"13h15". Qu'est-ce qui motive des catholiques d'aujourd'hui ?

Publié le 6 Février 2017

francetvinfo.fr dans son article du dimanche 5 février 2015 sur l’émission de France 2 "13h15 le dimanche" intitulée "La résurrection des cathos", nous fait voir ce qui motiverait les catholiques mais dans une vision considérablement limitée puisqu’elle se réduit aux catholiques réactionnaires.

 

Qu’ils soient directeur d’un internat catholique ou adolescent "fier de témoigner dans le monde", de nombreux catholiques n’hésitent plus à affirmer leur foi pour que "leur identité soit davantage connue, et donc reconnue", selon le journaliste du "Figaro" Guillaume Tabard"Le bonheur, ce n’est pas juste de jouir. C’est beaucoup plus profond, plus intérieur. J’ai eu la chance d’exercer des métiers où je gagnais très bien ma vie. Aujourd’hui, ce que je gagne comme directeur d’école est ridicule. Je suis au seuil de pauvreté officiel, et pourtant, depuis trois ans, je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie", affirme Vianney Châtillon, qui dirige un internat catholique dans le département de l’Aisne.

 

Un de ses jeunes pensionnaires ne semble pas trouver difficile de s’affirmer catholique en dehors de l’école : "Chacun choisit la vie qu’il doit vivre. Je suis catholique et fier de l’être. J’assume ce choix, je témoigne, et je suis ravi de témoigner dans le monde." Il fait partie de ces 53% de Français qui se déclarent catholiques, mais à peine 5% vont à la messe régulièrement. De 60 à 80% votent à droite, selon les scrutins.

 

Guillaume Tabard, journaliste au quotidien Le Figaro, analyse le phénomène du renouveau catholique : "Tant que le christianisme était perçu comme la religion majoritaire, dominante, eh bien, comme l’air que l’on respire, on n’y faisait pas attention. D’une certaine manière, on n’a pas besoin d’en prendre conscience."

 

"Beaucoup de chrétiens se sont rendu compte qu’ils étaient minoritaires, que leur foi était même contestée par d’autres pratiques religieuses qui se développaient en France. Tout cela a sans doute réveillé le sentiment de dire que si les chrétiens voulaient, non seulement vouloir peser, mais même simplement exister sereinement dans leur foi, ils avaient besoin que leur identité soit davantage connue, et donc reconnue", développe l’éditorialiste.

 

J’ai regardé sur pluzz cette émission et un problème s’est ouvert devant mes yeux celui qu'on ne montre que les catholiques selon une vision bien baisée réduite à des catholiques réactionnaires ne comprenant pas le monde dans lequel ils vivent.

 

Un couple catholique dire que c’est mieux de faire dans l’entre soi, en gros un communautarisme catholique, où il est mieux d’être avec ceux qui partagent vos valeurs pose déjà problème. Un malaise demeure aussi quand on regarde un homme de surcroît traditionaliste dire que l’on doit retourner au Moyen-âge.

 

Puis, on nous met en avant les traditionalistes et les opposants au mariage pour tous, sans oublier un couple vivant dans une ferme en dehors du monde et la mère de famille fan de Jean-Paul II et qui va à la marche pour la vie, où l’on peut voir des enfants formatés dès leurs plus jeunes âges à être intolérant. Enfin, Philippe de Villiers présent à cette marche et une personne affiliée à Sens Commun nous convainc du parti pris de cette émission.

 

Nous voyons surtout que le christianisme mis en avant durant cette émission est seulement spirituel et culturel, mais dans les faits peu en phase avec le mouvement de Jésus. C’est à croire que France 2 a oublié que les catholiques progressistes qu’ils soient de droite et de gauche existent. Le catholicisme est divers et ne se limite pas à cette vision binaire qui voudrait que tous les catholiques sont intolérants et identitaires.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 08/02/2017 09:12

