La réponse aux abus sexuels des prêtres a été «criminelle» dans certains cas

Publié le 23 Février 2017

rte.ie dans son article du jeudi 23 février nous montre que l'archevêque de Sydney a dit que la réponse des autorités ecclésiastiques australiennes sur les abus sexuels sur mineurs par des prêtres constituait une négligence criminelle dans certains cas. La Commission royale, qui a été réunie pendant quatre ans, calcule qu'entre 1980 et 2015 près de 1900 personnes de l'Église ont fait face à des allégations de mauvais traitements. Plus d'un quart d'entre eux étaient des prêtres.

 

Plus tôt aujourd'hui à Sydney, l’archevêque Fisher a été interrogé par la Commission à propos de l'avocat de l'archevêque et de l'utilisation de l’archevêque de Perth du terme «absolument insuffisante» pour décrire la réponse de certaines autorités de l'Église au scandale.

 

Mgr Fisher a répondu : "Je pense que vous pouvez utiliser des mots plus forts dans certains cas, qu'il était dans une sorte de négligence criminelle pour faire face à certains des problèmes qui nous regardaient en face." "Dans d'autres cas, je pense qu'il y avait des gens qui étaient comme des lapins devant les phares. Ils n’ont juste eu aucune idée de ce qu'il fallait faire, et leur performance était épouvantable."

 

Mgr Denis Hart de Melbourne a dit à la Commission qu'il acceptait que la réponse de l'Église était totalement fausse. Mgr Fisher a également dit que certains individus doivent être tenus responsables de terribles actes ou de terribles échecs pour ne pas avoir répondu une seule fois alors qu'ils savaient les choses qui se passaient. Il a dit que les dirigeants de l'Église ont fait ce qu'ils pouvaient pour apporter la réparation et la guérison afin de veiller à l’avenir que l’Église soit un endroit plus sûr.

 

Mais peut-on faire confiance à des hommes qui ont soutenu le cardinal Pell en 2015 ? Rien n’est moins sûr, surtout quand on sait que certains prêtres abuseurs n’ont pas été dénoncés. De sérieux doutes ont été mis en avant par la Commission sur l’honnêteté des cinq archevêques prétendant ne pas être au courant.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 24/02/2017 12:14

"Il a dit que les dirigeants de l'Église ont fait ce qu'ils pouvaient pour apporter la réparation et la guérison afin de veiller à l’avenir que l’Église soit un endroit plus sûr."

Il se ficherait pas encore énormément des victimes et des croyants en général?
Parce que les dirigeants de l'Eglise n'ont strictement rien fait pour protéger les croyants de ces prêtres pédophiles. Il y a eu un déni massif qui remonte à 1952, alors qu'il y a eu des rapports alarmants sur l'irréformabilité des prêtres pédophiles par le responsable de l'institut du Paraclet de Jemez Springs.
Donc arrêtez de nous raconter des histoires, archevêques et évêques!
Y a un moment où il faut assumer que l'institution vaticane cléricale n'a cherché qu'une chose: à protéger les criminels et à dissimuler leurs crimes en les déplaçant au fil du temps, à engager des avocats et des groupes de pression pour faire taire les victimes et leurs familles. En achetant aussi des médias, des politiques financièrement pour que tout ça soit dissimulé.
Donc, on arrête les mensonges! On assume ces crimes. Et on accepte une sentence pénale.