Le cardinal de Madrid visite Manos Unidas avant de commencer sa campagne contre la faim

Publié le 2 Février 2017

periodistadigital.com nous montre à travers l’article de Cristina Sanchez Aguilar d’Infomadrid ce jeudi 2 février 2017 nous montre que le cardinal de Madrid, Carlos Osorio, a déclaré lors d'une visite au siège de Manos Unidas le mercredi matin que l'organisation se pose «au sein de l'Église, au service de tous les hommes, et elle veut prolonger non avec des mots mais avec des œuvres concrètes cet amour de Dieu».

 

Pour cela, il a rappelé aux bénévoles et travailleurs présents, que doivent être manifesté dans ces œuvres l'amour de Dieu «est réel et nécessite un effort qui implique de donner et de ne pas recevoir impliquant la construction de ponts et non des murs organisés.» «Merci beaucoup pour votre travail et votre dévouement.» C’est ce qu’a donc dit le cardinal Carlos Osorio, archevêque de Madrid, aux travailleurs et bénévoles des services centraux de Manos Unidas durant sa première visite officielle à l'organisation, qui a eu lieu mercredi matin.

 

Cardinal s’est intéressé par les plus de 1400 projets entrepris par Manos Unidas dans 60 pays à travers le monde et plus particulièrement remercié le Département de la communication diffusant leurs situations de travail auprès des plus pauvres sur la planète, «Avec votre travail, vous changez le monde.»

 

Le cardinal Osorio montre que l’Église s’ouvre et comme nous le montre Maurice Page dans son article pour cath.ch du mercredi 1er février intitulé «Les évêques allemands ouvrent la porte de la communion aux divorcés-remariés», cette Église de la miséricorde voulue par le pape François va sur le bon cap même si elle peut mieux faire.

 

Dans un message publié le 1er février 2017 à propos de l’interprétation de l’exhortation apostolique du pape François Amoris laetitia, la Conférence des évêques d’Allemagne estime qu’il “faut respecter une décision des fidèles de recevoir les sacrements”. En d’autres termes, que les divorcés remariés peuvent avoir accès à la communion dans des cas particuliers.

 

Les évêques allemands précisent cependant d’emblée qu’il ne s’agit pas “d’automatisme en direction d’un accès général de tous les divorcés remariés aux sacrements”. La décision en conscience ne peut être que le résultat d’un examen sérieux et d’une démarche spirituelle accompagnée par un prêtre. À la fin de ce processus, l’accès au sacrement de réconciliation et à l’eucharistie ne sera pas forcément accordé dans tous les cas.

 

Pour les évêques allemands, l’indissolubilité du mariage appartient au trésor intangible de la foi de l’Église. Néanmoins, le pape François appelle à un regard différencié sur chaque situation de vie. Personne ne doit être condamné pour l’éternité. Les personnes concernées doivent expérimenter que l’Église ne les laisse pas tomber. C’est pourquoi, pour l’Église allemande, des solutions différenciées doivent pouvoir être examinées lorsque la reconnaissance de la nullité d’un mariage n’est pas possible. Il faut à la fois éviter une attitude trop laxiste et un comportement trop sévère.

 

Le message épiscopal insiste aussi sur de nouvelles voies pour la préparation au mariage et l’accompagnement des époux. Les évêques veulent ainsi renforcer la conception du mariage et de la famille comme lieu d’apprentissage de la foi. Ce qui implique aussi d’accompagner les familles en difficulté. Jusqu’à présent les catholiques qui après un divorce se sont remariés civilement sont exclus du sacrement de la communion, à moins qu’ils vivent dans la chasteté en frère et sœur. En se basant pour cela sur le texte de l’évangile, dans lequel Jésus interdit de “séparer ce que Dieu a uni”.

 

Les évêques allemands jouent un beau jeu d’équilibriste entre vision traditionnelle du mariage et des solutions afin que les divorcés remariés puissent communier à nouveau. Il est bon d’entendre les évêques qu’il faut respecter la décision des fidèles de recevoir les sacrements.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article