Le pape dénonce «prophètes de malheur» ne voulant que «la nourriture habituelle»

Publié le 6 Janvier 2017

John L. Allen Jr. dans son article du jeudi 6 janvier 2017 pour cruxnow.com nous montre que lors de la célébration de la fête de l'Épiphanie, le pape François a dénoncé l'attitude des «prophètes de malheur», une expression avec une longue histoire dans la rhétorique du pape, louant les mages bibliques comme des exemples puisqu’étant «fatigué de la nourriture habituelle» ils ont ouvert à quelque chose de nouveau.

 

Pour apporter la saison des fêtes au Vatican à leur fin jeudi avec une messe pour la fête de l'Epiphanie, la pape François a prononcé une homélie forte sur la «nostalgie sainte pour Dieu» comme la réponse des «prophètes de malheur» qui pensent que «rien ne peut changer» et s’accrochent obstinément à la «nourriture habituelle.»

 

L’Epiphanie célèbre l'histoire des Trois Sages, ou Mages, qui sont allés à la recherche de l'enfant Jésus, et dont le pape dit qu'ils ont été guidés par une «agitation intérieure», laquelle les a «ouvert à quelque chose de nouveau.» D’après le pape «Un désir sacré pour Dieu est la mémoire de la foi, qui se rebelle devant tous les prophètes de malheur». L'expression des «prophètes de malheur» a une longue histoire dans la rhétorique du pape, y compris une célèbre phrase du pape Jean XXIII lors de l'ouverture du Concile Vatican II en octobre 1962. Dans les décennies suivantes, elle est généralement utilisée dans le langage pour caractériser la résistance aux propositions de réforme.

 

Bien que le pape François parlait dans une clé spirituelle, il était difficile pour de nombreux observateurs de ne pas entendre les échos de quelques-unes des turbulences dont le pape fait face au cours de l'année écoulée, avec certains critiques suggérant qu'il introduit des changements discutables ou doctrinalement malsains dans la vie catholique elle-même, notamment à l'égard de l'idée d'ouvrir la communion à certains croyants divorcés remariés civilement. Le pontife n'a fait aucune référence à ces débats jeudi, mais a critiqué une large attitude de résistance au changement.

 

À la fin de la messe, le pape François a prononcé son discours traditionnel de l’Angelus à midi depuis la fenêtre de l'appartement pontifical donnant sur la place Saint-Pierre, à une foule estimée par les gendarmes pontificaux à environ 35 000 personnes. Encore une fois, le pape a appelé les croyants à rejeter le «bavardage superficiel et mondain, qui ralentit notre rythme; l'égoïsme paralysant; [Et] les fossés de pessimisme, qui piègent l'espoir». Ensuite, il a prévu de partager un sandwich et une boisson avec environ 300 réfugiés et personnes pauvres et sans-abri pour l'événement.

 

Le pape à travers l’Epiphanie décide de donner l’exemple des Mages pour dire de ne pas craindre le changement tout en critiquant de façon subtile les quatre cardinaux s’opposant à lui et trop habitué à la même nourriture spirituelle.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article