La primaire de la gauche va "déverrouiller" la présidentielle, selon Cambadélis

Publié le 5 Janvier 2017

Comme nous le montre Yaël Goosz sur francetvinfo.fr, dans l'émission Questions d'infos, qui a eu lieu mercredi 4 janvier 2016 à 20h35, sur LCP, en partenariat avec Le Monde, l'AFP et France Info, Jean-Christophe Cambadélis a présenté ses vœux. Des vœux pour la gauche ; pour lui ce n'est pas perdu. Le PS ne va pas mourir. Il peut même gagner, grâce à quoi ? À la dynamique de la primaire, paraît-il. "Pourquoi on ne dit pas que le candidat qui sortira vainqueur de la primaire mettra en demeure Mr Mélenchon et Mr Macron de choisir de faire perdre la gauche ou de se mettre en demeure de soutenir le candidat ?" a lancé le Premier secrétaire du PS en ajoutant que, selon lui, "la primaire va déverrouiller la présidentielle." En fait, Jean-Christophe Cambadélis part du postulat que le paysage politique est bloqué aujourd'hui en France. "Mr Filllon est prisonnier de l'électorat de droite, Marine Le Pen est prisonnière de l'extrême droite, Mr Macron est prisonnier de sa ligne ni de droite, ni de gauche et Mr Mélenchon est prisonnier d'une ligne anti-PS. Tout le monde est prisonnier d'une logique, donc personne n'arrive à créer de la dynamique" a expliqué Jean-Christophe Cambadélis. Et il dit n'avoir jamais vu "une présidentielle aussi bloquée donc ouverte." Espérons qu’il ait raison.

 

Ce jeudi 5 janvier Le Live de francetvinfo.fr nous signale aussi qu’avec 43% des intentions de vote au premier tour, Manuel Valls fait la course en tête dans la primaire de la gauche. Derrière lui, Arnaud Montebourg (25%) et Benoît Hamon (22%) sont au coude-à-coude, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions. Dans le Direct de Libération.fr la journaliste politique Lilian Alemagna critique la méthodologie du sondage Harris Interactive pour France Télévisions qui donne Manuel Valls en tête (43%) des intentions de vote au premier tour de la primaire de la gauche. L'enquête a été réalisée en ligne sur un échantillon de 6 245 personnes, dont seulement 478 «inscrits sur les listes électorales déclarant qu'ils iront certainement voter à la primaire».

 

Enfin Sophie Brun dans son article pour francetvinfo.fr intitulé «"Ecœurés", "désenchantés"... Le blues des députés PS avant "la bérézina" annoncée aux législatives» nous signale que plus du quart des députés socialistes font le choix de ne pas se représenter aux élections législatives cette année. Plusieurs raisons expliquent cette désertion, avec en toile de fond la déroute annoncée de la majorité. Contrairement à 2012, la vague cette année s'annonce plus bleue que rose. De nombreux élus de la "génération Jospin", qui avaient la cinquantaine lors de leur élection en 1997, tournent aujourd'hui la page. Il y a aussi une forme de lassitude, de "désenchantement" chez les socialistes, après un quinquennat particulièrement difficile pour eux, marqué par les discordes avec les frondeurs, sur 49.3, la loi Travail ou la déchéance de nationalité. La perspective de la défaite se conjugue aussi à un autre facteur : le non-cumul des mandats, qui oblige cette fois les parlementaires à choisir entre leur siège de député et leur fauteuil de maire ou de président d'un département ou d'une région. Chez les socialistes, la plupart opte pour le mandat local.

 

Dans L’OBS, Jean-Luc Mélenchon, candidat du mouvement La France insoumise à l'élection présidentielle, a estimé ce jeudi qu'avec un PS devancé pour l'instant dans les sondages, le "vrai choix des électeurs du PS" était de trancher entre la ligne d'Emmanuel Macron et la sienne. Il va un peu vite en besogne, surtout qu’on ne sait pas ce que vont donner les primaires PS.

 

Pour le PS, l’optimisme de Jean-Christophe Cambadélis pour la primaire fait face au pessimisme des députés socialistes sortants qui se désistent pour éviter la déroute, tandis que Manuel Valls est en tête des sondages alors qu’il a une campagne difficile, entre adversaire surprise (Vincent Peillon), déplacements compliqués (Il avait été apostrophé à plusieurs reprises sur le 49.3 et enfariné) et contradictions programmatiques avec un programme "à gauche toute" qui ne lui ressemble pas. Une année qui commence fort pour le Parti socialiste.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article