Le pape à l'Angélus demande «la protection, la défense et l'intégration" des enfants migrants

Publié le 15 Janvier 2017

José Manuel Vidal nous montre dans son article dans periodistadigital.com ce dimanche 15 janvier 2017 qu’alors qu’il y a un froid sibérien à Rome, les gens continuent de venir en masse pour prier et écouter le pape François, qui, lors de la Journée des Migrants et des Réfugiés, implore encore une fois, "la protection, la défense et de l'intégration pour eux, surtout pour les enfants non accompagnés, exposés à de nombreux dangers". Il invite également l'Église de ne pas se faire de la publicité. Quand elle le fait, "elle perd la boussole".

 

Un engagement envers les migrants que l’Église en Italie met en avant comme le montre l’article de RFI.fr du samedi 14 janvier : "Italie : protocole d’accord avec l'Eglise pour intégrer 500 réfugiés". En Italie, l’engagement de l’Église catholique pour les migrants et réfugiés à travers ses associations, en l’occurrence Caritas, en partenariat avec la Communauté de Sant’ Egidio, se poursuit. Après une expérience de couloir humanitaire, entamée en 2016 pour plusieurs centaines de réfugiés syriens dans des camps au Liban, cette année, grâce à un protocole d’entente qui vient d’être signé avec les représentants des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères, 500 réfugiés de la Corne d’Afrique seront prochainement accueillis en Italie. Leur transport, accueil et parcours d’intégration dans le pays, sera entièrement pris en charge par les associations ecclésiales.

 

Enfin, la-Croix.com dans l’article de Marie Malzac du jeudi 12 janvier intitulé «Les évêques allemands et français appellent leurs États à protéger les migrants mineurs» nous montre que les évêques d’Allemagne et de France demandent à leur deux pays de prendre la «responsabilité» de garantir les droits des migrants mineurs.

 

Si l’Église est très active en Europe au service des migrants mineurs, «il ne faut pas perdre de vue la responsabilité des organismes étatiques compétents». C’est ce que soulignent Mgr Stefan Heße (Hambourg) et Mgr Georges Colomb (La Rochelle), dans un communiqué conjoint du 11 janvier, signé en tant qu’évêques chargés dans leurs pays respectifs, la France et l’Allemagne, de la question migratoire.

 

Ce texte a été diffusé avant le dimanche 15 janvier au moment où aura lieu la Journée mondiale du migrant et du réfugié, dont le thème voulu par le pape François sera cette année celui des migrants et réfugiés mineurs, «vulnérables et sans voix». Dans son message publié en vue de cette occasion, le pape François avait souligné que ceux-ci étaient «trois fois sans défense» : parce que mineurs, parce qu’étrangers et parce que sans protection.

 

Pour les évêques, cette réalité ne peut pas laisser les chrétiens «indifférents». «Au contraire, assurent-ils, nous sommes appelés à adopter la perspective des sans-droits, à leur prêter notre voix et à défendre leur dignité (…). Chacun d’entre nous doit se demander comment il peut contribuer à ce que guérissent les blessures des mineurs migrants et à ce qu’ils trouvent dans nos pays une nouvelle patrie.»

 

La messe diffusée par Jour du Seigneur à l’église Saint-Paul à Hem ce dimanche à 10h45 qui portait la 103e Journée des Migrants et des Réfugiés avec le thème voulu par le pape François, «Mineurs, migrants, vulnérables et sans voix», durant laquelle j’étais présent était trop cadré au niveau du temps et de la mis en place, ce qui a empêché certains fidèles dont moi de communier. D’excellentes idées comme la première lecture en roumain et en arabe, et le Notre Père en araméen ont aussi apporté une touche très belle à cette messe. L’homélie du père Thierry Lamboley, jésuite de Marseille, courte et précise, a été un bel appel pour accueillir les migrants en demandant aux catholiques d’être présents pour cela, tout en disant que les réfugiés sont une chance et non une menace contrairement à ce que certains pourraient penser.

 

Espérons que le message du père Lamboley soit entendu, car nous apprenons toujours des autres si l’esprit est ouvert comme le cœur.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 17/01/2017 20:47

En effet, il est amusant de voir que les humains ont tendance à qualifier de bonnes chansons les chansons qui vont dans leurs sens et à qualifier de mauvaises chansons celles qui défendent une opinion inverse. Je me demande alors : est-ce la chanson en elle même que l'on apprécie ? ou est-ce son message ?

paroissiens-progressistes 18/01/2017 13:22

M.W,

C'est souvent les deux : le message porte mieux si le texte est bon, si la musique plait et si le chanteur arrive à nous intéresser. Donc la chanson peut plaire tout comme le message.

Merci !

Françoise 17/01/2017 12:42

Coucou

Un autre chouette appel, à travers la dénonciation du système raciste, xénophobe dans nos différents pays face aux migrants: la chanson la loi du marché de Cyril Mokaïesh, en duo avec Bernard Lavilliers.

https://www.youtube.com/watch?v=3uTgK9VJ32Q

J'aime beaucoup certaines chansons de Cyril qui n'hésite pas à monter au créneau, comme Saez et Lavilliers.

https://www.youtube.com/watch?v=3_1Fi0dxKEY

paroissiens-progressistes 17/01/2017 13:22

Françoise,

C'est intéressant, il dénonce ce que beaucoup ne veulent pas entendre et c'est une bonne chose. Il est toujours bon d'avoir des chanteurs engagés qui réveillent nos sociétés.

Merci !