La «Women's March» réunit des milliers de personnes de par le monde

Publié le 22 Janvier 2017

La «Women's March» réunit des milliers de personnes de par le monde

Libération.fr nous montre ce samedi 21 janvier 2017 qu’en réaction à l'investiture de Donald Trump, les participants ont manifesté pour les droits des femmes. Ils étaient 500 000 à Washington.

 

Contre «tout ce que Trump représente» et défendre les droits des femmes, des milliers de personnes ont manifesté, ce samedi dans plusieurs grandes villes du monde. Comme le montre LeMonde.fr dans son article «À Washington, une marche pour les droits des femmes en forme de défi à Trump», le mouvement est née de discussions en ligne après la victoire de Trump en novembre, le réseau derrière la Women’s March a officiellement pour «mission» de défendre le message que «les droits des femmes sont des droits humains». À mesure que la manifestation prenait de l’ampleur, elle est devenue un point de ralliement pour tous ceux voulant montrer leur opposition non seulement à la victoire du républicain, mais à l’ensemble de sa politique et sa personnalité.

 

À Washington, 200 000 manifestants étaient attendus, ils étaient probablement 500 000, selon le maire. Dans un document qui résume leurs positions – qui vont de l’égalité salariale au congé parental en passant par le mariage homosexuel, la lutte contre le racisme, les violences policières et «l’incarcération de masse» –, les organisatrices font converger les combats de mouvements aussi divers et radicaux que l’American Indian Movement, Occupy Wall Street, Marriage Equality ou encore Black Lives Matter.

 

À Londres, la correspondante de Libération.fr Sonia Delesalle-Stolper annonce que les organisateurs de la marche ont compté 100 000 participants. Ils en espéraient «au moins 20 000». À Paris, la marche est constituée de plusieurs milliers de manifestants (entre 7 et 10 000), a constaté notre journaliste Johanna Luyssen, dont de nombreux Américains. Des rassemblements ont également eu lieu à Marseille, Lyon ou encore Montpellier.

 

L'initiative a été très suivie dans de nombreuses autres villes au États-Unis, au Canada, en Allemagne, Grande-Bretagne, Norvège, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Serbie, République Tchèque, Australie, Nouvelle-Zélande, Ghana et Inde. La «Women’s March» a essaimé dans une soixantaine de pays, et jusqu'en Antarctique. 673 défilés ont été organisés dans le monde, et on chiffre à 4 721 500 personnes le nombre de manifestants.

 

La mobilisation est massive et montre que ce mouvement est là pour défendre le droit des femmes et à protester contre tout ce que représente Trump avec son mandat résolument populiste, de tendance nationaliste et en rupture implacable avec son prédécesseur, Barack Obama. Cette marche est faite au nom de l'"humanité partagée", de la "résistance" et de la "liberté" pour tous ceux qui ne veulent pas d’un monde et d’une Amérique basés sur la haine.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 22/01/2017 12:56

J'ai cru comprendre que Melania Trump était une maitresse femme qui n'a pas eu besoin de défiler pour mettre TRUMP à ses genoux

paroissiens-progressistes 22/01/2017 21:34

gaëtan,

Je ne connais pas leur vie privée, mais elle sait ce qu'elle veut et a toujours su où elle va.

Merci !