Le Vatican rappelle qu'il ne veut pas de prêtres gays (sauf si c'est une passade)

Publié le 9 Décembre 2016

HuffingtonPost.fr nous montre le jeudi 8 décembre 2016 que l'accès au sacerdoce est formellement interdit aux homosexuels, rappelle un décret rendu public par le Vatican, qui fait toutefois une exception.

 

Un décret sur la formation des prêtres rendu public ce mercredi 7 décembre par le Vatican rappelle l'obligation d'abstinence sexuelle et stipule que l'accès au sacerdoce est formellement interdit aux homosexuels ou ceux soutenant "la culture gay". "L'Église, tout en respectant profondément les personnes concernées, ne peut pas admettre au séminaire et aux Ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce qu'on appelle la culture gay", stipule le document rendu public mercredi soir par l'Osservatore Romano, journal officiel du Vatican.

 

Ce nouveau guide complet de formation d'une centaine de pages, approuvé par le pape, actualise une précédente version veille de trente ans. Mais la non admission de personnes présentant des tendances homosexuelles avait été spécifiée par l'Église catholique en 2005. Elle fait toutefois une exception pour "des tendances homosexuelles qui seraient seulement l'expression d'un problème transitoire, comme, par exemple, celui d'une adolescence pas encore achevée". C’est terrible de voir l’ignorance du Vatican sur les gays et leur sexualité.

 

Le document rappelle aussi le besoin d'une "imposition volontariste de la continence". Il serait "gravement imprudent d'admettre au sacrement de l'ordre un séminariste qui ne soit pas parvenu à une affectivité mûre, sereine et libre, chaste et fidèle dans le célibat", écrit le décret, tandis que les futurs prêtres ont aussi besoin de comprendre "la réalité féminine".

 

Le document aborde toutefois de nombreux autres sujets comme par exemple la révolution numérique. "Il est nécessaire d'observer la prudence qui s'impose quant aux risques inévitables de la fréquentation du monde numérique, y compris les différentes formes de dépendance qu'on pourra traiter par des moyens spirituels et psychologiques adéquats", note le guide.

 

Dans le même temps "il sera opportun que les réseaux sociaux fassent partie de la vie quotidienne du séminaire", lit-on. Car "il convient d'en faire l'expérience comme des possibilités nouvelles de relations interpersonnelles, de rencontre avec les autres, de confrontation avec le prochain et de témoignage de la foi", ajoute le Vatican devenu un grand utilisateur des réseaux sociaux.

 

NCRonline.org nous fait par de la frustration des groupes qui défendent des personnes LGBT dans l'Église catholique avec ce nouveau document du Vatican qui réaffirme une instruction de 2005 interdisant aux homosexuels d'entrer dans le sacerdoce. Pourtant, le document met l'accent sur la nécessité d'une formation pastorale des prêtres, leur éducation dans l'enseignement social de l'Église, et l'implication des femmes dans la formation au séminaire. Elle appelle également à leur formation dans la protection des mineurs. Le document met en avant la les préoccupations du pape François sur les tentations liées à l'argent, à l'exercice autoritaire du pouvoir, au légalisme rigide et à gloriole parmi les clercs.

 

Dommage ce décret comporte de bonnes choses, mais une mauvaise se démarque le refus des prêtres gays, alors qu’il y en a déjà et que ce document montre que la hiérarchie de l’Église ne parviennent pas à reconnaître que Dieu appelle une grande variété de personnes au sacerdoce.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Sacerdoce

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lannig al louarn 15/12/2016 22:53

L'homosexualité est dans la nature , ( environ 5% des personnes ) comme l'hétérosexualité .Le seul choix des personnes homosexuelles est de faire savoir ou non si elles le sont .

Jean-Christian Hervé 09/12/2016 19:50

Bonsoir,
Comment ne pas être scandalisé et ne pas juger homophobes les propos de l’Église lorsqu'elle parle uniquement de "ceux qui pratiquent l'homosexualité" ! Pourquoi ne vise-t-elle pas aussi ceux qui pratiquent l'hétérosexualité? Qu'est-ce qui justifie cette discrimination? Autant que l'on sache l'exigence du sacerdoce (discutable mais là n'est pas la question aujourd'hui) est la continence. Un prêtre qui respecte la règle, fut-il homosensible, doit-il être tenu éloigné de l'appel de Dieu? Et n'a-t-il pas droit, comme un hétérosensible, à la miséricorde s'il vient à faillir? Cette position de l'institution est inacceptable.
Cordialement.

paroissiens-progressistes 10/12/2016 11:27

Jean-Christian Hérvé,

C'est une excellente réflexion, car il y a toujours une insistance sur l'homosexualité, pourtant l'hétérosexualité n'est pas plus différente de l'homosexualité, car elle se porte avant tout sur l'amour et le désir d'être ensemble. Donc, pourquoi si un prêtre est gay et qu'il accepte la chasteté et qu'il s'y tient serait différent des autres. C'est vraiment choquant.

Merci !

Françoise 09/12/2016 13:45

Ca ferait presque rire si ce n'était aussi navrant car la Curie comme le gros des prêtres, évêques et cardinaux en général, sont largement investis par des hommes homosexuels.
La motivation de certains étant de pouvoir vivre pleinement leur homosexualité tout en étant pleinement intégré socialement et religieusement.
Relire Sexe au Vatican de Carmelo Abbate.

Quant aux réalités féminines, ça fait super rire tant l'institution ne connaît rien aux femmes et ne veut qu'une chose, nous maintenir à l'état d'éternelles petites filles, poules pondeuses, prostituées et domestiques.

Déjà, obliger ces messieurs au séminaire d'aller faire un tour dans les plannings familiaux pour se documenter un peu sur la contraception, l'IVG, les responsabilités qu'endossent les femmes dès l'adolescence sur la contraception avec les visites gynécos, les examens, les prises contraceptives, se frotter à la réalité des femmes et filles qui font la demande contraceptive et IVG, juste pour qu'ils sortent de leurs préjugés, ça serait pas du luxe.
Peut-être qu'à l'issue de cette formation obligatoire, certains sortiraient de leur crâne l'idée que avoir une contraception et avorter, c'est un péché.

Deuxième visite obligatoire durant leur formation et tout au long de la prêtrise, la visite des associations de victimes de violences sexuelles. Juste pour comprendre un peu la durabilité des violences, les conséquences des viols, incestes, abus sexuels. Ca ferait certainement un électrochoc salutaire à pas mal de séminaristes.

Et dernière chose, aller voir les associations de femmes de prêtres, voir les réalités des couples prêtres et conjoints, conjointes et enfants de prêtres. Juste pour un peu sortir d'une vision unique et sclérosée du célibat consacré.

Là ce serait sacrément ouvrir les fenêtres et sortir l'institution de sa naphtaline. Mais bon, qui oserait mettre en place un tel programme,hein?