Le lobbying intégriste est très fort, Taï sur l'ensemble des médias.
Et comme nos médias sont de plus en plus à la botte de multinationales dont les pdgs sont engagés dans des soutiens aux groupes cathos intégristes, il ne faut même pas s'étonner.
Et ne pas oublier que depuis JP2, la seule visibilité catholique qui intéresse le Vatican et les épiscopats, se sont les cathos intégristes qu'ils soient opusiens, Renouveau Charismatique ou schismatiques, tradis.
Le fameux Vianney Châtillon officie à Radio Courtoisie régulièrement. Tu vois tout de suite la tendance catholique qu'il défend.
Le Figaro est un journal qui a toujours mis en avant les cathos réactionnaires, tout comme Valeurs Actuelles (d'autant que les deux journaux sont liés financièrement à des groupes dont les pdgs sont cathos intégristes). Et aujourd'hui, c'est la seule présentation religieuse qui est faite ou presque, parce que les pdg des groupes médias ont des intérêts chez les cathos intégristes.
Regarde, Taï, comme les médias s'accrochent à Fillon, largement parrainé par l'OD. Ca montre bien de quel poids l'intégrisme catho pèse médiatiquement et au plan des affaires.
Le système de cooptation, d'affairisme des vieilles familles grandes bourgeoises cathos intégristes est remis au niveau qu'il avait avant la seconde guerre mondiale. Alors forcément, nous cathos progressistes nous disparaissons. Et nous disparaissons d'autant mieux qu'au plus haut niveau de l'épiscopat français, tout est fait pour nous faire disparaître médiatiquement et religieusement.
Politiquement aussi d'ailleurs.
Que ce soit sous Lustiger ou depuis sous Barbarin. Nous sommes assimilés à un danger pour l'Eglise et non comme une richesse. C'est le principe d'inversion qui a été mené contre nous parce que les intégristes ont l'argent pour acheter évêques, cardinaux et médias. Pas nous.
A partir de là, le calcul fut vite fait.
D'autant plus que JP2 était issu d'idées et de volonté politique et religieuse intégriste.
Ce n'est pas pour rien qu'il a mis en avant et orbite tous les groupes intégristes mis en avant actuellement au sein de l'institution et des communautés.
Ce n'est pas pour rien qu'il a limogé tout théologien, cardinal ou évêque qui n'était pas dans sa ligne intégriste.
Hormis Golias, où pouvons nous trouver un discours média catho réellement ouvert et non inféodé à un épiscopat majoritairement intégriste? TC et la Vie sont tellement policés qu'ils ont perdu tout sens critique pour rester dans le consensus, le "pas un poil qui dépasse". C'en est navrant.
L'autre jour, j'ai trouvé un article un peu critique dans Pélerin, ce qui m'a grandement surprise car c'était pas la tendance principale du journal, loin loin de là.
Peut-être le choc de l'affaire Preynat-Barbarin qui a possiblement un peu ébranlé certains journalistes...un peu comme Isabelle de Gaulmyn qui d'un seul coup, s'est inquiétée pour les victimes de Preynat alors qu'elle avait rien dit durant combien de décennies alors qu'elle avait fréquenté le même lieu et le même criminel. Il y a quelque chose de particulièrement lâche et peureux dans la presse catho, dans les médias cathos en général. Peut-être parce que trop observants pour la plupart. Ils ont perdu cette part du métier qui s'appelle investigation, déontologie pour se contenter de recopier des dépêches afp et synthétiser, désincarner au maximum un propos.
Cette critique que je fais peut s'appliquer à bon nombre de journalistes aujourd'hui, qui n'ont plus goût à faire autre chose que recopier ce qu'une instance présentée comme supérieure leur dit d'écrire. A partir de là, comment veux-tu que nous puissions disposer d'un volet média qui soit réellement indépendant, critique, incisif? C'est de plus en plus compliqué.
Un petit renouveau se fait avec Fakir, Mediapart. Mais tu vois bien que tout est fait pour mettre en minorité financièrement, politiquement, idéologiquement ce type de média.
Alors au plan religieux...je ne t'en parle même pas.

Bon tiens, tu vas voir le profil de Vianney Châtillon:

http://www.academiemusicaledeliesse.fr/equipe/article/directeur

Et je te passe un complément sur ce qu'est la Fondation pour l'Ecole avec tous ses soutiens intégristes cathos.

http://www.questionsdeclasses.org/reac/?Les-ecoles-Esperance-banlieues

En dehors de quelques blogs ou de Golias (éventuellement le Canard Enchaîné ou Médiapart), qui dénoncerait ce type d'emprise et ferait de l'alerte média vis à vis des intégristes cathos? Pas grand monde hélas.
Il y a un gros travail de décryptage, d'analyse, d'alerte à mener pour pouvoir dénoncer d'une part, l'agitation intégriste médiatique mais aussi proposer une alternative média qui n'existe quasiment plus ou pas.
D'une, parce que massivement les catholiques progressistes se sont progressivement détournés d'une presse et de médias où ils ne trouvent plus leur compte; et de deux, parce que la pratique religieuse a baissé aussi. Et la seule offre religieuse qui existe médiatiquement hors Golias, est une offre religieuse de type intégriste ou qui sert un discours très policé qui finalement rejoint le discours intégriste depuis de nombreuses années.
Le Jour du Seigneur propose une petite ouverture conciliaire mais est de plus en plus gangrénée par des mises en scène plutôt charismatiques ou même parfois franchement intégristes.
Quand tu vois les mouvements de caméras sur fidèles et officiants, les personnes qui sont présentées ainsi que les activités, tu vois pas beaucoup de cathos ouverts, mais plutôt fermés.

paroissiens-progressistes 09/02/2017 20:15

Françoise,

Le problème c'est que les médias que tu critiques ont besoin de fonds et souvent ils acceptent d'être pris par des lobbys afin de survivre. Il y a bien des solutions plus simple pour se financer : les collectes de fonds, les dons, ou le financement participatif. Ces solutions permettrait une certaine indépendance des médias et l'appui des populations envers eux.

L'Eglise a été comme les autres institutions intéressées par les lobbys conservateurs catholiques très riches, alors qu'il y avait une solution plus simple faire confiance aux fidèles qui auraient pu organiser les paroisses et tenir les comptes. C'est vraiment dommage, le gâchis est énorme.

Merci !

Jean-Christian Hervé 06/02/2017 23:16

Bonsoir,
Quand même curieux que France2 qui héberge "Le Jour du Seigneur", n'ait qu'une vision identitaire des catholiques. Les émissions du dimanche ne sont pas franchement progressistes mais présentent une incontestable ouverture d'esprit qui laisse la parole à la diversité dans notre Église.

paroissiens-progressistes 07/02/2017 18:21

Jean-Christian,

Je trouve cela dommage, mais le Jour du Seigneur est heureusement une bonne chose pour voir un catholicisme de qualité et d'ouverture.

Merci !