis longtemps. On ne peut donc pas la traiter de dysfonctionnelle, c'est une vision chrétienne et homophobe, pas une vision scientifique. Guider mon interprétation sur 3 ou 4 passages bibliques anciens serait peu pertinent pour parler de sexualité de façon correcte.

Merci !

Pat 19/12/2016 13:49

Paroissien progressiste ,

Vous ne croyez pas que leur sexualité est dysfonctionnelle ?

paroissiens-progressistes 19/12/2016 09:50

Pat,

L'Eglise les protège-t-elle en disant que leur sexualité est dysfonctionnelle, il serait mieux qu'elle trouve un autre mot. La Manif pour tous s'est limité ensuite à l'homoparentalité, car elle avait perdu sur le mariage gay. Et même là, elle risque de perdre, car les couples gays veulent baptiser leurs enfants, et il est de plus en plus difficile de mettre en avant un refus. On ne peut punir les enfants pour leurs parents.
Le péché est un mot trop souvent utilisé dans l'Eglise pour fermer la porte à ceux que l'on pense différents. D'ailleurs le mariage gay et l'homoparentalité n'ont rien à voir avec leur sexualité, mais avec l'amour. Fermer la porte est alors une sécheresse d'amour.

Merci !

Pat 19/12/2016 01:11

Paroissien progressistes,

"Jésus aurait pu les protéger sans être d'accord avec leur sexualité. "
Le CEC et le magistère de l'Eglise depuis au moins JPII à François en passant par BXVI ne dit pas autre chose que ça.
La Manif pour tous va même plus loin car là l'Eglise où condamne les actes homo ,la manif pour tous se limite uniquement à homoparentalité .
Les actes homo sont des pêché contre la pureté au même titre que tout pêché contre la purete.

paroissiens-progressistes 18/12/2016 09:26

gaëtan,

Jésus était strict d'accord, et il passait pour marginal à cause de sa vision de Loi qui mettait en avant l'amour et la sagesse, mais ce n'est pas la sexualité qu'il aurait protégé, mais la personne. Au niveau des mœurs, on trouve peu de choses. Donc il est difficile de voir s'il était obsédé par cela. Les seules fois où il en parle, il faut les replacer dans leur contexte : d'abord pour contredire les raisons de l'adultère, un homme regardant une autre femme, à l'époque c'était une raison valable de divorce; sa parole sur le divorce pour critiquer encore les mauvaises raisons du divorce qui laissaient les femmes sans rien, et dont la seule raison valable pour divorcer est l'adultère, enfin celui de la femme adultère pour piéger Jésus alors qu'à l'époque on ne lapidait plus les femmes adultère d'après le Talmud, d'ailleurs la femme n'a pas été jugée par un tribunal alors que c'est la règle et on ne parle pas de témoins.

Les homosexuels sont des personnes avant d'être vus comme une sexualité. C'est très réducteur. Jésus n'en parle jamais. Donc, Jésus aurait pu les protéger sans être d'accord avec leur sexualité. Après tout, Jésus nous dit de ne pas juger pour ne pas être jugés. On ne peut donc limiter les homosexuels à leur seule sexualité.

Merci !

gaetan ribault 17/12/2016 20:33

Mais bien sûr j'ai même étudié tout cela en licence de théologie. Toutefois , il faut se rappeler que nous ne connaitrons pas de notre vivant le Jésus réel. Que ce que nous savons d'un Jésus "historique" , nous montre un juif pieux , soucieux d'un retour à la pratique ancienne débarrassée d'un certain fatras, mais suivant la Loi et très strict en ce qui concerne la morale sexuelle, même s'il s'avère souple dans l'application. De toute façon ce qui importe c'est Dieu un et trine

paroissiens-progressistes 17/12/2016 11:36

gaëtan,

Pas vraiment, l'étude historique de Jésus a utilisé d'autres outils que le vision politique ou actuelle : anthropologie, sociologie, histoire, archéologie, etc. Dire que Jésus défendrait les marginaux et parmi eux les homosexuels n'est en rien choquant pas plus que politique. Après tout, il a mis devant les pharisiens et les sadducéens, les prostituées et les publicains.

Merci !

gaetan ribault 17/12/2016 10:39

Pour des marginaux ils occupent un peu trop le paysage !!! Mais rappelez vous l’épisode de la syro-phénicienne, là Jésus a été obligé de s'occuper d'une marginale par rapport aux enfants d'Israël. Vous vous faites une image irénique de Jésus et deplus vous l'adaptez cette image à vos fantasmes. Le Dr Schweitzer a dénoncé cela dés le début du XX me siècle. La LJF en est morte !!

paroissiens-progressistes 17/12/2016 09:47

gaëtan,

Rêver est mieux que de vivre aigri vous ne trouvez pas ? Le défaitisme très peu pour nous. Jésus défendait les marginaux de son temps, les homosexuels en font partie de ces marginaux aujourd'hui.

Merci !

lannig al louarn 15/12/2016 22:10

Vous étiez sur le magazine papier ce jour . Bon courage à vous .

paroissiens-progressistes 16/12/2016 19:57

Iannig,

Merci pour tes encouragements.

Françoise 15/12/2016 21:36

Coucou!

Bravo d'avoir témoigné tous les deux, Taï!

C'est super!

paroissiens-progressistes 16/12/2016 19:58

Françoise,

C'est normal, je souhaite que les catholiques de gauche se réveille et on tenais à faire part de notre expérience.

Merci !

Pierre François 15/12/2016 13:56

Nous avons la chance d'être dans une paroisse assez ouverte , exemple le conseil pastoral a distribué largement l'information que chez nous les divorcés remariés , les familles recomposées etc... EEEétaient accueillis et que l'accèsxaux sacrements sans restriction, le curé , jeune quincagénéraire est en polo jean on le croise au super marché , bref il fait parti des paroisses ( 7 villages) comme tous . Les jeunes adultes qui font la cathéchèse et qui anime la paroisse composée de beaucoup de retraités plus ou moins décrépis ( ce qualificatif pour moi) sont de la génération Jen Paul II ils ont participé aux JMJj et ont été endoctrinés par la morale prônėe par l'épiscopat anti contrception ,,, et donc lorsque les jeunes vieux deviendront des vieux vieux et que le curé sera remplacé par un de çes jeunes prêtres traditionnalistes la paroisse toutnera tradi . Espérons que François vivra suffisamment pour mettre en place une hiérarchie ouverte en remplacement de la génération Jean Paul II Merci

paroissiens-progressistes 15/12/2016 18:39

Pierre François,

Ma paroisse est ouverte aussi, mais le RC est dans l’équipe d'animation paroissiale. Je souhaiterais surtout que beaucoup de catholiques de gauche reviennent dans les paroisses pour être un contre poids aux groupes conservateurs. Pour moi, ça va les paroissiens connaissent nos idées et ne nous ont jamais condamnés pour cela. Malheureusement je m'inquiète plus pour les plus jeunes en France qui sont trop centré sur la lettre plutôt que le vécu. Nous devons changer cela.

Merci !